Mahomet le prophète de Voltaire

Extraits de la lettre de Voltaire à sa Majesté le Roi de Prusse :

A Rotterdam, 20 janvier 1742

Sire,

« … Votre Majesté sait quel esprit m’animait en composant cet ouvrage. L’amour du genre humain et l’horreur du fanatisme, deux vertus qui sont fates pour être toujours auprès de votre trône, ont conduit ma plume. J’ai toujours pensé que la tragédie ne doit pas être un simple spectacle qui touche le cœur sans le corriger. Qu’importent au genre humain les passions et les malheurs d’un héros de l’antiquité, s’ils ne servent pas à nous instruire. (…)

Ne peut-on pas essayer d’attaquer dans une tragédie cette espèce d’imposture, qui met en œuvre à la fois l’hypocrisie des uns et la fureur des autres ? Ne peut-on pas remonter jusqu’à ces ancien scélérats, fondateurs illustres de la superstition et du fanatisme, qui les premiers, ont pris le couteau sur l’autel pour faire des victimes de ceux qui refusaient d’être leurs disciples ?

Ceux qui diront que les temps des crimes sont passés, qu’on ne verra plus de Barcochebas, de Mahomet, de Jean de Leyde, etc. que les flammes des guerres de religion sont éteintes, font, ce qu’il me semble, trop d’honneur à la nature humaine. Le même poison subsiste encore, quoique moins développé : cette peste, qui semble étouffée, reproduit de temps en temps des germes capables d’infecter la terre. N’a-t-on pas vu de nos jours les prophètes des Cévennes tuer au nom de Dieu ceux de leur secte qui n’étaient pas assez soumis ?... »

Le texte intégral peut être lu dans la préface de la tragédie écrite par Voltaire « Mahomet le prophète » (Christian Bourgeois éditeur) dans laquelle, dixit Pierre LAROUSSE, il dénonce « tous les fanatismes et montre les abus et les crimes auxquels entraîne la passion religieuse »

270 ans ... et, sans aucune caricature, toujours d'actualités!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.