kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2017

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

De l'illégitimité en politique

L'élection à la française a-t-elle encore (ou déjà eu) un sens ?

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle nous imbibe, nous croyons la côtoyer de près, elle se lie aux citoyens d’amours haineuses. Entre surmédiatisation de l’image et coulisses chaotiques du processus décisionnel, la politique obsède autant en France qu’elle tient à distance.
Censée définir le cadre le plus souhaitable pour un collectif humain, elle se prétend en même temps issue de toutes ses individualités. La volonté générale la guiderait, bouclier interventionniste dans sa main gauche, glaive coercitif dans sa main droite. De telles missions messianiques devraient alors s’incarner au travers de personnalités hors du commun.
Mais quelle légitimité pour ces acteurs publics, à la fois représentants et décisionnaires ? La Constitution sclérosée du 4 octobre 1958 persiste et signe : coup droit, « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » (article 3) ; revers, « tout mandat impératif est nul » (article 27). Par le biais de la démocratie dite « représentative », on observe dès lors un transfert du pouvoir dénoncé de J.-J. Rousseau (dénonçant l’« aristocratie élective ») à C. Castoriadis (révélant son visage moderne, l’« oligarchie libérale »), en passant par P.-J. Proudhon (et sa célèbre formule, « le délégué du souverain sera le maître du souverain ») : par un jeu conceptuel, on reprend de la main ce qu’on a donné au peuple de l’autre.
Transfert consenti, vraiment ? La validation sommaire d’un référendum il y a soixante ans – en plein contexte algérien – vaut-il ad vitam æternam ? La démocratie ne devrait-elle pas se « directiser », l’urgence de la modernisation n’est-elle pas moins celle du Code du travail que celle du mode de scrutin (vote par approbation, par note, par classement…) comme l’Australie a su franchir le pas il y a déjà un siècle ? Plus généralement, le temps n’est-il pas enfin venu de porter les aspirations constitutionnelles populaires via une assemblée constituante ?
Le gouvernement nous répond un non au carré : dernier exemple en date, les ordonnances portant atteinte à la représentation populaire et à la séparation des pouvoirs, « c’était dans le programme », ce même programme qu’É. Macron trouvait moins « au cœur » de la campagne que la « mystique », le « style » et la « magie » – excusez du peu ! – de la politique(1), ce même É. Macron élu pour « faire barrage au Front national » à hauteur de 43 % des électeurs selon l’Ipsos(2). Mais soit : élection vaudrait blanc-seing.
À un détail près : la légitimité ne se résume pas simplement à la légalité. Le droit est un garde-fou, il rend compatible les contradictions d’intérêts davantage qu’il ne transforme en or tout ce qu’il tranche. Une légitimité qui se réfugierait uniquement derrière les rouages légaux ne l’est déjà plus. Être légitime relève au contraire de l’évidence : c’est d’abord se faire accepter, par son parcours, ses valeurs ou sa capacité à fédérer. Or, M. Macron, le doute est légitime concernant votre passé opaque chez Rothschild, vos principes républicains à géométrie variable et votre rassemblement politique de façade.
« La force de ceux qui gouvernent n’est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner », susurrait P. Raynal. Attendrons-nous 2022 pour résister à l’ivresse jupitérienne, au risque d’y voir s’y substituer un front plutonien ?

________________________________________________________

(1) « Pour Macron, le programme n’est "pas le cœur de la campagne" », Le Figaro.fr, 12 février 2017 [en ligne], http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/12/97001-20170212FILWWW00081-pour-macron-le-programme-n-est-pas-le-coeur-de-la-campagne.php [consultée le 2 août 2017].

(2) Bardo A., « Sondage : 43 % des électeurs de Macron ont voté en opposition à Le Pen », Public Sénat.fr, 7 mai 2017 [en ligne], https://www.publicsenat.fr/article/politique/sondage-43-des-electeurs-de-macron-ont-vote-en-opposition-a-le-pen-60193 [consultée le 2 août 2017].

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org