kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2017

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

De l'illégitimité en politique

L'élection à la française a-t-elle encore (ou déjà eu) un sens ?

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle nous imbibe, nous croyons la côtoyer de près, elle se lie aux citoyens d’amours haineuses. Entre surmédiatisation de l’image et coulisses chaotiques du processus décisionnel, la politique obsède autant en France qu’elle tient à distance.
Censée définir le cadre le plus souhaitable pour un collectif humain, elle se prétend en même temps issue de toutes ses individualités. La volonté générale la guiderait, bouclier interventionniste dans sa main gauche, glaive coercitif dans sa main droite. De telles missions messianiques devraient alors s’incarner au travers de personnalités hors du commun.
Mais quelle légitimité pour ces acteurs publics, à la fois représentants et décisionnaires ? La Constitution sclérosée du 4 octobre 1958 persiste et signe : coup droit, « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » (article 3) ; revers, « tout mandat impératif est nul » (article 27). Par le biais de la démocratie dite « représentative », on observe dès lors un transfert du pouvoir dénoncé de J.-J. Rousseau (dénonçant l’« aristocratie élective ») à C. Castoriadis (révélant son visage moderne, l’« oligarchie libérale »), en passant par P.-J. Proudhon (et sa célèbre formule, « le délégué du souverain sera le maître du souverain ») : par un jeu conceptuel, on reprend de la main ce qu’on a donné au peuple de l’autre.
Transfert consenti, vraiment ? La validation sommaire d’un référendum il y a soixante ans – en plein contexte algérien – vaut-il ad vitam æternam ? La démocratie ne devrait-elle pas se « directiser », l’urgence de la modernisation n’est-elle pas moins celle du Code du travail que celle du mode de scrutin (vote par approbation, par note, par classement…) comme l’Australie a su franchir le pas il y a déjà un siècle ? Plus généralement, le temps n’est-il pas enfin venu de porter les aspirations constitutionnelles populaires via une assemblée constituante ?
Le gouvernement nous répond un non au carré : dernier exemple en date, les ordonnances portant atteinte à la représentation populaire et à la séparation des pouvoirs, « c’était dans le programme », ce même programme qu’É. Macron trouvait moins « au cœur » de la campagne que la « mystique », le « style » et la « magie » – excusez du peu ! – de la politique(1), ce même É. Macron élu pour « faire barrage au Front national » à hauteur de 43 % des électeurs selon l’Ipsos(2). Mais soit : élection vaudrait blanc-seing.
À un détail près : la légitimité ne se résume pas simplement à la légalité. Le droit est un garde-fou, il rend compatible les contradictions d’intérêts davantage qu’il ne transforme en or tout ce qu’il tranche. Une légitimité qui se réfugierait uniquement derrière les rouages légaux ne l’est déjà plus. Être légitime relève au contraire de l’évidence : c’est d’abord se faire accepter, par son parcours, ses valeurs ou sa capacité à fédérer. Or, M. Macron, le doute est légitime concernant votre passé opaque chez Rothschild, vos principes républicains à géométrie variable et votre rassemblement politique de façade.
« La force de ceux qui gouvernent n’est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner », susurrait P. Raynal. Attendrons-nous 2022 pour résister à l’ivresse jupitérienne, au risque d’y voir s’y substituer un front plutonien ?

________________________________________________________

(1) « Pour Macron, le programme n’est "pas le cœur de la campagne" », Le Figaro.fr, 12 février 2017 [en ligne], http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/12/97001-20170212FILWWW00081-pour-macron-le-programme-n-est-pas-le-coeur-de-la-campagne.php [consultée le 2 août 2017].

(2) Bardo A., « Sondage : 43 % des électeurs de Macron ont voté en opposition à Le Pen », Public Sénat.fr, 7 mai 2017 [en ligne], https://www.publicsenat.fr/article/politique/sondage-43-des-electeurs-de-macron-ont-vote-en-opposition-a-le-pen-60193 [consultée le 2 août 2017].

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP