Pourquoi j'ai fait une grève de la faim

J'ai commencé le lundi 10 mars 2014 à 9h30 une grève de la faim. Le motif de ce jeûne, c'est le ras-le-bol de l'acharnement judiciaire et administratif dont je fais l'objet. L'élément déclencheur est la convocation à un interrogatoire écrit qui devait se tenir le 14/03/2014 au siège de la Direction Générale. Cette procédure a été repoussée après le procès, en raison de l'état d'affaiblissement dans lequel je commençais à sombrer.

Je terminerai cette grêve de la faim lundi 17 mars, au terme d'une semaine complète de jeûne. La préparation du procès et la fin de la campagne municipale à Bagnolet nécessite en effet de reprendre des forces. Merci pour tout vos messages de soutien.

CHRONIQUE D'UNE GREVE DE LA FAIM

Lundi 10 mars 2014: juste une fringale mais de toute façon, la boule dans le ventre me coupe l'appétît.

Mardi 11 mars 2014: rien. Aucune sensation de faim. C'est fou le temps qu'on peut gagner dans sa journée lorsqu'on ne mange pas et n'a pas à laver la vaisselle.

Mercredi 12 mars 2014: Aucun sensation de faim. La tête commence à me tourner, mais c'est supportable. J'arrive à faire bonne figure sur Canal Plus, mais dès que le rideau tombe, le tourbillon m'aspire.

Jeudi 13 mars 2014: des nausée passagères. Une main invisible semble me serrer la gorge. Elocution normale. J'arrive encore à me concentrer sur mon travail.

Vendredi 14 mars 2014: l'état nauséeux devient permanent. Le moral plonge dans les chausettes. Légère altération des couleurs. Direction l'hôpital: on teste mon taux de sucre à l'hôpital: c'est bas mais j'ai encore de la marge. La prise de sang m'achève. J'arrive à me traîner au meeting pour les élections municipales. La salle est pleine à craquer, moi je suis vidé. Mes colistiers sont contents de voir que je vis encore.

Samedi 15 mars 2014: l'organisme semble avoir branché le réseau de secours. L'état s'améliore, en dépit de quelques coups de barre qui nécessitent de s'allonger un peu. Je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête, mais j'ai ouvert bêtement le frigo en passant devant. Conséquence: je ressens la faim pour la première fois depuis le début de ce jeûne. 

Dimanche 16 mars: les jambes sont ramolos. Fin du jeûne à 22h00.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.