Le parti d'en RIRE

Marre de la sinistrose, de la sinistre rose, marre du correct, marre de la censure, marre du sur-mesure

Marre de Fukushima, du cancer, des massacres, de la Syrie, des JO

Marre des crises, de la crise, je perds la foi, la crise de foi, je crise ça crisse j’ai froid

Marre de la rigueur, des banksters, des scandales financiers, des bavures, des trous noirs où notre triste pognon disparait sans espoir de retour

Marre des saigneurs aux longs couteaux plongés dans nos coeurs trop ouverts, pourquoi ne savons-nous pas nous protéger, victime ou bourreau vous parlez d'un choix

Marre des baleines massacrées, des espèces disparues dont on ne saura rien de plus, tortues si lentes quand elles  pondent leurs mille oeufs vous n'avez aucune chance

Marre des océans souillés, plastiqués, irradiés  

Marre des cerveaux flap-flippés baignant dans un ennui mortel encéphalogramme-plat de nouilles sauce tomate en supplément

Marre des Peugeot, des pas Doux, des patrons ripoux, des actionnaires anonymes qui se cachent derrière leurs coffre-forts dans leurs îles crococaïmandiles, des Parisot et de leurs consorts, qu’on les sorte !

Marre des magouilles, des tripatouilles, des mensonges, des consensus, des cons tout courts , des compromis et des choses dûes qui n'arrivent jamais

Marre de la rigueur,  du pas de bonheur, du ferme ta gueule, marre des menaces, marre des pleurs

Marre de courir, de galoper, de fuir la vraie vie, de me cogner dans les murs, dans les vertes et les pas mûres marre des murmures je veux gueuler

Marre du monde supra-organisé, des agendas, des rendez-vous vous êtes cernés, des calendriers, des smartphones, de la télé

Marre des écraseurs de dignité qui nous piétinent sans état d'âme,  hommes sans âme, nous sans armes et  en larmes

Marre des dieux, de leurs scribes, de leurs hommes de main de paille  de rien qui triturent nos peurs pour en faire des croyances

Marre de consommer, ingurgiter, recracher, vomir, tomber malade de ces saloperies qu’on nous donne à becter

Marre de manger de la merde en barres, de caca-colo et de mac do, des saumons antibiotiqués, du poulet qui ne grattera jamais la terre pour chercher quelques vers et écrire des poésies

Marre des salades à avaler, des couleuvres à laver, des pieds de nez, des huissiers, des blessures jamais soignées bon dieu où sont les médecins

Marre des journaleux incompétents, aussi cons que pétants

Marre des gens irrespectueux agressifs, violents, éreintants, aux mains glacées, au yeux évidés

Marre de voir des enfants dormir dans la rue, marre de voir des enfants vendus

Marre des spéculateurs qui kidnappent les matières premières, le blé, le riz, qui affament les petits

Marre de tout ce pognon qui achète abrutit détruit les consciences adieu confiance, parole donnée jamais rendue parole bafouée

Marre des endormis qui laissent filer leur vie entre nos doigts, qui sont muets mutiques qui ne se battent plus

Marre des certitudes, des experts, des expertitudes, des scientifiques, des ingénieurs, des chercheurs, des philosophes de pacotille, ils me vrillent

Marre de ceux qui vivent avec leur ordi et sans leur coeur, marre des manipulateurs, marre des exploiteurs de la nature humaine

Marre de la compétition de la compétitivité  des investissements projets objectifs plans courbes graphiques  rendements

Marre du temps qui file entre mes doigts que je ne sais pas transformer en quiétude et joie

Marre de penser que nous ne serions plus des sujets, obscurs sujets du désir annihilé

Marre des impasses, qu’elles trépassent, du plastique, des forages, du lithium, de l’uranium, de l’irradie-homme, des trafics d'homme

Marre de mouliner du haut de ma Rossinante trop lente des combats remâchés, bouche séchée, plus de jus, y en a plus, les cerveaux sont rincés

 

Je veux, de temps en temps/ 

Je veux, parfois, quand mon coeur est si froid /

Je veux, toujours et à jamais/

des zygomatiques déployés/

des bouches déridées, des fronts déplissés/

des petites culottes mouillées, des salves de rires/

des hoquets/

Je veux des pitres talentueux, des humoristes, des penseurs, des artistes au grand cœur, des semeurs de rêves, des coureurs de nuages, des gens tranquilles et bons, des justes/

Je veux rire, sourire, chanter, danser, me marrer, rigoler, me bidonner/

Je veux rire/

Je veux rire/

Je veux RIRE !!

Pierre DAC et Francis Blanche © giussiani

Formidables Pierre Dac et Francis Blanche, inégalés humoristes de haute voltige, vous me manquez  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.