kengné téguia
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2021

#TheBLACKRevolutionwillbeDEAFinitelyLOUD vs Act Up Paris

Bon sang, une histoire d'affiche, tout ça pour l'affiche !

kengné téguia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 1er Décembre dernier était donc la journée internationale contre le Sida et je me suis dit qu'il fallait absolument que je prenne la responsabilité d'informer, dénoncer ce qui s'était passé avec Act Up Paris, pour ce jour la veille, à une période déjà assez étreignante et sensible pour moi. Parce que justement, j'avais, initialement fait une affiche pour ce jour, tout devait coller et être cohérent, tant pis, si je suis à bout de souffle, tant pis si ma colère est très vive, tant pis si je souffre, me rendant ainsi particulièrement vulnérable, m'empêchant alors de prendre un minimum de recul, ni d'avoir assez le temps de bien faire les choses. Ou de m'absenter tout simplement et ne devoir rendre de comptes à personne pour se prioriser, se préserver et prendre soin de sa santé mentale. Il n'en sera rien, je rédige donc ce mail et me retrouve à la fin dans l'incapacité de poursuivre la partie se rapportant à la sphère publique, ce blog donc.

J'avais épuisé toute mon énergie dans la formulation de l'adresse du conflit, d'un état des lieux assez sévère de la situation avec la dite association, de ma situation aussi, de la verbalisation de mon mal être, des conséquences psychiques d'un isolement trop longtemps subi, trop longtemps supporté. Mais tout cela à l'adresse d'une audience dont la presque totalité est entendante, majoritairement blanche, faiblement plus hétéro que PD, lesbienne, bi et autre, enfin je crois et dont pour ce grand ensemble la question VIH m'est assez floue quant à celleux qui seraient de près comme de loin directement concernées, mis à part quelques personnes.

Je me suis donc demandé.e si cela faisait sens de communiquer, exclusivement, à cette audience, cette expérience révélatrice de ce que peut une association aussi symbolique, Act Up Paris, qu'on pourrait maintenant qualifier d'institution, face à un.e artiste "minoritaire". Des mêmes dynamiques de pouvoir que peuvent emprunter les destinataires en question à mon égard puisqu'étant presqu'entièrement entendant.e.s, pour ne citer que cette dernière catégorie. D'y, cette assistance donc, inclure des personnes, des institutions avec qui je suis toujours en litige actuellement. N'était-ce pas assez douloureux comme cela pour que je veuille m'épancher de la sorte, d'une position d'attente provoquée, m'exposant alors, conscientisant de ce fait plus encore, ce non-boomerang, tragique rappel d'un mur grandissant qui me sépare d'elleux, de l'impossible écho ?

Bref, il s'agissait donc d'être plus juste, constant.e encore face à mon propos en prenant le temps d'écrire ce billet afin de laisser une trace de l'affiche en question, sans dépendre de cette dite audience et ainsi espérer pouvoir atteindre cette cible que je désespère toucher, percevoir un jour. Ces personnes qui me ressembleraient, en somme et dont je ne vois leurs visages nul part ailleurs en vain, pour une véritable connexion, ENFIN.

Je serai assez concis.e, en ne reprenant que quelques parties du mail en question afin de contextualiser mon affiche et partager tout autant l'échange avec la personne d'Act Up Paris, qui permettra d'expliquer pourquoi j'ai choisi de me désolidariser de cette association deafinitivement.

J'ai également pris la décision de ne pas rendre publique le nom de cette personne car, ici, il ne s'agit pas de lancer une vendetta contre cette dernière, qui est déjà assez fragilisée pour diverses raisons mais plutôt de créer un débat quant à la question de la représentation des lors qu'il s'agit des questions VIH et d'intersectionnalité, tout en faisant intervenir la question artistique qui se retrouve empêchée face à des outils militants, qui peinent à se renouveler et donc à se sortir de dogmes, automatismes, et enfin de la question des bonnes intentions, aussi, encore et toujours.

J'ai aussi décidé d'être plus soft, en comparaison à mon mail du 1er Décembre, dans mes propos contre Act Up Paris, mail envoyé sous le coup de la colère mais de la blessure, du désespoir aussi. Car nous, tout.e.s, Séropos, sommes particulièrement marginalisé.e.s, invisibilisé.e.s et donc vulnérable.s dans cette société. C'est pourquoi j'ai aussi une responsabilité, au sein de la sphère publique, celle de ne pas jouer le jeu de certain.e.s dominant.e.s, qui n'auraient que faire de nous et seraient bien content.e.s qu'on s'auto-détruise de nous-même, politiquement et physiquement, par ailleurs.

Néanmoins, malheureusement dirai-je, en étant ce que je suis, serai(s), c'est à dire un.e artiste Noir.e Sourd.e cyborg séropositif.ve, je fais face à des reflexes, des violences qui en disent long et dont je suis obligé.e d'être vocal.e dans leur dénonciation afin d'espérer déclencher une remise en question permettant une meilleure prise en compte et donc respect, nous concernant, plus particulièrement. D'un rapport de force nécessaire, aussi minime qu'il soit, pour tenter de bousculer, tenter de faire réfléchir d'autres, dans une position plus privilégiée que nous, qui ne feront pas cet effort d'humilité, de pause s'iels n'ont pas été brusquées vers cette direction, vers un (semblant) début de chemin de déconstruction(s), quelque soit le milieu incriminé, les personnes fautives. 

Il en va de ma, notre dignité, de ma survie plus exactement.

Allons maintenant, enfin, dans le coeur du sujet :

J'ai été invité.e par Act Up Paris à produire une affiche pour l’appel à manifester pour le 1er décembre, justement, avec son mot d’ordre, cette année, « Précarité sanitaire, Riposte communautaire », puis je me suis rendu.e compte, après leur avoir délivré ma proposition, que leurs "bonnes" intentions n'étaient pas tant de me permettre d'être, encore plus, visibilisé.e que de profiter de ce que je pourrais représenter, tout en s'assurant que mon art soit dirigé vers un certain cadre. Au choix, de vouloir de moi que je sois, une mascotte, un.e graphiste, les deux marchent très bien aussi. 

Bien que l'échange entre Act Up Paris et moi, disponible à la fin de ce billet, aura sonné le glas de toutes collaborations avec cette dernière, y compris le retrait de ma proposition, du projet ART = ACTION, offerte depuis l'an dernier, il était, avec le recul, important que je partage tout de même l'affiche en question.

Parce que, pour commencer, il s'agit d'une affaire sérieuse, qu'il y est, aussi, sujet, surtout, de ma vie, puis, comme j'ai pu l'évoquer précédemment, pour des questions de représentation(s). Maintenant diffusée dans sa version brute au sein de mon propre écosystème, l'affiche échappe à toutes formes d'appropriation, d'instrumentalisation et donc se retrouve à sa place. Vous y remarquerez une nouveauté, celle du clown au niveau du logo d'Act Up Paris signifiant que nous, cette dernière et moi, sommes, respectivement (j'ose espérer), ensemble mais séparément, désormais.

La voici donc, accompagnée d’un commentaire s’y rattachant, relatant, proposant un aperçu de ce que l’intersectionnalité veut dire lorsqu’on est un.e séropo, qui s’avère être aussi Noir.e, PD, Sourd.e mais drogué.e, également, entre autres. De quelles vulnérabilités il pourrait s'agir en France en 2021, quand nous sommes tout cela et bien plus encore :

Alternative Affiche Act UP Paris - KT © Kengné Téguia

"Parce qu’apparemment je méritais d’être séropo car PD.
Parce qu’après 15 ans de VIH, je n’ai toujours pas de médecins à qui faire confiance car Noir.e PD Séropo.
Parce qu’apparemment je serais drogué.e, on n’a jamais pris le temps de me parler de réductions de risques dans le milieu médical car Noir.e PD Séropo.
Parce que je galère pour un meilleur suivi prenant en compte ma surdité, si ce n'est mon humanité, en tant que non-signant.e car Noir.e Sourd.e PD Séropo.
Parce que j’attends toujours une prise en charge psy liée aux traumas provoqués, entre autres, par une communauté blanche PD raciste et fétichiste car Noir.e PD Séropo.
...

#TheBLACKRevolutionwillbeDEAFinitelyLOUD" 

Voici l'échange entre Act Up Paris et moi, en toute transparence :

Conversation entre Act Up Paris et moi © KT (pdf, 1.8 MB)

Deafinitivement vôtre,

Kengné Téguia

#TheBLACKRevolutionwillbeDEAFinitelyLOUD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua