Ma femme s'appelle Uber

Préambule : j’ai commis ce texte la semaine dernière…et l’ai terminé jeudi 12 pour être précis. J’avais prévu de le relire le vendredi et de le poster le samedi…mais le samedi, tout avait beau être prêt…j’ai eu mieux à faire.

Du coup j’ai réfléchi, attendu, et changé une bonne partie (la 2ème moitié) que je ne manquerai pas de vous servir avec une bonne sauce aigre-douce, plus tard….

 

 Cette année, j’ai décidé de passer la Toussaint loin des cimetières.

Avançant dans l’âge, l’astiquage de caveau ou les dépôts de marmites de chrysanthème me donnent, chaque année un peu plus, la désagréable sensation de visiter un pavillon témoin…

Aussi, en ce 1er novembre, prenant mon courage à deux mains, ai-je prévenu mes géniteurs et ma belle-famille, qu’un déplacement professionnel de plusieurs jours allait malheureusement m’éloigner des ossuaires et que, mortifié par cet empêchement, je ferais livrer dans les temps, quelques potées aux défunts, minimisant, au passage, les répercussions que pourrait occasionner une éventuelle livraison tardive sur le moral des principaux protagonistes de ces funestes festivités.

 

Mère goutant moyennement mon humour, je décide alors de couper court à un échange aigre-doux et prends l’initiative de mettre entre nous une salutaire distance : pour les trois jours à venir, c’est décidé, je vais faire profiter ma tendre épouse de cette petite tranche de temps libre retrouvé dans un emploi de temps plus chargé qu’un coureur du tour de France.

 

Libéré de cette contrainte, mais peu à l’aise avec ce petit mensonge, je propose malgré tout à dame Karpette – ma femme - de transformer cette triste journée en une pause « tourisme, culture et flânerie dans les rues de……Paris ! »

 

Jamais avare de surprise, c’est fièrement nantis d’un billet Prem’s que je présente à ma douce, le projet ficelé de frais, avec, pour point d’orgue, l’objectif de nous mêler, le temps d’une après-midi , à cette jeunesse, qu’on dit impétueuse, géniale et hyper connectée (La génération Y et Z) et qui a prévu de se retrouver à « la Paris Games Week, » du 28 octobre au 1er novembre au Parc des expositions de la porte de Versailles.

« La Paris Games Week, », comment vous décrire… c’est Le Woodstock des geeks, le Festival de Cannes des onanistes du joystick, la fashion week des fondus de T-shirt ATARI, the « place to be » pour les trentenaires gavés de jeu en ligne et de pizzas, abrutis par des nuits sans sommeil devant WOLRD OF WARCRAFT ou des vidéos de petits chats sur YOU TUBE.

 

«Mais mon amour, me dit-elle, auriez-vous perdu la raison ? Savez-vous ce que l’on risque de trouver en ces lieux ???? Des post ou pré pubères qu’une exposition trop longue aux écrans rend plus agressifs qu’un couple de jeunes parents FN à qui l’on proposerait les services d’une nourrice de couleur… ! Des trentenaires-adulescents attardés qui passent leurs journées à s’enivrer de panaché, de Malibu ou de Passoa en jouant à Pac Man ou à Tetris !

Vous n’imaginez pas de quelles perversions cette génération est capable !!!  On dit que certains vouent une dévotion sans faille aux plus subversifs penseurs comme Booba, Bénabar ou encore cette socialiste de Nathalie Kosciusko Morizet ; ils se permettent de dire « crotte au système » sur leur compte Fésbouc, regardent le 20h d’extrême gauche présenté par Marie Drucker…

 

Pensez, mon doux, que, pas plus tard qu’hier Clotilde, notre voisine m’a conté les déboires qu’ils subissent avec leur petite dernière, l’interne en médecine… imaginez, mon bon, qu’elle devient proprement ingérable : elle s’est faite offrir le calendrier des Dieux du Stade lors du goûter d’anniversaire que sa mère a organisé pour ses 22 ans…

Mais la vicieuse ne s’est pas arrêtée là !!! Elle a affiché ce torchon glacé, (dont, soit dit en passant, l’ « esthétisme » de certaines feuilles s’inscrit plus dans le registre artistique des illustrations que l’on trouve sur la carte des brasseries munichoises que dans celui des clichés de l’excellent David Hamilton), au-dessus de son lit !!!! À quelques centimètres seulement de sa photo de groupe des dernières JMJ à Rio…. ! Mais où en êtes-vous pour proposer telles fadaises, auriez-vous quitté Terre ??? »

Constatant l’hystérie montante de ma douce, je temporise lui expliquant que la peur n’exclut pas le danger et que nous devrions, nous, adultes responsables, faire le premier pas vers cette génération méconnue et POSITIVER : « Ma chère, lui dis-je prenant une voix de velours, j’ai décidé d’arrêter de me ronger l’intestin en ressassant toutes ces sombres idées qui n’ont pour effet que de me faire commettre d’aigres billets et provoquent, chez certains commentateurs mal comprenant, des poussées de psoriasis intellectuel…. Diable,  je ne veux plus porter la responsabilité de participer, moi aussi,  à la morositose ambiante !!!»

 

Et, prenant ses frêles et tremblotants poignets dans mes mains, j’ajoute : «soyons positifs, ma mie, regardez autour de vous : tout sourit aux gens positifs !!….

Ces jeunes sont positifs : voyez-vous autre sentiment dans tous ces sourires de chamelle sous cannabis qu’ils affichent après les 12 heures de jeu en ligne qu’ils devront déduire de leur pathétique existence ??

Ce même sourire que celui qu’arborent leurs parents lorsqu’ils rêvent, avachis devant une émission de la TNT ou face à un match de la Ligue des Champions… 90 minutes durant lesquelles ils admirent le « talent » de 22 décérébrés qui arrivent à gagner des millions avec seulement 73 mots de vocabulaire. Ouiiii, cette béatitude abrutie qu’ils ressentent lorsqu’ils s’imaginent le nombre de tablettes ou de portables qu’ils pourraient payer à leurs proches avec les 7000€ gagnés à MONEY DROP ou encore, lorsqu’ils croisent un candidat FN qui, fortuitement, côtoie le même LIDL qu’eux…

 

Certes ils ont l’air de ce qu’ils sont !!! Mais retenez bien que, si l’humanité n’était constituée que de ce type despécimens, alors oui, nous vivrions dans un monde sans guerre, sans frontières, sans animosité, sans violence puisqu’elle serait intégralement virtualisée : on la vivrait par procuration, et du coup, pas besoin de se défouler sur son voisin ou le type qui vous pique votre place de parking !!! …un monde où l’on sait facilement différencier le gentil du méchant…rien qu’à la couleur déjà…

Un monde où l’on ne commémorerait plus les guerres mais la gentillesse, le bisou, le câlin… on en ferait même des journées mondiales ; on se mobiliserait par millions l’espace d’une journée pour dire combien la faim dans le monde c’est pas juste, que le terrorisme c’est méchant, que l’argent sale… c’est sale, qu’on est tous black blanc beur…dans la rue et devant les caméras d’Itélé hein… parce qu’après euhh…chacun chez soi et si le petit Thibault peut éviter de jouer avec le fils de la dame voilée d’à côté…avec tout ce qu’on voit, on ne sait jamais.

 

Et puis…..on retournerait TOUS voter… parce que ça sert à quelque chose : on ne connait pas notre bonheur de pouvoir choisir entre la poire et le fromage…

Dans le Nord, eux, pour les régionales, ils auront le choix entre le jambon et la quiche…pas de bol encore une fois. Le 2ème volet de « bienvenue chez les ch’tis » risque de moins nous faire rire que le premier malgré les millions d’entrées que son actrice principale va sans doute faire… on a beau faire partie d’une famille de saltimbanques, n’est pas Dany Boon qui veut.

 

Alors, oui, nourrissons nous de ce bel élan, ma belle !!!  Allons à leur rencontre, car il y a toujours quelque chose à retirer d’une rencontre…aussi saugrenue puisse-t-elle paraitre»

 

Ces mots dits, je place l’index sous le menton de mon épouse et remonte doucement sa mâchoire que l’effarement faisait pendre depuis de trop longues minutes l’exposant au risque d’une pernicieuse angine.

 

Puis, joignant l’action à l’intention, je boucle notre valise.

 

A peine le quai quitté, soucieux de ne pas être passif face au spectacle auquel j’avais choisi de nous faire assister, je profite des 7h de trajet en TGV (Nantes – Paris, avec l’arrêt suicide réglementaire au beau milieu de la campagne mancelle, un trajet normal, donc) pour me nourrir, via Internet, de toute cette digitalitude qui m’était, jusqu’alors, si étrangère.

Bonne poire, je saisis ma tablette à pomme, branche le ouifi et commence mes recherches sur les nouvelles technologies, le Web, les réseaux sociaux, les codes de communication des générations montantes : la Y, la Z, la P, la E …..même  la génération S me passionne aujourd’hui !!!!

 

A notre arrivée Porte de Versailles je sens que j’ai le SWAG !!!  Je vais pouvoir échanger avec tous ces jeunes, aller voir le quetru (truc en verlan) du moment qui me fait kiffer grave ma race : la réalité virtuelle !

 

Eh oui, la réalité virtuelle !!! Je me passionne pour la réalité virtuelle, c’est un truc de de dingue !!!! 

J’imagine vos regards de poule ayant trouvé un couteau à la lecture de ces deux mots aussi antinomiques mais, juste pour toi le vioque que ces lignes affolent déjà, je vais dégrossir au mieux le sujet afin de le rendre lisible aux yeux du plus petit dénominateur commun !

 

Le plus simple d’ailleurs, c’est encore d’illustrer par de concrets exemples et, force est de constater que ce ne sont pas les exemples qui manquent au salon Paris Game Week.

 

La réalité virtuelle comment ça marche ?

C’est très simple : c’est l’art de mettre vos sens à bloc, idéalement en même temps, sur un truc qui n’existe pas mais que c’est tellement bien foutu qu’on ne sait plus si c’est du vrai ou du faux.

On peut vous faire « vivre » un truc qui n’existe pas… pour peu que tous vos sens soient concentrés dessus.

Imaginez un instant : on vous visse un serre-tête sur le crâne muni de lunettes qui ressemblent à celles que portent les petites vieilles sur le remblai de la Baule ou de Deauville, vous savez, ces grosses lunettes de soleil qui transforment nos mamies en skieurs de compétition, en Ray Charles ou en plongeur de la Navy… mais si !!!!, ces TRES grosses lunettes qui leur coûtent la peau des reins et permettent aux opticiens de la côte ouest de s’offrir la dernière Maserati, une virée en Thaïlande ou un pack JEUNESSE TROIS ACTIONS chez leur chirurgien esthétique.

Petite précision le PACK JEUNESSE TROIS ACTIONS à la Clinique Sainte Lova Moor de Cannes, c’est : Sourire faïence d’évier + replantage de rangs de poireaux teinture corbeau ou renard + blanchiment de l’anus – très en vogue chez nos amis les riches…ne riez pas, ça existe et je vous fais grâce d’imaginer les commentaires de l’équipe médicale qui fait ces interventions à la chaîne lorsqu’au petit matin, le brunch à peine digéré, ils prennent connaissance de leur planning…

Ces gens-là ne volent pas leur argent croyez moi.

Deuxième petite précision, les administrés de Levallois Perret bénéficient - sur présentation de leur carte d’électeur- d’une ristourne de 30% sur le PACK JEUNESSE TROIS ACTIONS car la troisième opération nécessite l’utilisation d’une moindre quantité de produits blanchissant et le temps de main d’œuvre est bien moins important dans la plupart des cas… surtout après les municipales.

 

Le casque, disais-je donc, c’est pour la vue et l’ouïe.

 

Ensuite, pour les autres sensations, on vous assoit sur un fauteuil de C4 Picasso qui tremble, ou bien on vous barde comme un rôti de porc avant de vous suspendre à 25cm du sol ou encore on vous cale sur une plateforme avec des chaussures de ski et là……….avec ce que l’on vous passe dans le casque, la magie de la réalité virtuelle opère :

  • Vous êtes le Tom Cruise de Clermont Ferrand et, comme dans TOP GUN, aux commandes d’un RAFALE flambant neuf, ressentez la vitesse, les G que prend le pilote, vous entendez la voix d’une stagiaire virtuelle, de la tour de contrôle - tout aussi virtuelle - vous dire : «Molo Paulo, vas-y mou sur les gaz, t’es pas dans ta Twingo ! l’bestiau est en rodage, et celui-là, il est pré-vendu chez les Abdullah ! Tu peux rentrer STP le tour de manège est terminé !»
  • Vous vous muez en Félix Baumgartner, revivez sa chute libre du haut de votre capsule spatiale positionnée à 40 000 mètres et ne pouvez vous exonérer, une fois le plongeon effectué, d’un passage au toilettes pour changer de slip tant l’expérience est stupéfiante de réalisme….
  • Vous vivez une descente infernale sur des pistes plus noires que l’amie sénégalaise de Morano, à des vitesses vertigineuses au milieu des sapins, priant pour que leur bois ne vous serve pas trop rapidement de costume…

 

A vous le Grand Canyon en tongs, le surf sur la plus grosse vague d’Hawaï au milieu des squales, la traversée de Neuilly-sur-Seine déguisé en Rom… le grand frisson assuré.

 

Vous voyez un peu comment ça fonctionne ?

 

Reprenant pied avec la réalité, la vraie, enfin…je pense…Troublé par ce que j’ai cru vivre durant cette journée, monte alors en moi une sorte de peur panique de voir l’humanité toute entière dépassée par de mauvais esprits, tentés qu’ils pourraient être par l’idée de nous soumettre en permanence à la « réalité virtuelle »

 

Je cède un court instant, moi aussi, à la théorie du complot : « grands Dieux et si cette technologie était déjà entre les mains des communicants de la CIA…. ???»

« Si ça se trouve, Hollande et Sarkozy n’ont jamais été présidents, ce sont les Américains qui, pour mieux nous téléguider, essaient de nous le faire croire…c’est vrai que c’est tellement énorme…aussi dingue que la théorie de la balle folle lors de l’assassinat de Kennedy…

« ils » nous manipulent en nous projetant des faux journaux télévisés…des fausses interviews, des fausses garden parties….DES FAUSSES COP 21… !!! Tout comme ils ont DEJA essayé de nous bourrer le mou depuis 1978 avec la mort d’Elvis… !!! (Qui, comme chacun sait, est toujours en vie, réfugié sur son île déserte où il vit une passion dévorante avec Marylin Monroe qui l’attendait depuis 1963…et aujourd’hui, tout le monde sait bien que dans leur quête ils ont été rejoints par Lady Di et Patrick Roy !!!

Infectes atlantistes, salauds d’intoxicateurs yankees !!!

Mais alors BFM, ITELE, TF1…….PUJADAS ??? Des complices !!!! Ils essayent de nous faire croire que Macron est de gauche ! Que la préoccupation majeure des français c’est l’insécurité même quand ils regardent l’état de leur compte en banque à partir du 15 du mois !!!….qu’on va être envahis par tous ces bougnoules violeurs de vieilles dames qui débarquent sur nos plages, déguisés en enfants, le sabre djihadiste entre les dents, et qui bientôt nous piquerons nos transats à Juan les Pins !!

Ils essaient de nous faire croire que les intellectuels aujourd’hui sont tous des gens au faciès de musaraigne, avec les oreilles décollées, le regard sournois et qui pensent qu’on est à deux doigts de se faire imposer la burqa !

 

Et nous, tristes sires avec nos casques-lunettes virtuelles, irions jusqu’à épouser ces idées, polluant de nos réponses à des sondages moisis, la boîte crânienne d’un ministre de l’intérieur soit disant de gauche (pourtant fruit de la relation adultérine de Donald Trump et de Maggy Thatcher, je le tiens de sa coiffeuse !) qui nous expliquera que, pour mieux nous protéger, il faut nous fliquer jusque dans la couche conjugale ou donner le droit à un bas du képi de tirer dans le dos d’un basané (donc forcément suspect) quand il le jugera nécessaire….même après 8 Ricard ???

Qu’il faut fermer toutes les frontières avec des bennes entières de mastic Rubson, et il n’y aura plus de problème ?

Qu’il faut claquer le beignet des journalistes et étendre l’état d’urgence jusqu’en 2017 : ça va permettre à Manu de virer les galeux de Notre Dame Des Landes sous les applaudissements des buveurs de Beaujolais nouveau ?

Qu’il est indispensable d’interdire –à contrecœur bien, sur mais pour notre sécurité, il va sans dire – toute forme de rassemblement….juste pendant le pince-fesse pseudo écolo responsable organisé à grand renfort d’empreinte carbone ? Cela dit, je dois avouer que cette dernière mesure me fournit une belle excuse pour éviter la communion du môme de ma sœur qui est mauvais comme la gale, et, au passage, d’économiser la substantielle somme réglementaire que tout parrain se doit d’offrir, devant Dieu, à ce genre de petit con qui a autant la foi que mon poisson rouge .

 

Ce serait donc ça la réalité virtuelle appliquée à la politique ?

 

  • Nous faire croire que l’on est en guerre le plus longtemps possible pour masquer les sujets douloureux qui minent un peu plus notre société et pourrissent le « vivre ensemble »…ces éléments qui fermentent et font le terreau des obscurantismes.

Parler de guerre est encore une des géniales formules dont les communicants, peu avares de surenchère, se gavent. Oui il y a eu des scènes de guerre mais qu’est-ce qu’un pays en guerre ? La réponse est sur Google image lorsque vous tapez BAGDAD, OHMS, VERDUN, DRESDE ou HIROSHIMA…nos aïeuls des 2 conflits mondiaux, les 280 000 victimes de la guerre civile en Syrie ou les victimes du génocide RWANDAIS doivent en faire des saltos dans leurs tombes…. Quand cesserons-nous, par nombrilisme, pédantisme et condescendance, d’imaginer que nos vies d’occidentaux valent plus que celles de nos frères africains ou arabes qui subissent, depuis des siècles, la barbarie de masse orchestrée avec la complaisance et l’indifférence de nos états…nos civilisations évoluées qui se refusent, pour de sordides raisons économiques, à mettre au ban de l’humanité, les pays qui ne connaissent même pas la définition de l’expression « droits de l’homme » ou n’ont jamais entendu parler de la convention de Genève.

  • Nous laisser imaginer qu’une dizaine d’abrutis bardés d’explosifs, élevés dans nos cités, « éduqués » par des illettrés à 5000 Km de chez nous, constituent une armée et que cela justifie un « patriot act» franchouillisé… réaction épidermique aux antipodes des décisions prises par le gouvernement Danois après la vague d’attentats qui a frappé son pays.

Une armée ? Non, une coalition de délinquants ratés, à peine capables de se faire embastiller malgré leurs 8 ou 10 condamnations, et qui ont trouvé, dans leur dérisoire et pathétique sacrifice, le seul moyen de faire parler d’eux. Fils et filles d’une société gérée par des pompiers pyromanes depuis 50 ans.

  • Nous faire croire qu’en acceptant de se laisser museler, « on » a gagné et « ils » ont perdu… alors qu’on va tous ressentir la même petite trouille (moi le premier) quand on plongera la main dans le bol de cacahouètes sur le zinc du Chiquito ou du Khédive, à l’heure de l’apéro… en bas de chez nous.
  • Nous laisser penser que la France ne sera plus la même, plus unis, sans amalgame, tolérante et anti facho ??? Histoire de rire jaune....Rappelez-moi juste les intentions de vote pour Marine à peine 10 mois après l’ «esprit du 11 janvier»….

2017, c’est encore loin et j’ai bien peur que nous soyons obligés, cette fois encore pour le 2ème tour, comme en 2002, d’aller voter le pantalon sur les chevilles avec, pour seul choix, celui de choisir entre deux droites…

 

  • Nous culpabiliser en nous faisant gober que si l’on n’est pas d’accord avec TOUTES les mesures prises par nos incompétents…on est complice des barbares ?

 

Rongé par ces sombres réflexions, je sens à nouveau que mes travers reprennent le dessus.

 

Ni une ni deux, je décide de me ressaisir et de revenir à la « positive attitude » que j’avais, il y a peu, appelée de mes vœux.

 

Sourire aux lèvres, gonflés par cette bouffée concentrée de technologie, nous décidons d’être modernes jusqu’au bout et d’accompagner, à notre petit niveau, la NOE (loi sur les Nouvelles Oportunités Economiques) car il n’est pas dit que nous ne participerions pas à ce grand soir promis par « Manu belle gueule » : là, fébriles comme avant notre premier rapport, lançons, avec Karpette, notre appli UBER POP sur un rutilant SAMSUNG GALAXY S 421 – 32 (Nous sommes à blocs !) car, en effet : point question de faire appel à un de ces salauds de taxis parisiens qui nous ont si souvent ignorés !!

 

Très rapidement, nous sommes pris en charge par un break R21 Nevada vert anglais, de toute beauté, dont l’atmosphère est saturée d’encens pour masquer le subtil mélange de parfum de pied confit et de frites froides oubliées sur les tapis de sol.

Le bolide est piloté par un homme d’une cinquantaine d’années, au regard aussi vif que celui d’une génisse, visiblement déprimé par sa peu enviable condition d’auto-esclave.

 

Mais je décide de ne point voir le côté sombre de la situation et me dis, positif :

« Diable ! En voilà encore un qui semble se plaindre la bouche pleine ! L’Etat ne lui a-t-il pas donné sa chance à cet ingrat ???  Le voilà patron de sa petite entreprise mais, surtout, exfiltré des statistiques de Paul l’Emploi ce qui lui a permis de retrouver une dignité…qu’il ne semble pas apprécier à sa juste valeur.

Et croiriez-vous qu’il dirait « merci Gattaz » ce gueux ???

Certes, il fait 75h par semaines MAIS C’EST POUR LUI !!!! Il a fait le choix de s’exploiter, s’évitant ainsi les tracas d’interminables palabres devant un tribunal de Prud’hommes !!! C’est ça, la magie d’UBER ! C’est aussi une forme de réalité virtuelle : tu te crois patron mais en fait tu es le larbin de toi-même…

Génial !

 

Soudain, sont-ce les effets des 14 canettes de Red Bull ingurgitées Porte de Versailles qui nous euphorisèrent ??

Je ne le saurai sans doute jamais, mais toujours est-il que je nous entends encore lui chanter à tue-tête, pour le motiver un peu car il semblait mari par un trafic devenu plus dense : « Chôômeeeuuuuur, si t’es l’champions, appuiiilleuuu ! appuiiilleuuu ! Chômeeeuuuuur, si t’es champions appuie-su’l’champigon !!!! »

 

Notre course s’arrêta net et nous terminâmes à pied….

 

Après 3 heures de marche vers Montparnasse, nous dûmes, à regret et sans anesthésie générale, amputer le talon d’un escarpin que cette interminable épopée vers la survie avait affaibli.

 

Arrivés, nous nous installâmes, enfin, sur un banc de béton froid à l’extérieur de la gare, encore sous le choc de la violence de ce dernier épisode.

Après de longues minutes de silence à observer de crasseux pigeons risquer leur vie à picorer les restes d’un Big Mac, nous nous mîmes à deviser, sans enthousiasme, sur l’espèce humaine et sa petitesse….

Convaincus que la troisième Guerre Mondiale, celle qui nous oppose chaque jour à la conjuration des imbéciles et des obscurantismes, n’est pas prête d’être gagnée.

 Salauds de pauvres…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.