kivcony2
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2019

kivcony2
Abonné·e de Mediapart

Buffon au PSG, ce n'était pas de saison.

Quel bilan dresser du passage de l'emblématique Gianluigi Buffon au Paris Saint Germain ? Salué pour son expérience, son charisme et sa carrière, le portier italien avait pour ambition de relever l'ultime défi de sa carrière : remporter la Ligue des Champions. Cette arrivée a chamboulé la gestion des gardiens du PSG ? Est-ce là, l'une des explication de l'échec européen du club parisien ?

kivcony2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quel bilan dresser du passage de l'emblématique Gianluigi Buffon au Paris Saint Germain ? Salué par les observateurs et les supporters pour son expérience, son charisme et sa carrière, le portier italien avait pour ambition de relever l'ultime défi de sa carrière : remporter la Ligue des Champions. Inattendue, cette arrivée a chamboulé la gestion des gardiens du PSG ? Est-ce là, l'une des explication de l'échec européen du club parisien ?

Octuple champion d'Italie (Serie A) sous les couleurs de la Juventus, vainqueur de la Coupe de l'UEFA avec Parme, double vainqueur de la Coupe d'Italie et surtout champion du monde 2006... Gianluigi Buffon possède l'un des palmarès les plus garnis du football contemporain. Il a quasiment tout connu en 17 saisons à la Juventus dont une saison en Série B suite au scandale du Calciopoli

Il ne lui restait qu'un titre à conquérir pour achever sa carrière en apothéose : la Ligue des Champions. Finaliste à deux reprises, en fin de contrat à Turin, une opportunité s'est présentée à l'été 2018 : une expérience au sein d'un club aspirant à ce sacre européen, le Paris Saint-Germain. 
Sur le papier, une ambition commune semble unir des parties faites pour s'entendre. Dans la lignée du recrutement de David Beckham, le PSG signe une référence mondiale en quête d'un ultime défi. Le contrat est d'une saison, assorti d'une saison supplémentaire en option qui ne sera finalement pas activée. 

Coté parisien, le vestiaire manque de leaders et d'expérience. Avec le départ annoncé de Thiago Motta, l'arrivée de Buffon est perçu d'un bon oeil. Cependant, cette opportunité saisie par le board a créé une incertitude sur l'identité du gardien numéro un. En effet, en plus du portier légendaire, Kevin Trapp et Alphonse Areola prétendaient à être le dernier rempart des rouge et bleu. Finalement, Trapp sera prêté à Francfort et accomplira une saison pleine marquée une demie-finale d'Europa League.

Lors de sa présentation officielle, le portier transalpin a réaffirmé sa volonté de disputer les rencontres importantes tandis que le coach parisien optait pour une alternance Buffon-Areola. La suspension du premier a permis au second de disputer les trois premiers matches de Champions League tandis que le second s'est distingué lors des matches retours de la phase de groupe. 
Dans les faits, le gardien titulaire en Ligue des champions disputait la rencontre précédente afin d'optimiser les automatismes. Thomas Tuchel n'a dérogé à cette règle qu'une seule fois, c'était à la veille du match retour contre Manchester United, entretenant le flou sur l'identité du portier jusqu'au dernier moment.

Dans la pratique, les erreurs individuelles cumulées lors de la première mi-temps étaient prévisibles et résident avant tout dans le style des portiers parisiens. En effet, là où se posait la question de l'identité du portier numéro un, celle de la philosophie de jeu a été éludée. Depuis de nombreuses saisons, le PSG est une équipe pratiquant un jeu de possession où le gardien occupe un rôle clé dans la relance et doit ainsi disposer d'un excellent jeu au pied. C'est dans cette optique qu'a été initié, sous Laurent Blanc, le recrutement de Kevin Trapp puis le retour d'Areola. Or, le jeu au pied constitue l'une des carences de Gianluigi Buffon. C'est un gardien “à l'ancienne”, excellent sur sa ligne et préférant évoluer avec une défense basse et des lignes resserrée. Son positionnement sur le terrain n'est ainsi pas le même que celui de son concurrent (Areola). Dans ses sorties, dans la couverture des espaces laissés dans le dos des défenseurs centraux tout ou presque oppose les deux portiers parisiens. 
La rencontre OL-PSG disputé début février reflète assez bien la capacité d'Areola à combler les espaces et surtout anticiper les passes en retrait de son arrière-garde. Thilo Kerher a été assez friand de remises vers son gardien lorsqu'il a manqué de solutions, ces ballons dangereux ont tous été géré avec brio par le portier français. 
C'est justement sur l'une de ces remises que Thilo Kerher a entrainé, malgré lui, l'ouverture du score de Manchester United au Parc des Princes. Dans les cages ce soir là, Gianluigi Buffon est beaucoup trop loin pour combler les espaces et gêner l'attaquant mancunien. Qu'on se l'accorde, la passe du défenseur allemand est très mauvaise mais le positionnement et l'anticipation du gardien peut soulever certaines interrogations d'autant plus que son équipe était en phase de construction (possession). Cette intervention est à mettre en relief avec la sortie ratée au San Paolo entrainant un penalty pour le Napoli. Les conséquences n'avaient pas été les mêmes mais cela aurait dû alerter le staff technique.

Le talent et la carrière de Gianluigi Buffon parlent pour lui, il n'est pas ici question de le remettre en cause. Son style correspondait-il véritablement à la philosophie prônée par le PSG ? Cette question mérite d'être posée à l'heure où les dirigeants parisiens sont une nouvelle fois en pleine réflexion au sujet de l'identité du gardien titulaire, celui qui est censé être décisif et permettre à son équipe de passer un cap sur la scène européenne. 

A l'image de certains fruits, au Paris Saint-Germain, Buffon n'était probablement pas de saison. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP