Voilà ce que vivent les mauritaniens!

Gouverner c'est répondre aux aspirations du peuple. Gouverner c'est donner un avenir meilleur à nos filles et fils. Gouverner c'est organiser efficacement nos directions, nos institutions et Notre administration. Gouverner c'est respecter les droits du peuple. Gouverner c'est de servir le peuple et non de se servir dans les tirelires du peuple...
  1.      Partout et ailleurs, avec nos plumes, nous défendons les principes de la modernité politique et de leur application. Le respect de la dignité humaine, le respect de l'expression populaire, le respect de nos différences. Voilà les valeurs que nous défendons! Dans des spéculations politiques vides de sens, ces valeurs, justes et légitimes, se noient dans un flot de mots choisis pour anesthésier le peuple. Les mots ne sont guère innocents. Ils donnent sens à nos pensées et véhiculent notre raisonnement. La répression politique, l'instrumentalisation du fait religieux à des fins politiques, la corruption, la violation systématique de nos droits : Voilà ce que nous vivons! La logique voudrait que, quand on traite un sujet aussi sensible, d'identifier les véritables racines du mal. Devant le silence assourdissant de nos journalistes et de nos hommes de lettres, de nos hommes de sciences et de nos hommes religieux, une question se positionne comme une évidence. Qu'est ce qui est à l'origine de cette société maladive qui réprime et violente ses fils et filles?

Nous avons la volonté et la détermination de vaincre le mal. Notre confiance en la révolte populaire est impénétrable. Notre foi en la démocratie et ses principes est inébranlable. Nous avons un but, une ligne de conduite et un avenir prometteur pour les générations présentes et futures. Bakounine, dans Dieu et État commençait par ces mots : "Trois éléments où, si vous voulez, trois principes fondamentaux constituent les conditions essentielles de tout développement humain, tant collectif qu'individuel dans l'histoire : 1) l'animalité humaine, 2) la pensée, 3) la révolte. A la première correspond proprement à l'économie sociale et privée; à la seconde; la science; à la troisième; la liberté."

C'est dans la substance de cette volonté de se libérer et de choisir ses propres chaînes pour reprendre Kery James, que nous appelons à une révolution sociale, à une réforme radicale des mentalités et des pratiques. La fin de la dictature militaro-politique et de cette corruption ravageuse qui affament et tuent des milliers d'enfants dans notre pays. Dans chaque lutte sociale et populaire, il est coutume d'affronter des adversaires coriaces et déterminés. Les conservateurs de la droite mauritanienne arabo-berbére, biberonnée dans la haine et le mépris, s'éternisent dans le déni et continuent d'alimenter le racisme et l'exclusion des noirs. Mais nous, de la gauche réactionnaire mauritanienne, avons foi en la force du peuple et sont confiants de l'avenir de notre pays. Nos plumes et celles de ceux qui nous ont précédé dans cette lutte évoquent la même problématique et appellent au peuple à se rebeller contre les religieux truants, les politiques véreux et les racistes de tout bord. Nous appelons à une Révolution sociale qui va donner naissance à une nouvelle Mauritanie, fière, juste et égalitaire.

L'histoire nous enseigne sur la cruauté de l'Homme et la nocivité de son animalité. Quoi qu'on dise, l'Homme, dans le sens le plus noble du terme, n'est rien d'autre qu'un animal. Plus proche des singes qu'aux fabuleux acteurs du Grand mythe du jardin d'Éden. C'est cette animalité ravageuse animée par la violence et la cupidité qui est à l'origine de tous nos maux. C'est cette dangereuse facette de l'homme qui a conduit aux massacres des peuls et des officiers noirs mauritaniens à la fin des années quatre-vingt. C'est cette bestialité de l'homme qui continue de maintenir des femmes, des hommes, des enfants et des vieillards dans un asservissement infernal et inhumain. Après "l'esclavage humain", l'humain, dans toute sa splendeur, invente "l'esclavage divin". C'est cette instrumentalisation de la religion qui maintient des milliers de mauritaniens dans l'esclavage et dans la dépendance. C'est pour la mémoire des victimes des camps de l'humiliation et de la mort ( J'reida, Ouallata, Inal, Sorimalé…), pour la fin de la dictature militaire, pour le respect de nos libertés et pour la fin de l'esclavage que nous nous battons.

Quelque soit notre bord politique et notre religion, nous devons, pour notre intelligence et notre Humanité, s'insurger contre la violence des puissants, le terrorisme, le suprématisme, la corruption, le népotisme et le piétinement de nos droits et libertés. Les blessures infligées au peuple mauritanien sont encore béantes. Le collectif des veufs et orphelins des victimes de la barbarie du gouvernement Taya demande justice et réparation. Cette partie de notre histoire est la Nôtre. Nous devons restaurer la dignités de nos écrivains, la bravoure de nos soldats. Cette sombre page de notre passé est notre mémoire collective, un événement désastreux qui devrait être jugé et réparé. La justice est la mère de tout réconfort. Sans elle, nous serons toujours des complices devant la violence et la barbarie de nos dirigeants.

Il faut quand même souligner la présence encore très profonde des responsables de ce massacre dans les sphères gouvernementales de notre pays. Pour la préservation de leurs privilèges et avec le soutien des intellectuels de la droite extrémiste arabo-berbére, ces néo-nazis, dans la souffrance des familles des victimes, se retrouvent à l'abri de tout jugement. Pour la stabilité et pour la sécurité de nos concitoyens, une chose est sûre: Il faut faire disparaître le mal, arracher ses racines et brûler ses feuilles. Nous aspirons tous à la justice, à la justice sociale, à la justice économique, à la liberté ( la liberté de s'exprimer, la liberté des Esclaves), au respect de nos choix politiques et de nos choix religieux.

Quelques soient les lieux et les temps, l'homme, dans son génie et sa cruauté, reste le produit d'une construction sociale. On aurait pu dire "les constructions sociales". Elles sont issues d'une base sociale unique mais avec des expériences et des ambitions différentes. C'est que l'on appelle conviction. Elle est le résultat d'une transmission intense et progressive des normes et des valeurs sociales. Ces normes et valeurs, appliquées et transmises différemment, sont les sources de nos idéologies politiques, religieuses et philosophiques. Nous, humanistes et tolérants, aspirons à une société humaine régie par des principes de liberté, d'égalité, d'équité et de justice. C'est cette idéologie anarcho-gauchiste qui fonde l'ossature de notre engagement. Celui-ci est né dans des environnements différents avec des normes et des valeurs sociales humanistes et tolérantes.

Dans la misère et la répression, les opprimés et les miséreux, essayeront toujours de se libérer et de rester maître et possesseur de leur territoire. L'homme est un être libre. Un être humain qui se nourrit dans une liberté sans aucune contrainte ni restriction. Enchaînés par des chaînes capitalistes et par la dictature, les peuples, las et impuissants, acceptent honteusement leur condition. Conditionnés à se soumettre aux lois injustes, dans la peur et dans l'impuissance, ils deviennent des machines de production et des Esclaves à la solde de la Grande bourgeoisie mondiale. Cependant, les puissants ignorent complètement la puissance de la force populaire. Protégés par des milices armées devenues forces républicaines, les méchants loups de la grande bergerie humaine ne se doutent guère que la grande tempête est sur le point de ravager tout sur son passage. Ici, il est question d'une révolte sociale très bien structurée, avec un projet cohérent et une volonté de faire naître un autre modèle politique avec une vision d'avenir très prometteuse.

Nous avons remarqué dans la pensée des anarchistes cette forte envie de se libérer de tout. De Dieu et de L'État, de la dépendance à la soumission. Quoi qu'on spécule sur la nature humaine, le désir de se révolter constitue le socle de son existence. Il est fait pour être libre et non pour se soumettre aux gourous de tout horizon qui véhiculent des contre-vérités et des idéologies nauséabondes. Ils sont dans nos manuels scolaires, dans les livres religieux, dans des textes philosophiques, sur une affiche dans un bus, dans nos médias. Cette classe d'hommes et de femmes qui nous gouvernent ne veulent qu'une chose, que nous restions dans cet asservissement. Ils détruisent nos écoles, vendent nos établissements d'enseignement, ruinent notre système éducatif et sanitaire. Les enfants du bas peuple mauritanien n'arrivent point à avoir un enseignement de qualité qui formera un jour des ingénieurs, des médecins, des mathématiciens, des hommes de lettres, des musiciens. Ils se retrouvent piégés dans des réformes éducatives à caractère communautaire au détriment de l'intérêt général. L'arabisation de l'enseignement en Mauritanie est une très grave erreur qui, dans les décennies à venir, plongera notre pays dans le chaos. La pression des chefs de tribus maures et la droite extrémiste mauritanienne sont les racines du mal que vit le peuple mauritanien. De la corruption à la violence psychologique, de la pratique esclavagiste à la répression des libertés, de la discrimination au racisme, le peuple mauritanien, dépouillé de toute humanité, se retrouve dans la gueule de la grande bourgeoisie mauresque.

Le peuple mauritanien meurt à petit feu. Devant la misère qui sévit dans notre pays, un coeur sincère et sain ne pourrait ignorer ces cris d'enfants affamés dans les rues de toutes nos villes. Cette misère est profonde. Elle nous dépouille de notre dignité; de notre humanité. Elle nous maintient dans une dépendance mortifère qui nous écrase tous les jours.

Il est inconcevable qu'un territoire aussi riche que le notre, abrite des hommes, des femmes et des enfants qui meurent de la famine. Nous sommes devant une horreur sans nom. Notre volonté ne se résume pas uniquement à démolir la gouvernance militaire mais de donner naissance à une Mauritanie solidaire, instruite, tolérante et démocratique. La lâcheté et la peur ne doivent en aucune raison orchestrer nos intentions et nos actions. Nous avons le droit d'être libre et de participer activement à l'affranchissement de ce mur de la résilience et de la résignation qui nous étouffe. Nous n'allons aucunement laisser sombrer notre pays dans le désordre le plus total et dans les mains des fanatiques religieux qui répriment les libertés du peuple et qui volent les plus faibles et les plus démunis d'entre nous. Devant l'horreur, le bon sens devrait véhiculer nos actions et non de se camoufler dans un humanisme de comptoir qui est en réalité qu'une somme sordide des pensées opportunistes. Revenons à la misère!

Génération après génération, dans une servitude et une répression ravageuse, le peuple mauritanien reste impuissant face à l'arsenal de propagande idéologique des régimes politiques qui se sont succédés à la tête de notre État. Cette impuissance de plus en plus profonde trouve ses racines dans le clientélisme politique, le népotisme et dans la gestion calamiteuse de nos richesses. Analyser la misère du peuple mauritanien revient à mettre des mots sur des cris nocturnes d'enfants qui souffrent de la famine, sur cette impuissance dans les yeux de cet homme qui vient de perdre sa femme au cours d'un accouchement parce que les médecins refusaient de la prendre en charge sans assurance-maladie, sur cette famille qui, dans la chaleur cuisante de notre désert, séjourne honteusement dans la rue. Devant l'impuissance des puissances publiques, de nos institutions religieuses et de nos responsables politiques, les miséreux et les oubliés de la République se plongent de plus en plus dans les tréfonds de la plus grande des souffrances.

Cette monstruosité est le fruit des années de laxisme et de laisser-faire permanent. Les biens publics se confondent aux bien privés et des milliards d'Ouguiya se retrouvent dans des banques étrangères alors que nos concitoyens périssent de faim, meurent d'accidents de la route faute d'infrastructures adéquates, des jeunes filles meurent en accouchant par manque de personnels et de soins, des établissements d'enseignement totalement délabrés dans lesquels s'abritent des ânes, des chiens et des sans-abris terrassés par vos politiques destructrices et votre cupidité mortifère.
Gouverner c'est répondre aux aspirations du peuple. Gouverner c'est donner un avenir meilleur à nos filles et fils. Gouverner c'est organiser efficacement nos directions, nos institutions et notre administration. Gouverner c'est respecter les droits du peuple. Gouverner c'est de servir le peuple et non de se servir dans les tirelires du peuple. Gouverner c'est respecter le choix de chacun et de faire régner la volonté de la majorité. Gouverner c'est de savoir respecter nos différences et de faire la promotion de notre diversité pour éveiller les racines de notre unité. Gouverner c'est donner la chance à chaque citoyen quelque soit son ethnie, sa couleur de peau, sa religion, ses convictions. Gouverner c'est garder son calme devant la résistance populaire sans pour autant chercher des chicanes aux pays voisins. Enfin, gouverner c'est aussi séparer les pouvoirs ( politique et religieux) pour se prémunir de toute pression ou influence étrangère qui pourrait nuire à la stabilité de notre pays.

Nos dirigeants, au lieu de suivre à la lettre les volontés du peuple, font totalement l'inverse de ce que réclament les citoyens. Dans cette trahison de la confiance du peuple, les gouvernants, encore plus cupides et violents, violent sans cesse les droits et libertés individuelles. Leur mode de gouvernance ressemble à une organisation de malfaiteurs qui fait régner la peur et la misère dans les favelas. Ils se partagent les richesses du pays, se soignent dans les hôpitaux étrangers, inscrivent leurs enfants dans des écoles privées les plus prestigieuses, s'accaparent les biens du peuple pour se construire des fortunes dans des métropoles occidentales, utilisent la religion pour tondre et anesthésier le peuple. Pour arriver à toutes ces fins, ils utilisent des instruments légaux pour légitimer des actes illégaux.

Le monopole légitime de la violence est un concept politico-sociologique très juste et très cohérent pour le rétablissement de l'ordre républicain. En Mauritanie, nous avons dépassé ce cadre raisonnable et nécessaire. Nous sommes au niveau des assassinats arbitraires pour justifier le vol de nos biens publics. La répression policière mauritanienne est brutale tout à l'image de son patron. Pour légitimer toute cette violence infligée au peuple, ils enclenchent leur incroyable machine de propagande: les dignitaires du Sud, les notables du Nord, les journalistes, les chefs religieux, la police politique et la petite caste d'opportunistes de noirs de service vient fermer la marche. Voila les racines de notre misère, de notre exclusion et du racisme d'État mauritanien.

 KIDE Baba Galle 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.