La brutale réponse du maire de Toulouse aux réfugiés qui cherchent un toit

Brutale évacuation lundi soir à Toulouse de réfugiés dormant dans la rue. Il semble que le maire de Toulouse applique les consignes actuelles de rendre invisible la présence de réfugiés sur les trottoirs.

Brutale évacuation hier soir à Toulouse de réfugiés dormant dans la rue.
Il semble que le Maire de Toulouse applique les consignes actuelles de rendre invisible la présence de réfugiés sur les trottoirs.

SIAO Toulouse © P.A. SIAO Toulouse © P.A.
Ils sont 7 jeunes éthiopiens arrivés de Calais via Perpignan, ils cherchent un toit et dormant dans la rue, se sont rapproché du SIAO de Toulouse, avenue Etienne Billières. Avec 3 familles albanaises avec enfants  ils dorment à côté de ce service d'accueil qui abrite les services du 115.
Ces jeunes éthiopiens ont un titre de séjour de 10 ans, mais sont à la rue. Avec beaucoup d'autres sur Toulouse ils attendent un incertain accueil, un abri.
Régulièrement la réponse de la Mairie et de la Préfecture et de déloger ceux qui "encombrent" les trottoirs, de donner quelques nuits d'hôtel, et de relaisser sans solutions tous ces réfugiés et migrants dans la rue.

Hier soir à 21h, pour ces 7 jeunes éthiopiens et ces 3 familles albanaises, ce n'est pas moins d'une quarantaine de policiers nationaux et municipaux qui sont intervenus pour les déloger assez brutalement. La solution apportée par les services de l'état a été :"allez dormir dans un parc de l'avenue de Grande Bretagne !"
Malgré la mobilisation de quelques citoyens, l'arrivée d'une compagnie de CRS a affaibli le moral et obligé nos amis réfugiés et demandeurs d'asile à partir.
Il s'agit bien de nettoyer sans apporter de solutions aux problèmes de ces réfugiés, d'impressionner par le déploiement de nombreuses forces de l'ordre.
Le plus, pour décourager toute aide citoyenne: 3 amendes et une voiture en fourrière !

évacuation 26-09-2017 © P.A. évacuation 26-09-2017 © P.A.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.