Kihoba
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2022

Greenwashing ? Je dirais plutôt Greendyeing

EDF verse 110 millions d’euros à deux entreprises américaines qui lui ont fourni en retard des moteurs défectueux (Le Canard 8/12/ 2021) mais ne peut me verser une prime CEE de 5 000 euros. En me promettant cette prime, EDF m’a incité à faire des travaux de rénovation sans me verser un centime. Cela lui permet-il de récupérer des TWhcumac (des tonnes de Watt heure verdit) ?

Kihoba
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement et les grands groupes industriels y vont à petits pas, mais le coupable c’est nous, nous les citoyens qui ne faisons pas assez d’effort. On se complet à habiter dans des passoires énergétiques et à brûler du fioul.

Aussi maigre soit la portée de nos efforts individuels, je fais comme tout un chacun, je fais ce que je peux, l’essentiel est de participer. Je change ma chaudière à fioul. Je prends rendez-vous au bureau de proximité de l’ADEME. Ils me donnent les adresses d’artisans référencés, les adresses des sites que je peux consulter et sur lesquels je peux m’inscrire pour demander les aides, tout parait simple. Je m’inscris sur le site Internet de MaPrimeRénov’, car j’ai le droit à cette aide de l’État, complétée par une aide CEE. Cool.

Il ne me reste plus qu’à faire faire des devis, faire mon choix entre les différentes possibilités et... remplir les dossiers. J’ai opté pour la solution pompe à chaleur, plus onéreuse en investissement, mais qui promettait une consommation moindre … et puis avec les aides ça revenait presque au même. Mais le dossier est d’une rare complexité, il faut des heures pour en comprendre toutes les subtilités. Par exemple : Il faut fournir les feuilles d’imposition des deux dernières années. Pour l’année en cours bon courage, parce qu’évidemment, on fait plutôt les dossiers au printemps pour que tout soit en ordre pour l’hiver et que les feuilles d’impôts tombent à l’automne. Premier bug, surmonté, les fiches de déclarations sont acceptées. Ouf. Le reste est à l’avenant.

J’ai aussi choisi un entrepreneur. Il est certifié RGE. RGE ça veut dire « Reconnu Garant de l’Environnement », rien que ça. Il me présente son certificat de réussite (avec une note de 29/30, plutôt pas mal), mais ce n’est pas le bon document comme je l’apprendrai plus tard à mes dépens. Faire, l’organisme responsable du versement de MaPrimeRénov’ me demande des modifications sur le devis pour avoir plus de précisions. Je ne comprends pas tout, mais l’entrepreneur complète le devis pour se plier aux demandes administratives de bonne grâce. J’ai donc plusieurs devis. Au bout d’un an, j’ai la sensation d’être enfin hyper au point de tout ce fatras administratif. Je commande les travaux, après… un hiver de plus au fioul.

À la fin des travaux, je peux faire ma demande de primes. Je le fais le cœur léger, les deux dossiers étant « validés ». Je commence par MaPrimeRénov’. Aïe, il faut que je précise si j’ai ou non touché la prime CEE. J’envoie donc rapidement le dossier à EDF. C’est pas tout ça, mais le montant des travaux est à peu près équivalent à ce que je gagne dans l’année. J’y ai mis mes économies de : « en cas de gros pépin ».

Alors, précipitation, panique, pression ? J’envoie le dossier à EDF rapidement, trop ! Effectivement, je n’envoie pas le dernier devis. Faute ! Le dossier est rejeté : « il faut que le certificat RGE du prestataire soit antérieur à l’engagement des travaux ». Or le certificat RGE n’est pas l’attestation de réussite au diplôme et l’engagement des travaux est la date de signature du devis.

La faute est donc, la mienne (ma très grande faute), de ne pas avoir envoyé l’ultime devis et puis, de n’avoir pas compris que l’engagement des travaux était à la signature du devis, non pas au début des travaux.

Deuxième faute, pas la mienne, le temps que l’entrepreneur a pris pour faire valider son certificat. C’est à dire que sa société doit payer une redevance à un organisme pour que le diplôme soit validé, c’est cette date de règlement qui fait foi.

Le devis que j’ai envoyé est antérieur au certificat officiel de trois semaines, les travaux ont commencés un mois plus tard.

Mais le dossier est refusé, non pas parce que les travaux ne sont pas conformes, non pas parce que l’entrepreneur n’est pas qualifié, mais juste, pour une histoire de papiers. J’ai tenté de demander un réexamen du dossier en envoyant le dernier devis, celui que j’aurai du envoyer en premier lieu, mais on me répond que c’est impossible.

J’ai voulu comprendre, j’ai appelé les organismes : Faire, ADEME, médiateur énergie, médiateur EDF, personne ne pouvait ni faire quelque chose, ni m’indiquer un moyen de recours. Au pire, on m’a conseillé à demi mots de faire des faux, au mieux on m’a dit que mon cas était courant. Ce qui n’est pas une consolation en soi, mais je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire, car le ton blasé de mes interlocuteurs m’a fait penser qu’il y a un dysfonctionnement dans le système prévu par l’État. 

Forte de cette conviction, et puis 5 000 euros ce n’est pas rien, je me dis que ce n’est pas possible, qu’il doit y avoir une solution. J’ai écrit en recommandé à l’ADEME, pas de réponse ; à la médiation EDF, même réponse de non recevoir ; au défenseur des droits qui m’a renvoyé tout comme le Ministère de la Transition écologique à la médiation d’EDF….

Mais, cette fois, c’est le conseiller qui me contacte. Il m’envoie un mail pour me dire qu’il va faire réexaminer mon dossier. Victoire ? Non, le lendemain il me confirme qu’on ne peut pas réexaminer mon dossier. Je l’appelle, pourquoi ? Il ne peut pas me répondre, c’est comme ça. Pourtant je pensais qu’il existait un droit à l’erreur, ce n’est pas une omission de déclaration de mon patrimoine, ou un conflit d’intérêt, non juste une erreur de papier. Ça, dans ce cas, c’est visiblement très grave. Pas de recours possible.

Alors je relis ce qui est écrit à propos de la prime CEE (Certificats d’Économie d’Énergie), sur le site Faire « a été mise en place par l’État en 2006 pour financer la transition énergétique. Ce dispositif oblige les fournisseurs d’énergie à inciter les consommateurs à réaliser des économies d’énergie avec des objectifs à respecter pour des périodes données. Les ménages aux revenus modestes à très modestes peuvent bénéficier d’un soutien renforcé. Afin d’obtenir des certificats d’économies d’énergie (CEE), les fournisseurs d’énergie peuvent distribuer des aides financières aux particuliers pour financer partiellement ou totalement leurs travaux d’économies d’énergie.(…) Le financement des programmes ne viendra pas directement du ministère. Les fonds versés pour le financement de chaque programme proviendront d’obligés ou d’éligibles qui pourront demander en contrepartie des Certificats d’économies d’énergie, délivrés par le ministère. Ce dispositif est encadré par le Code de l’énergie et notamment son article L. 221-7»

Effectivement, EDF m’a bien incitée et ne m’a finalement rien distribué. Peut-être seule l’incitation lui permet de récupérer des TWhcumac (des tonnes de Watt heure verdit, c’est à dire un droit à polluer), sans verser un centime ?

Ce dispositif ne parait pas très clair même en interne, en effet, lorsque j’argumente auprès du super médiateur d’EDF « que 5 000 euros, ne vont pas ruiner la société », il me répond que ce n’est pas l’argent d’EDF qui est en cause, mais que l’État rembourse après coup les sommes versées. Là, je comprend qu’il ignore complètement le dispositif. Après je reçois d’autres mails, d’autres « super conseiller·es » qui me confirment la confirmation de l’impossibilité de réexaminer le dossier.

Épilogue : je continue de recevoir des mails de sollicitations d’EDF pour une demande de prime CEE. À partir du moment où le dossier a été refusé, je pensais que celui-ci était clos. Je ne vais pas changer à nouveau de mode de chauffage et pour les autres travaux je ne peux plus rien faire, je suis ruinée. La moutarde me monte au nez, j’écris au dernier médiateur, pour lui demander de faire acter la clôture de mon dossier. Il m’appelle pour me dire que je vais recevoir un mail d’EDF et que c’est à moi de me désinscrire, j’essaie d’argumenter, de dire que je n’ai pas demandé ces sollicitations, il me répond toujours par la même phrase. Je comprends qu’il n’a, comme tous les autres, que le droit de répéter un texte déjà rédigé, il n’a aucune marge de manœuvre, je le plains.

J’ai également un mail de confirmation :

« Etre désabonnée du programme Prime Energie d'EDF est important pour vous.

Comme souhaité, le service Prime Energie vous a fait parvenir le mail de désinscription afin de ne plus recevoir de communication de la part d'EDF.

Pour plus d'informations, XXXX se tient à votre disposition au XXX. C'est sa ligne directe.

Je vous remercie de votre confiance.

XXX XXX

Responsable Régionale

Service Consommateurs d'EDF »

 Mais je n’ai toujours pas reçu le mail de désinscription… il n’y a pas que moi qui suis un peu tête en l’air ! Ou peut-être juste le fait de m’inciter par mail à faire des travaux de rénovation donne des bons points à EDF ?

Cette question ne concerne évidemment pas qu’EDF, mais tous les organismes, fournisseurs d’énergie, si d’autres personnes ont subi le même genre de déboires et ont trouvé des solutions, ou si un spécialiste peut m’expliquer de quoi il s’agit, je suis curieuse de comprendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber