KARPA
Repenti
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2015

« Et pour 2017, on lui met quoi à la p’tite dame ? »

KARPA
Repenti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon boucher me l'a encore dit ce matin : « la viande, c’est bon quand c’est un peu avarié, sinon, ça a pas de goût !»

Et elle en a du goût la France ce matin non ? Ah bah si quand même !! Avec 26% de moisissure sur les tournedos…elle a du goût !

Dans "France" d’ailleurs, il y a "rance" et il va être compliqué de trouver rime plus riche pour illustrer ce que devient notre beau pays…

C’est Pernaud qui va être content ce midi !…d’ailleurs, Pernaud, ça rime pas, c’est carrément la marque du sponsor principal du FN dans ces cercles de pensées que sont les troquets et les buvettes de stades… ces endroits où la gauche ne rentre plus…bien trop populo !

Il faut dire aussi que la gauche n’est pas raisonnable non plus, elle en a laissé du terrain !! , pensez donc : pour le prix d’un café à la terrasse du « FLORE », on a 3 Muscadets au « Chiquito » de la route de Berzillé, à la sortie de Rogent le Maugreux. De plus, non content de participer à l’effort national en épongeant les excédents, vous vous gavez d’anti oxydants (excellent pour combattre le cancer) et à 2 grammes vous ouvrez vos chakras à la philosophie de la « décomplexitude ».

Mens sana in corpore sano.

Et puis Marie Jo, la patronne, elle fait crédit, elle ! Et je peux vous dire que ce matin, en relevant son rideau de fer elle a toisé fièrement le « moricaud » qui a ouvert un kébab sur le trottoir d’en face. Et les premiers penseurs qui faisaient le pied de grue en attendant la délivrance avaient la tête haute sous la casquette ! Elle participe à faire progresser les idées, ELLE !

Mais il n’y a pas que dans les troquets de l’Aisne (sans « H ») qu’on distille le carburant de la Marine (la blonde, pas les bateaux).

A Paris aussi on a bien bossé ! Les plateaux de TV ont réalisé (une fois de plus) un travail d’orfèvre : donner de la résonnance et de la visibilité à des fantômes. Faire beaucoup avec rien. Agiter la trouille du Sarazin, du voile, de DAESH, des sauvageons et de la merguez Hallal… et surtout, donner la parole aux absents car, quoi qu’on en dise, le FN n’a pas trusté les émissions politiques bien au contraire.

Le Petit Journal de CANAL s’en est fait l’écho il y a 15 jours : sur un mois, 196 invités politiques sur les plateaux télé...seulement 6 du FN, et on n’a fait que parler d’eux…196-6, ça fait 190 irresponsables de tous bords qui ont joué les VRP pour Florian, Marine et Marion....

Juste pour nous mettre le feu aux trousses.

Valls est le premier de cette longue liste d’apprentis sorciers, lui qui n'a fait campagne que sur ce thème tant les idées semblent lui manquer, pour espérer rendre plus douce une raclée programmée.

Car faire monter le FN est bien la stratégie à peine voilée (oh ! oh ! oh ! une vanne « Grosse têtes » !) d’une gauche au pouvoir en manque d’inspiration. Son programme pour les deux ans à venir est d’une limpidité déconcertante : ramener dans le troupeau l’électeur de gauche, au sens large, et lui dire chaque jour : « le choix entre Sarkozy et Marine…c’est ça que tu veux, irresponsable ??? Regarde tes conneries ce matin : un UMP largement en tête, un FN en deuxième place !!! File dans ta chambre et n'en ressort qu'avec ta carte d'électeur ! »

La droite, quant à elle, jouera une fois de plus sa carte « décomplexée » mais pas avec le fric, cette fois…. avec les idées.

A n’en point douter, le nouveau sociétaire de « Rires et Chansons » qu’est Sarkozy nous expliquera, avec trois fautes de syntaxe tous les deux phrases pour faire "plus près de vous", qu’il est le seul rempart contre une vague facho : LUI, il sait donner la coloration républicaine qui sied aux idées nauséabondes de l’extrême droite.

On disait des Français, lorsque j'étais enfant, qu'ils avaient "le coeur à gauche mais le portefeuille à droite"

Il faut croire que la force centrifuge a eu raison de notre anatomie...et que le grand manège des médias a bien fonctionné en tournant dans un seul sens : vers l'extrême droite.

Mais face à l'impression du danger, il y a la cruelle objectivité des chiffres qui nous assène sa sordide vérité ce matin. En effet, aux 26% du FN il faut bien ajouter les 38% d'un UMP-UDI-Divers D dont la bonne moitié des valeurs, quoi qu'en dise "l'ersatz" (c'est la surnom que je donne à Sarko car il imite tout le monde mais au final ne ressemble à rien...) ne sont qu'une version édulcorée des thèses nauséabondes du FN.

Comme il était doux de rêver, le 11 janvier, qu'on avait renvoyé les loups dans leurs bois à grand coup de pieds aux fesses et que les gentils étaient tous dans la rue ! Qu'on allait tous s'aimer et que soudain nos compatriotes avaient enfin compris les vertus du vivre ensemble, de la mixité sociale et culturelle, de l'égalité...

Mais rendons nous à l'évidence : nous sommes désormais un vrai peuple de trouillards qui craint le « bougnoule », le Rom, le clandestin jusque dans les tréfonds de ses campagnes où les seuls bronzés qu'on croise sont les ouvriers agricoles durant l'été.

Alors "rassurer" est le mot d'ordre à gauche comme à droite...et derrière ce mot, on met un peu ce qu'on veut.

Les Français en veulent de la rassurance ?...qu'ils en reprennent après tout, ils ont visiblement l'estomac suffisamment solides pour encaisser les mélanges les plus indigestes...et les mensonges les plus éhontés.

Du coup, ce matin, j’en suis resté là avec mon boucher car j’ai bien compris qu’on se comprendrait pas…et là il m'a dit :

« Et avec vos tournedos, M’sieur Krapa, j’vous mets quoi ? Du tofu ?? Rôôôh Allez je vous charrie faites pas cette tête ! La politique, c’est comme ça, un coup on gagne et un coup on paume ! C’est la vie ! Allez, pour éponger vot’peine, j’vous compte pas le jambon !!!! Tant qu’on a le droit d’en manger Arf ! Arf ! »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis