EHPAD : la politique des mouroirs mise en oeuvre par le gouvernement.

Comment, à l'occasion de cette pandémie, nos gouvernants parent au plus pressé sans aucune anticipation, trichent dans leur communication et et font des Ehpad les morgues annexes des hôpitaux publics sans en assumer les conséquences.

Il y a un mois de cela, j'avais lu un article , sur France Info je crois, bien intéressant sur la propagation du civid-19 en Europe qui comparait la progression de la pandémie dans les différents pays européens. A l'époque, rappelez-vous, nous avions tous le regard fixé sur l'Italie qui était  malheureusement précurseuse en europe et essayions de projeter la propagation de la maladie en France suivant celle de l'Italie.

Un des attraits de l'article était la représentation graphique de la progression des décès dûs à covid-19 des différents pays européen à partir d'une origine J0 fixée arbitrairement au jour du dixième décès. L'article relevait avec justesse que seuls les décès se révélaient une base fiable, le nombre de personnes infectées où les admissions à l'hôpital étant trop dépendante de l'offre de test, de l'offre de soin, bref de la politique de santé de chaque pays. Il était admis que l'Italie avait une grosse semaine d'avance sur la France et notre sidération et notre compassion envers ce qui s'annonçait comme une véritable tragédie en Italie n'étaient pas dénuées, chez nos dirigeants en tous cas, d'une certaine condescendance. Peut-on comparer notre système de santé , considéré comme le meilleur au monde  aux dire de ceux-ci, avec celui de nos voisins italiens! 

Effectivement, dès les premières semaines, la courbe de l'évolution du covid-19 en France montrait qu'assurément nous étions sur une pente moins forte. Si l'heure n'était si tragique, nous moquions gentiment l'Italie...

Cet article ne fut pas suivi et comme je trouvai cela dommage j'ai tenu au jour le jour cette représentation à jour.La voici.

Evolution décès COVID-19 en Europe © koruks à partir des statistiques du site www.eficiens.com Evolution décès COVID-19 en Europe © koruks à partir des statistiques du site www.eficiens.com

 Le gouvernement français ne donnait que le nombre de décès dans les Hôpitaux Public, n'incluant ni les décès en EHPAD ni les décès à domicile. Quand cela fut médiatisé et que la position ne fut plus tenable pour la communication gouvernementale, nous avons donc eu droit à des chiffres de décès  un peu plus justes. Quelle surprise ! Les résultats prônés par messieurs Veran et Salomon n'étaient pas meilleurs que les résultats italiens.

Très vite d'ailleurs la communication reprit la main et dans le point que fait maintenant monsieur Salomon, au lieu des 5 chiffres indicateurs (infections avérées, prises en charge hospitalières, décès dans les hôpitaux, décès dans les Ehpad, guérisons) nous sommes submergés avec une trentaine d'indicateurs qui permettent de bien noyer les éléments pertinents. Un grand classique de la communication : trop d'info tue l'info!

Maintenant, si l'on rapproche le constat de la part croissante des décès en Ehpad des témoignages, dont Mediapart s'est fait l'écho, de médecins et de personnels soignant indiquant que les personnes âgées en Ephad atteintes du Covid-19 ne sont souvent plus transférées dans les hôpitaux mains simplement sédatées jusqu'à leur décès, nous pouvons envisager que le choix politique implicite du gouvernement est de laisser mourir les personnes âgées dans les Ehpad pour récupérer des lits dans les hôpitaux surchargés.

Le scandale à mes yeux n'est pas tant de privilégier une population par rapport à une autre, c'est, comme d'habitude avec ce gouvernement, de ne pas expliciter ses choix, de ne pas les assumer, de ne surtout pas mettre en oeuvre un débat qui pourrait accroitre la cohésion sociale dans cette épreuve.

C'est beaucoup plus simple de gouverner avec la peur et le bâton comme outil qu'avec l'intelligence collective! Comme disait le berger corse : ils sont instruits mais pas intelligents....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.