La Ligue Citoyenne
Association - Lobby Citoyen
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2021

Stop aux privilèges disproportionnés des élus et hauts fonctionnaires !

La Ligue Citoyenne propose 6 mesures pour contribuer à retrouver plus de confiance envers les politiques. Mettons fin aux abus et dérives en matière de privilèges accordés aux élus et hauts-fonctionnaires. Rejoignez-nous ! #StopPrivilègesEtat

La Ligue Citoyenne
Association - Lobby Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Stop aux privilèges disproportionnés des élus et hauts fonctionnaires !

Dans la continuité des importants mouvements sociaux survenus durant le présent quinquennat, nous souhaitons alerter le public mais aussi interpeller les candidats aux prochaines élections présidentielles de 2022 au sujet des dérives et abus constatés en matière de privilèges financiers ou non accordés à certaines fonctions d’élus et hauts fonctionnaires.

​Il apparaît clairement depuis de nombreuses années que les “privilèges” que s’accordent certains politiques (quels que soit leur bord), semblent les déconnecter années après années des réalités de vie des citoyens et créent un sentiment d’inégalité et d’injustice au sein de la population. 

Nous avons en tête des affaires telles que le prix d’un pain au chocolat estimé 15 centimes d’€, évoqué par Mr Copé en Octobre 2016, le salaire moyen des français, évoqué à plus de 4000€ par Mr François Hollande ou Mr Bayrou ou encore, l’affaire des repas somptueux aux homards et champagne, servis à l’Assemblée Nationale sous la présidence de Mr de Rugy entre 2017 et 2018 et, tout cela sans oublier le "responsable mais pas coupable" de l'affaire du sang contaminé en 1991 où de nombreux ministres avaient été mêlés à ce scandale sanitaire et dont certains ont tout de même occupés ou occupent encore aujourd'hui des postes à haute responsabilité.  Ces quelques exemples ne seraient que la pointe visible et anecdotique de l'iceberg des dérives qu’ils se permettent en toute impunité . Le constat est donc aujourd’hui qu’il est nécessaire de réformer un système dont le fonctionnement favorise des pratiques immorales et non sanctionnées (manque de transparence, corruption, manque de règles…) et qui éloigne ces élus de leur fonction initiale.

Rappelons que dans les cahiers citoyens du Grand Débat National mis en place durant le mouvement des "Gilets Jaunes", la dénonciation des privilèges accordés aux responsables politiques nationaux revient presque systématiquement. 

Rappelons également que sur les 59 revendications portées par le Vrai Débat (consultation en ligne organisée par un groupe de Gilets Jaunes en janvier 2019 et ayant reçu plus d’un million de votes sur 25 000 propositions), la première revendication était précisément, la suppression des privilèges des élus et Présidents de la République.​

Cette revendication étant restée lettre morte, nous souhaitons relancer le débat et questionner le sens moral entourant certaines pratiques qui devraient faire l’objet de contrôles réguliers et entraîner la réforme ou la suppression de plusieurs d’entre elles. A l'approche d’importantes échéances électorales (législatives et présidentielles), nous souhaitons que les six mesures suivantes soient portées par les députés et sénateurs à l’Assemblée Nationale mais aussi intégrées aux programmes des candidats aux élections présidentielles de 2022 pour être appliquées dès le prochain quinquennat.

1.Casier vierge des élus et hauts fonctionnaires et suspension de mandat pendant la durée d’une enquête.

2.Révocabilité des élus et hauts fonctionnaires :  ces postes doivent pouvoir être révocables, à tous les niveaux, d’autant plus lorsque les élus sont incarcérés.

3.Non cumul des mandats: la fonction de ministre ne devrait être cumulée avec aucun autre mandat. En novembre 2012, la Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique préconisait d’ailleurs d’interdire le cumul d’une fonction ministérielle avec l’exercice de tout mandat local, exécutif ou non.

4.Réduction des privilèges de la fonction de Parlementaire, Président/e, Premier Ministre et conjoint/es : transparence sur les frais de mandat des parlementaires ; suppression de l’article 1 du décret de 2019 dans lequel l'Etat peut mettre à disposition du Premier ministre certains privilèges pour une durée de 10 ans ;  Fin du versement à vie d'une pension de retraite (6000 euros brut mensuel) pour un Président, préférant un alignement sur le système de retraite propre à la Fonction publique, ainsi que la fin de l'attribution à vie et automatique d'un siège au conseil constitutionnel (11 500 euros net par mois) et la révision/suppression de plusieurs articles du  “Décret n° 2016-1302 du 4 octobre 2016 relatif au soutien matériel et en personnel apporté aux anciens Présidents de la République” notamment pour réduire ou mettre fin aux privilèges qui s’appliquent à vie; et enfin, le maintien pour le prochain mandat présidentiel, de la charte mise en place en 2017 pour cadrer les activités des conjoint.es des Président.es.

5.Fin du financement des obsèques des députés et sénateurs par les contribuables : le montant de l'allocation peut aller de 2800 euros à près de 19000 euros (573.000 euros en 2017 et 538.693 euros en 2016, soit 7000 euros par obsèques en moyenne). Côté Sénat, les frais funéraires ont représenté 967.000 euros en 2016, soit 17.000 euros par obsèque en moyenne !

6.Création d'un organe de contrôle citoyen des comptes publics : ​​62% des français de tous les milieux sociaux ont le sentiment d’une corruption généralisée forte des politiques (Source: Enquête Ipsos/Sopra Steria) et quelques soient les contrôles existants, il semblerait qu’ils ne soient pas à la hauteur ! 

A l'heure où le taux de confiance envers les politiques à considérablement chuté dans le pays, en témoigne le taux d'abstention aux dernières élections, où la qualité de la démocratie en France perd des points et où les scandales se cumulent, nous pensons que les élus et hauts fonctionnaires se doivent d'être exemplaires.

Rejoignez la campagne #StopPrivilègesEtat, interpellez élu/es et candidat/es !

Mobilisez-vous avec La Ligue Citoyenne

Fédération La Ligue Citoyenne

Laurie Debove, Rédactrice en chef de La Relève et La Peste, média indépendant

David Libeskind, Avocat au barreau de Paris

Caroline Oury, membre collectif citoyen pour le Climat - Ardennes

Menacer Aomar, Président du Collectif de lutte contre la Précarité et l’isolement - Ardennes

Nexus, Cabinet d’accompagnement en stratégie de mobilisation

Acces’cible, Association d’accompagnement à la scolarité et à l’emploi


Pour signer la tribune en tant qu'organisation, c'est par ici : https://forms.gle/D5UQo9jjkGmHedss9
Pour consulter le site internet ou les revendications

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS