La France de plus en plus divisée ? Où est l'union nationale ?

La France divisée ? © Pierre Reynaud La France divisée ? © Pierre Reynaud
Depuis trois ans maintenant, les Français sont pris pour des imbéciles. Plus gentiment, certains diront « gaulois » pour reprendre l’expression du président de la République dont le mépris envers les classes populaires n’a jamais été aussi égalé par aucun de ses prédécesseurs. À chaque instant, le gouvernement marque son empreinte méphitique sur la nation française, à un tel point qu’on ne distingue plus la moindre valeur démocratique ou républicaine. Que sera donc la France d’ici deux ans, à la fin du mandat présidentiel de Monsieur Macron ? Serons-nous entrés dans une seconde phase de l’autoritarisme existant, c’est-à-dire dans celle annonçant progressivement la dictature ?

 Quand en 2017, le mouvement macronien nous présentait une « République en Marche », personne n’aurait pu croire qu’elle deviendrait rapidement autocratique au point de réduire l’Assemblée nationale en un parlement de députés « Playmobil ».

Alors, en toute objectivité, quel est le destin de la France et à quelle sauce seront-nous mangés ?

En clair, nous venons de connaître la crise sanitaire du coronavirus qui a fait, hélas, de nombreuses victimes. Mais le Covid-19 n’est que l’anti-chambre d’une catastrophe prochaine dont l’auteur principal n’est autre que le président Macron. Ainsi, que chacun réalise aujourd’hui, que le macronisme est la malédiction qui menace notre pays et nos territoires. Et que chacun réalise aussi que le macronisme est en train d’anéantir nos libertés publiques ou individuelles, c’est-à-dire de foudroyer la République : l’écrasement total de notre devise nationale : « liberté, égalité, fraternité ».

« Nous sommes en guerre ». À six reprises, Emmanuel Macron a utilisé la même expression lors de son allocution du 16 mars 2020. Un ton martial, visant à sonner la « mobilisation générale » contre un « ennemi (…) invisible, insaisissable », c’est-à-dire le Covid-19 dont l’épidémie semblait s’étendre sur l’ensemble du territoire français. Lire l'article complet

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.