Aymeric Durox : un adepte des théories conspi' tête de liste RN en Seine-de-Marne

Agé de 36 ans, Aymeric Durox n’aime pas le grand remplacement, Georges Soros et Miss France 2017. Il vient d’être nommé tête de liste du Rassemblement national (RN) en Seine-et-Marne pour les prochaines élections régionales.

Professeur d’histoire-géo au collège-lycée François Couperin de Fontainebleau, Aymeric Durox vient d’être désigné pour conduire la liste du Rassemblement national en Seine-et-Marne pour les prochaines régionales. Le candidat malheureux aux élections municipales à Nangis en 2020 a bénéficié de la voie libre ouverte par la condamnation pour inéligibilité de Pierre Bacqué, maire honoraire de Vaudoué et conseiller départemental de Fontainebleau, et de la candidature du binôme Didier Bernard et Béatrice Roullaud pour les prochaines élections départementales.

front-national-refondation-561x321-c

Un candidat BCBG qui se lâche derrière son écran

Lorsqu’il n’enseigne pas l’histoire de la Seconde Guerre mondiale à des élèves de troisième, Aymeric Durox distribue des tracts sur les marchés du département pour un parti fondé par Léon Gautier, ancien SS de la division Charlemagne, frappé d’indignité nationale. Celui qui affectionne le port du costume cravate capitalise sur son style de gendre idéal et son sourire de jeune premier. Une élégance dont le militant RN s’abstient cependant de manière notable sur les réseaux sociaux, comme l’a révélé Buzzfeed. Dans une enquête consacrée aux comptes Facebook des 573 candidats FN lors des élections législatives de 2017, le média d’investigation souligne une série de publications problématiques sur le compte d’Aymeric Durox. Adepte de la théorie du grand remplacement, dont se réclamait aussi le tueur de Christchurch, fan de l’essayiste d’ultra-droite Laurent Ozon et opposant à Georges Soros, dont il se dit convaincu de l’influence néfaste sur « des régimes en place un peu partout », Aymeric Durox likait aussi des contenus moquant la peau noire d’Alicia Ayliès, miss France 2017.

© BuzzFeed France News

En 2020, rebelote. Lors des élections municipales à Nangis en 2020, le candidat du RN a aussi été visé par une plainte du maire de la commune Michel Billout pour injure et diffamation sur Facebook. Dans un message publié sur son compte, Aymeric Durox insinuait en effet que l’édile aurait bénéficié d’avantages indus et notamment détourné de l’argent public pour se rendre en Palestine. Des méchantes calomnies selon l’intéressé, que les habitants de Nangis n’ont pas non plus pris pour argent comptant, comme en témoignent le mauvais score recueilli par Aymeric Durox (à peine 11% des voix au second tour) alors que le parti frontiste était arrivé en tête dans la commune à la présidentielle en 2017 et aux européennes en mai 2019.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.