les éructations d'un râleur

 

A la veille du réveillon 2013, les vieillards cacochymes, seules les femmes ont moins de 75 ans, de la rue de Montpensier, puissamment impulsés par les financiers et les affairistes de tous bords, ont tout osé; c'est même pour ça, qu'on les a reconnus.

Curieusement très peu de médias ont répercuté ces « retoquages » du conseil con...stitutionnel, pas d'articles, pas de blog, pas de chroniques, à part celles de médiapart et de @si, comme si tout un chacun se moquait des milliards d'euro que coûtent aux recettes fiscales et donc à nous, contribuables, les inventions des conseils fiscaux et des officines d'avocats de grands groupes étrangers et de nos entreprises du cac 40, dans lesquels l'état est quelquefois actionnaire.

Au nom de la liberté d'entreprendre (article 13 de la constit .), les susdits avocaillons sont libres d'échafauder des schémas d'évasion (ou de fraudes) fiscales, d'abuser du droit et de déterminer des prix de transfert sans prévenir Bercy ( qui, en l'état actuel du ministère, ne dirait probablement rien).

Ils ont, désormais, l'onction des douze néo-cons...stitutionnalistes, au détriment , me semble-t-il, de l'article 3 de la dite constit. qui pose le principe de l'égalité de tous devant l'impôt en fonction des facultés contributives.

Où est l'égalité quand certaines personnalités juridiques peuvent se payer à temps plein des conseillers pour éluder (optimiser) l'impôt ?

Les « considérant » du conseil constitutionnel sont donc, eux-mêmes, anticonstitutionnels.

Et c'est ainsi que la fraude est grande !

Que le ciel leur tombe sur la tête !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.