Kouassi C. Anderson
Etudiant en droit/sciences politiques
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2019

Une odeur désagréable dans l'air

A l'heure où les préoccupations écologiques et les questions démocratiques sont au cœur des débats publics, à Rouen le torchon brûle depuis que l'usine de Lubrizol a enflammé l'attention des populations locales.

Kouassi C. Anderson
Etudiant en droit/sciences politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce jeudi 26 septembre s'est élevé un épais nuage au-dessus de la ville de Rouen. L'incendie d'un site classé Seveso a recouvert la ville, c'est alors que tout naturellement les autorités publiques ont recommandé aux personnes de restées chez eux, elles ont fermé les établissements d'enseignements et restreint la circulation dans la ville. J'ai alors suivi attentivement les consignes de sécurité. Calfeutré dans mon appartement, j'ai passé la journée à voguer sur les différentes sources d'information, tant et si bien que la disparation de notre ancien président a éclipsée les considérations inquiétantes qui s'imposaient à moi.

Le lendemain, j'ai constaté que plusieurs choses avaient changée à Rouen. D'abord, une étrange odeur flottait dans la ville alors que les établissements étaient ouverts et les cours, pour une partie, maintenus. Rouen était plus ou moins déserté, il y avait aussi sur le visage des irréductibles une inquiétude, certains portaient des masques, d'autres remontaient leur vêtement pour se couvrir le nez. Surtout, la question de cette méphitique fumée et de sa toxicité ne semblait pas faire débat mais consensus. L'université de Pasteur était sous le vent lors de l'incendie et l'établissement était empreint de cette fumée "toxique mais pas trop" (titre d'un article du journal 20 minutes) que peu considéraient comme réellement inoffensive. Pourtant, le silence des autorités pesait sur nous, les profanes de la chimie, que nous étions, ne pouvait que déduire de cette fumée opaque (que l'on apprendra ensuite être le résultat de la combustion d'une toiture en amiante et d'autres substances), de la pluie noire, et des oiseaux morts retrouvés çà et là que l'on nous cachait quelque chose. 

Le constat qui nous accable, du moins pour ma part, est le manque de transparence des autorités compétentes. Il n'y a pas dans notre système démocratique un quelconque moyen d'obliger les autorités publiques à révéler des informations sensibles, pas de Freedom of Information Act comme aux Etats-Unis par exemple (voir l'article d'Edwy Plenel, Si faible et si fragile démocratie française). Que cette fumée soit toxique ou que les symptômes perçus par certains relèvent d'une paranoïa collective, impossible à dire car le jeu politico-écnomique est placé devant les intérêts de santé de la population. Il y a une puanteur sans doute toxique qui flotte à Rouen mais elle est bien supportable eu égard à l'infection pire encore qui plane sur la France et peu de gens semble percevoir dans l'air, la fin de la démocratie pour le peuple.

Kouassi C. Anderson

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch