Hier Jacques, je n'étais pas loin de toi!

Hier jeudi 18h, devant mon ordi, une envie soudaine de prendre de tes nouvelles. Je pense à toi, ton absence commence à être longue, il y a eu des rumeurs, recherche sur internet.

bbh75 bbh75
Hier jeudi 18h, devant mon ordi, une envie soudaine de prendre de tes nouvelles. Je pense à toi, ton absence commence à être longue, il y a eu des rumeurs, recherche sur internet.
Les titres s'enchaînent, des rumeurs oui, et ces messages rassurants de tes enfants Izïa et Arthur. Oui tu es fatigué, tu n'as plus la force de faire de la scène, mais la vie t'a un peu usé, tu te reposes. Quelque part je suis rassuré, oui du repos tu dois en avoir besoin, je suis sûr que tes enfants sont à tes côtés.
Ce matin sur le marché, je croise mon ami Jean-Luc, échange sous le soleil, envie de sourire, lui plus grave, mauvaise nouvelle, Higelin est mort!
Pincement au cœur et à l'âme, pas possible j'étais avec lui hier soir.
Tout me remonte, les années 70, la musique qui accompagnait mes songes, Pierre Barouh, Saravah, Areski, Brigitte Fontaine dont j'avais longuement cru qu'elle était ta sœur (elle l'était quelque part). Période où moi aussi j'étais amoureux d'une cigarette.
Je me remémore alors ce fameux concert au"Pharaon" à Toulouse en 75 pour BBH75, l'arrivée de la police car trop de bruit pour la maternité mitoyenne, la poursuite de ton concert généreux en acoustique. Nous nous apercevons avec Jean-Luc que nous y étions ensemble sans nous connaître.
Je t'ai su proche des personnes qui me sont aussi chères, sans papiers, réfugiés, personnes à la rue. Je t'aurai sûrement  croisé à leurs côtés.
Continu à te reposer Jacques, un peu comme jeudi soir je suis rassuré, je sais que tes enfants serons là pour nous rappeler la poésie et la joie de vivre que tu leur a transmis.
Mais putain, j'étais quand même mieux jeudi soir!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.