On s'habitue à tout ?

Si vous pensez que cette fumeuse et fameuse économie de marché nous rend heureux, lisez donc Jacques Généreux ( in La Déconnomie )

" L'être humain s'habitue à tout ou presque, pour survivre tout simplement, et aussi pour ne pas s'angoisser en permanence de la misère ou du naufrage d'un monde qu'il ne peut pas changer. Ainsi, on s'habitue au harcèlement moral et aux suicides sur le lieu de travail,

 

on s'habitue à la pollution, au chômage chronique,

 

à la malbouffe, aux sans-logis, aux inégalités scandaleuses,

 

au primat du rendement financier sur toute autre finalité économique ou sociale,

 

on s'habitue à l'empoisonnement des océans, au changement climatique,

 

à l'esclavage des gamins qui fabriquent nos tee-shirts

 

 

à la pauvreté d'un cinquième de nos propres enfants

 

aux banques centrales qui financent la spéculation mais pas les biens publics,

 

aux primes des patrons, à la déprime des salariés,

 

à l'ordinateur qui nous lâche tous les trois ans,

 

aux serveurs vocaux qui ne servent qu'à nous pomper du fric,

 

à l'expulsion des pauvres gens

 

aux banquiers voyous renfloués par nos impôts,

 

au trou de la sécu, aux dents trop chères, et à tout le reste.

 

Ah, vraiment ce qu'on est bien dans une économie de marché ! « 

 

Nous voulons continuer comme ça ? Nous voulons continuer d'être des moutons silencieux et passifs qui tendent leur dos à la tondeuse ? Regardez autour de vous. Notre laine est de plus en rase tant nous sommes tondus, et chez certains, la peau est en sang sous le reste de leur toison, et chez d'autres encore, les plus pressurisés, les plus ratatinés, les plus raclés, on voit battre leur cœur, prêt à imploser

 

Oui, je le sais, j'en suis sûre, nous pouvons agir

 

Nous pouvons agir contre le naufrage du monde et contre la misère.

 

Bien sûr que nous pouvons inventer une société plus juste et plus solidaire.

 

Il nous faut résister et il nous faut du courage, beaucoup de courage.

 

La révolution citoyenne, dans la France Insoumise,défile ce samedi 18 mars de la Bastille à  République, et elle n'est pas près de s'arrêter

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.