Frater noster

Frère de sans. Frère de larme.

 

Hume un cœur.

Incontinent de miasmes rouges.

L’odeur des chants éternels se rue des bottes crottées.

Ton corps d’argent découpe des lambeaux jaunes et noirs.

 

Le paon talon rouge se plie des monuments exposés.

Le parapluie de nos huttes criardes file la nuit des fols ictères.

 

Frère castor des blancs carnages croque le fil, étang craquelé.

Mugis des pleurs écourtés. Nage des conquêtes émues.

 

La toile tisse, araignée blonde, et tire l’heure, dessus les peurs.

Enchant des bancs, stères pourris du creux.

Les palpitants se ruent d’ors et pleins.

 

Ronde. Mouchoirs pliés, amidonnés.

Ban de rôle exalté.

 

Frère d’ave. Frater noster.

Frère de jeu. Je est le nôtre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.