1 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2022

Elles et ils ne sont pas des dossiers

Mesdames et Messieurs les signataires de la tribune « Parcoursup – Nous ne sommes pas des dossiers », votre tribune dénonce que l’Université Paris Nanterre confond vies – ou âmes - et dossiers, annulant l’existence des étudiantes et des étudiants dont les inscriptions sont refusées. Comment ne pas réagir à une telle accusation ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Votre tribune[1] dénonce que l’Université Paris Nanterre confond vies – ou âmes - et dossiers, annulant l’existence des étudiantes et des étudiants dont les inscriptions sont refusées[2].

Comment ne pas réagir à une telle accusation ?

Non, les personnels enseignants-chercheurs et enseignants qui ont examiné à plusieurs reprises les candidatures en master ne sont pas des gestionnaires de dossiers qui discriminent en fonction de l’origine sociale de l’étudiant ou de l’étudiante. Le parcours du candidat ou de la candidate, ses années d’études précédentes, son projet ont été maintes fois analysés. Quand on part du postulat que l’humain n’est que d’un seul côté, il est sûr que le raisonnement est toujours plus facile. Une université c’est non seulement des étudiants, mais aussi des travailleurs. Leur avez-vous parlé ?

Oui, nous avons inscrit depuis septembre plusieurs centaines d’étudiantes et d’étudiants, même une fois les délais passés. Nous avons inscrit des personnes avec l’accord des commissions pédagogiques auxquelles nous réadressions les dossiers de ces PERSONNES. Et, oui, il y a eu également des refus d’inscription, toujours motivés, dont vous n’avez manifestement pas connaissance.

Une université devrait-elle laisser un syndicat étudiant décider qui doit être inscrit en master ? Une université devrait-elle admettre que des personnes peuvent « négocier » leur place à l’université par un rapport de force ?

Démocratiquement, la réponse est : non. Deux choses derrière ce « démocratiquement » : le traitement égalitaire de tous les recours contre les refus d'inscription pour tous les candidats et toutes les candidates ; le refus d’utiliser le pouvoir du président contre les décisions des commissions pédagogiques adoptées suivant les règles applicables à notre université comme aux autres.

Les mobilisations pour garantir l’accès à l’université sont plus qu’essentielles aujourd’hui, par les organisations syndicales étudiantes ou professionnelles, mais pas en accordant des passe-droits exigés par un syndicat étudiant.

Que votre indignation permette de convaincre qu’il faudrait plus de profs, d’administratifs, de salles de cours, oui ; de convaincre qu’il faut modifier les procédures d’inscription à l’université, oui, mille fois oui ! Pour renforcer et ouvrir les universités.

Mais, comment peut-on encourager à croire que des personnes qui occupent le bâtiment d’un service public en s’enfermant à l’intérieur, en empêchant le personnel d’y travailler, témoignent de leur motivation pour entrer en master ? Ces étudiantes et étudiants montrent de la détermination, oui, mais une détermination à lutter contre une parcelle du service public qui inscrit des dizaines de milliers d’étudiantes et étudiants et construit avec eux leur parcours d’apprentissage et leur vie de jeunes adultes pour la plupart.

Votre tribune soutient des étudiantes et des étudiants dont les leaders construisent leur carrière politique en faisant de l'université de Nanterre un lieu où seul le rapport de force aurait voix au chapitre, en mettant en danger les personnes qu’ils attirent, en manquant de respect au personnel de l’université et en ruinant tout collectif de travail ou de discussion. Les personnes qui se sont vu refuser une inscription sont devenues les faire-valoir d’élues et élus étudiants qui confondent lutte et destruction du service public.

Dossier ou instrument ? Quelle vie que des mois passés à occuper une tour de bureaux ? Aidez-donc à sortir de cette impasse.

L’équipe présidentielle de l’Université Paris Nanterre

[1] https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/270422/parcoursup-nous-ne-sommes-pas-des-dossiers?utm_source=global&utm_medium=social&utm_campaign=SharingApp&xtor=CS3-5

[2] https://www.parisnanterre.fr/espace-presse/point-sur-le-refus-des-inscriptions

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre