Qui sont les vertitables extremistes ?

Il est si facile de prétendre que la seule rationalité est celle défendu par le pouvoir et les puissants et que tout les autres seraient des "extremistes"

Qui sont les véritables extrémistes ?

 

Le problème que nous posent ces politiques à la pensée anachronique, en décalage total avec les enjeux de notre époque, ce n'est pas qu'ils existent, car il faut bien accepter la pluralité d'opinions, non, le problème c'est qu'ils nous gouvernent !

 

Prenons un exemple pour mettre cette question en perspective : on n'a pas forcément envie ni besoin de mettre tous les platistes en prison, car on peut bien se permettre de les laisser penser ce qu'ils veulent, aussi délirante soit leur pensée, mais on préfère quand même ne pas les laisser s'installer à des postes clés dans les domaines scientifiques. Et il n'y a pas vraiment de débat là-dessus : un platiste pour diriger l'Agence Spatiale Européenne, l'Institut Pasteur ou l'École Nationale des Ponts et Chaussées, l'idée même ferait rire : le consensus pour dire qu'il vaut mieux ne pas le faire va de soi.

 

Et pourtant, même si cela choque de plus en plus de personnes sur Terre, on confie allègrement des postes clés dans la politique, la finance, l'industrie, à de vrais conservateurs dont la pensée politique correspond à une vision du monde qui n'a plus d'avenir. Et là, bizarrement, ça ne fait rire personne. Ça en fait peut-être pleurer certains, mais pas assez pour que cessent ces erreurs de casting.

 

Produire toujours plus de biens (dont beaucoup sont sans doute inutiles), consommer toujours plus de ressources non renouvelables, fragiliser et polluer toujours plus les écosystèmes, réduire encore davantage la biodiversité, émettre toujours plus de gaz à effet de serre, tout cela sans jamais accepter de regarder avec honnêteté les conséquences que cela pourrait avoir, voilà ce qu’on devrait appeler une pensée politique conservatrice, et même archaïque : elle est issue de dirigeants qui croient sincèrement que l'on va pouvoir continuer à s'enfoncer dans l'excès, pour toujours, et faire comme on a toujours fait depuis les années 50, sans jamais rencontrer de véritables problèmes. Ce sont des irresponsables, leur pensée est dangereuse, osons le mot : ce sont des extrémistes !

 

Traiter d'Amishs, sans distinction, tous ceux qui commencent à protester contre cette vision du monde, suicidaire, et qui voudraient simplement (même si j'en conviens, ça n'a rien de simple) que l'on se pose un peu pour réfléchir avant de courir follement sans savoir où l'on va, ceux qui voudraient que l'on considère avec sérieux et raison des évidences scientifiques devenant de plus en plus massives, ceux qui pensent que dans ce moment décisif pour l'histoire de l'humanité, la démocratie devrait être renforcée et que les citoyens devraient prendre part aux débats sur les grandes orientations de nos sociétés, bref, traiter tous ces gens-là d'Amishs avec une condescendance toujours plus grande, comment devrait-on appeler cela ?

 

Les politiques de la catégorie de Mr Macron appartiennent au vieux monde, au monde déliquescent, et ils ne devraient plus avoir leur place à la table des dirigeants du monde qui s'annonce, du monde qui s'impose. On en dénombre pourtant beaucoup des individus de son genre sur Terre, et même des bien pires que lui, mais on ne trouve toujours pas ridicule que ce soient eux qui tiennent notre destin entre leurs mains. Pourquoi ? Pourquoi proposer de confier la Nasa à un platiste convaincu serait considéré comme la blague du siècle, alors que de confier le futur de l’humanité à des gens qui n’ont toujours pas compris les enjeux de notre civilisation semble tout à fait acceptable ? Combien de temps encore allons-nous les laisser faire ? Combien de temps encore allons-nous les laisser hypothéquer nos chances d'un avenir désirable ?

 

Michael Pelloquin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.