kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2017

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Le chiffre, de l'outil au tyran

Quel est le point commun entre le prophète stérile Apple, la novlangue néo-libérale et la suprématie contemporaine des sciences dites « dures » ?

kenzo.mastronuzzi
Écrivain public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quel est le point commun entre le prophète stérile Apple, la novlangue néo-libérale et la suprématie contemporaine des sciences dites « dures » ? L’anesthésie générale du sentiment humain. Soyez innovants, mais surtout pas originaux. Soyez libérés au travail, mais surtout pas du travail. Intéressez-vous aux mécanismes de la réalité matérielle au comment mais surtout pas à son sens au pourquoi.

Oui, la sensibilité est en deuil. Nous avons perdu la poésie du monde. Et, à travers elle, une partie de la perception du monde. L’individualité se désagrège dans le collectif individualiste. Le jargon remplace la rime, la technique supplée l’art, la connaissance se substitue à la culture. Nous traversons un âge d’or singulier, l’âge plaqué or du cerveau qui humilie le cœur, si tant est que cette dichotomie soit pertinente. La lutte des classes, avant d’être une question sociale, est une lutte cognitive : pour asseoir son invraisemblable légitimité, l’oligarchie financière a imprégné les esprits d’un faux-ami. Un prisme déshumanisant fondé sur le mythe de la rationalité moderne, à savoir le culte arithmétique.

Il suffit de le constater autour de soi. Alors que depuis son invention au Moyen Âge, la comptabilité se contentait de rappeler les commerçants à leurs responsabilités, sa réforme des années 1990 a épaissi les bordures jusqu’à, progressivement, remplir le cadre tout entier : le contenant est devenu contenu. Du totem du « bac S » à la surmédiatisation des « experts », la réputation du chiffreur s’est construite au détriment de celle du lettré : plus que jamais, les bons comptables font les bons amis. Et si pensée il y a, elle ne sera prise en compte qu’en tant qu’instrument d’influence, de calculs. Une somme de vues, de partages, de commentaires, d’audimat 2.0 : la viralité, condition préalable de la crédibilité. L’idée n’existe plus en tant que telle et fait désormais corps avec son canal de communication. Dans le cas contraire, c’est-à-dire dans l’extrême majorité des cas, les penseurs seront considérés comme de simples « illuminés » pratiquant le loisir d’un autre temps : la « masturbation intellectuelle ».

De même, le nombre est perçu pour ce qu’il n’est pas : un indicateur prétendument objectif. Un programme non chiffré (ou qui s’écarterait simplement de dogmes tels que la croissance ou la réduction de la dette publique) est ainsi taxé de tous les maux : insincère, fantaisiste, voire irréalisable.

Mais le règne absolu des chiffres arabes a besoin d’un bras droit, celui de la traçabilité : rien ne doit s’opposer au recensement des petits riens, c’est pourquoi l’inquantifiable se confond avec l’inqualifiable. Une fois toutes les logiques autres que financières écartées, le devoir d’inventaire succède au droit d’inventaire. La critique est en effet neutralisée : quelle parole de mortel prétendra rivaliser avec l’exhaustivité froide de l’énumération mécanisée ?

C’est ici que le second adjoint entre en jeu. À partir de ces données arrachées au réel, le benchmarking hiérarchisera, flattera quelques-uns afin de dénigrer fatalement tous les autres. Comparaison, même absurde, devient raison : un plan unique, mais chacun à sa place. Niveler pour mieux déniveler ; compétitivité oblige !

Alors, changeons de compétition. Lorsque les comptes ce nerf de la guerre tiennent lieu de guerre à part entière, une trêve s’impose. Y résister, c’est d’abord s’assumer en tant qu’être individuel avec une histoire, une personnalité, une idéologie, des rêves et des craintes, toute cette part mouvante et sublime qui nous distingue des machines censées servir l’humanité… et non l’inverse. Demandons-nous ensuite : le rationalisme comptable est-il le moteur, ou le frein du développement humain ?

La réponse des Misérables n’a pas pris une ride : « la poésie d’un peuple est l’élément de son progrès. La quantité de civilisation se mesure à la quantité d’imagination ». Quand nous extrairons-nous du cynisme et du fatalisme ambiants ? Quand l’émulation, la coopération et la solidarité dont l’efficacité n’est plus à prouver auront-elles enfin du crédit à nos yeux ? Quand prendrons-nous exemple sur le génie créatif, la beauté imaginative, l’infinie curiosité des enfants, avant que notre société ne les éteigne cruellement ?

La vérité est sauvage : plus une élite armée de certitudes cherchera à la capturer d’un seul coup, moins elle se montrera docile. Ne craignons plus de l’apprivoiser à main nue par un voyage intérieur (l’art) comme extérieur (le débat). À bas la statistique ; vive la dialectique !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas