De Margerie - Rémi Fraisse, deux poids deux mesures

Deux décès tragiques, deux personnes que tout oppose, un hommage appuyé, un hommage oublié, deux poids deux mesures.

Les mêmes qui appelaient au respect et à la dignité suite au décès du PDG de Total, n'en font rien lorsqu'il s'agit d'un jeune militant de 21 ans.

Pour preuve, les propos du président du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, qui déclare à la suite du décès de Rémi: "Mourir pour des idées, c'est une chose, mais c'est quand même relativement stupide et bête"...

Outre l'affront porté contre Jaurès et Brassens, ces propos me semblent scandaleux et indigne d'un élu du PS, (Je n'ose plus dire élu de gauche). Ils n'ont peu ou pas été révélés par la presse et n'ont en aucun cas suscité la même indignation de la part du système politico-médiatique que ceux de Gérard Filoche suite à la disparition de Christophe de Margerie.

A mon sens Gérard Filoche a bien plus sa place au sein du PS que certains autres. En tout cas dans un PS tel que je l'idéalisais ce jour de 6 Mai 2012, bercé par mes naïves illusions.

Mes pensées à la famille de Rémi.

Source: http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/27/1980186-thierry-carcenac-mourir-idees-est-chose-est-quand-relativement-bete.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.