Kihoba
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 janv. 2021

Clin d’œil de bonne année

A chaque fois que j’ai regardé monsieur Macron faire ses allocutions, je me suis aperçue qu’il ne clignait pas beaucoup des yeux. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, qui en ces temps de confinement n’ai pas beaucoup d’activité, ça m’a marqué. Je me suis donc prêtée au jeu : le premier, de nous deux, qui clignera, aura une, tapette. J’ai toujours perdu.

Kihoba
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors, le calme de ce réveillon m’a permis de pousser le jeu un peu plus loin. J’ai regardé monsieur Macron, et compté le nombre de clignement d’yeux (ça occupe) : 37. J’ai pu en rater quelques uns. Le temps de son discours : à peu près 15minutes. Or il semble que l’on cligne des yeux entre 10 et 20 fois par minute. Il aurait donc dû en faire entre 150 et 300. Et je remarque que ceux-ci ponctuent ses paragraphes, à quelques réflexes incontrôlables près.

Bon, bon, bon, puisque je suis joueuse, et que je n’ai toujours rien de mieux à faire, je regarde les vœux de madame Kettal sur Médiapart et fait le même décompte. 68 clignements d’yeux en 5 minutes. Ce qui est bien entre 50 et 100, soit le nombre de clignement d’yeux « naturel ».

Une rapide recherche sur Internet me dit que l’absence de clignement dénote : « un calme apparent qui révèle que votre interlocuteur ne comprend pas ce que vous êtes en train de lui dire, ou qu’il n’a pas la réponse à la question que vous lui posez. »

Soit, le premier document est sans montage, c’est à dire en plan séquence, alors que le deuxième est monté. Mais il n’en reste pas moins que cela accentue le fait que monsieur Macron ne cligne pas beaucoup des yeux.

On peut ajouter au décompte que madame Kettal fait deux clins d’œil, tout aussi incontrôlés, que j’interprète comme un signe de connivence.

Pour ma part, je préfère une personne qui recherche mon entendement à celle qui me met au défit.

Un autre élément me brouille les neurones. Le discours de monsieur Macron est à la fois sous-titré et comporte un insert avec une personne qui traduit en langue des signes.

Pour ma part, j’adore ces traducteurs qui, bien que je ne les comprenne pas, semblent donner vie au discours. Mais surtout, je ne comprends pas pourquoi dans le cas présent, il faut cumuler ces deux éléments.

Ce qui est plus surprenant encore est que le discours de monsieur Macron est transcrit par un opérateur téléscripteur qui corrige en direct, alors que ce même discours se trouve sur un prompteur. Il est donc préexistant et pourrait très facilement être inséré en sous titre sans correction. C’est d’ailleurs ce qu’a choisit de faire Médiapart pour le discours de madame Kettal. Ce média ne feint donc pas d’ignorer que tout cela est préparé. Un détail qui est signe de transparence.

Je me pose alors la question, est-ce que la mise en image du discours du Président si perturbante dans sa forme ne reflèterait pas un fond très fragile ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.