Olivier Véran, valet soumis de Macron, bloque totalement l'économie ...

à Marseille, au risque de mettre le commerce phocéen en faillite. Il persiste et signe, lamentablement.

Bars et restaurants fermés à Marseille © Gérard Gamier Bars et restaurants fermés à Marseille © Gérard Gamier
Après les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran ce mercredi 23 septembre sur la fermeture des bars et des restaurants dans la métropole d’ Aix-Marseille comme sur le territoire de Guadeloupe, un vent énorme de révolte souffle sur la cité phocéenne. Ces annonces ont provoqué l’indignation des élus régionaux qui accusent le gouvernement d’avoir pris des décisions  sans aucune consultation.
En effet, le ministre Véran s’est révélé indigne dans son comportement d’homme d’État : C’est ce que ressent la maire de Marseille, Michèle Rubirola qui a écrit sur Twitter : «  Rien dans la situation sanitaire ne justifie cette annonce. Je n'accepte pas que les Marseillais soient victimes de décisions politiques que personne ne peut comprendre ».
Et en tant qu’élue, elle n’est pas la seule à contester cette décision. C’est le cas notamment de  Maryse Joissains, maire de d’Aix-en-Provence, de Bruno Muselier, président du Conseil régional PACA et de nombreuses personnalités politiques de la région. 
Étant pris dans un piège inattendu pour lui, Véran Le ministre a répondu au maire de Marseille, affirmant notamment s'être entretenu avec le premier adjoint de Marseille et Renaud Muselier,  président de Région, avant d'annoncer ces nouvelles restrictions. 
« Mon premier adjoint a juste été informé par vos soins, juste 10 minutes avant la conférence de presse alors qu'il a essayé de vous joindre cet après-midi. Information PAS concertation», a insisté Michèle Rubirola.
Les dires de l'édile sont largement confortés par ceux de Renaud Muselier qui s'est lui aussi adressé à Olivier Véran sur le réseau social. / « Un coup de téléphone n’est pas une concertation, Olivier Véran, quand l’appel est passé à 18 h30 pour une intervention à 19 h, dans la précipitation. 

Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.