L'erreur des Français concernant l'Egypte : "Vouloir à tout prix réduire la complexité à la taille de leur esprit "

Les intellectuels invités dans les médias français n’ont pas encore compris que la splendeur de la fête en Egypte va au-delà de leurs clichés. Il ne s’agit pas d’inventer la vérité, mais de s’y hisser et de s’y agripper … On y tient comme on tient un mât au milieu des vagues déchaînées. Vouloir à tout prix réduire la complexité à la taille de leur esprit, voilà où se trouve la grande erreur !

Par Wagdi Sabète14-08-2013

La démocratie, expression de la souveraineté d'un peuple.

Les médias en France présentent souvent les nombres de morts et de blessés en Egypte à cause de ce qu’ils qualifient à tort de coup d’Etat militaire. Or, ignorent-ils que 36 millions de personnes étaient dans les rues le 26 juillet pour demander la lutte contre les actes de terrorisme commis par les partisans du régime de Morsi ? Ce régime, incapable de gérer le pays, nous a conduits en un an à une catastrophe économique sans précédent.

Les jeunes Egyptiens, entre 20 et 28 ans, ont pu récolter 23 millions de signatures authentifiées avec une pièce d’identité pour prouver le rejet par le peuple de ce régime. La demande fut simple : une élection présidentielle anticipée, alors que Morsi a été élu par 13 millions de voix seulement.

Ce sont ces jeunes que l’on considère comme les grands acteurs de cette deuxième vague de la révolution. L’armée n’a fait que protéger et accompagner le peuple dans ses attentes … Les forces armées ont soutenu héroïquement le peuple et non pas un régime politique corrompu comme cela a pu être démontré par les autorités des enquêtes judiciaires.

Il est curieux que l’on parle d’un coup d’Etat militaire annoncé 3 mois à l’avance par les jeunes du mouvement Tamarrod. Seule une lecture partielle et superficielle de ces événements les qualifie ainsi. On n’a jamais vu un coup d’Etat militaire où l’armée ne gouverne pas, mais plutôt le président de la Haute Cour constitutionnelle. De plus, aucun militaire, ni conseil militaire n’est au pouvoir hormis le ministre de la Défense.

La propagande puissante des Frères musulmans a diabolisé cette révolution populaire, comme elle a diabolisé d’autres mouvements de protestation.

La terreur actuelle que l’on constate dans les rues de mon pays est devenue quotidienne. Les Frères musulmans ont décidé de mener une véritable guerre contre le peuple qui s’est soulevé contre eux. C’est la réalité que les médias français ne transmettent pas souvent.

Les mêmes médias dissimulent délibérément les faits suivants : Que les pro-Morsi rentrent dans un conflit armé contre les forces de l’ordre et de sécurité en utilisant des armes de guerre. Qu’une partie du territoire est inaccessible et occupée par des criminels hors-la-loi — pro-Morsi — qui utilisent la force et la violence pour soumettre ce territoire à leur commandement. Que les pro-Morsi tuent des innocents qui ont eu le tort de croiser leur chemin dans la rue et rien d’autre. Enfin, des menaces proférées publiquement contre les minorités coptes, bouc émissaire facile. Ainsi, l’information donnée n’était pas complète.

Le plus déplorable dans les drames humains c’est notre manière partielle d’en parler. Or, nous avons eu droit depuis le 30 juin aux invités, soi-disant spécialistes, détachés de la réalité quotidienne des Egyptiens, qui voient l’Egypte depuis le boulevard Saint-Germain. Ils se permettent de juger nos pratiques et nos décisions selon leurs critères formalistes. Ils veulent sauver la forme vide d’une démocratie hypothétique tout en sacrifiant ses valeurs fondamentales.

La souveraineté d’un peuple — au cas où ils l’auraient oubliée — est le pouvoir de décider en dernier ressort, sans recours à aucune instance supérieure … Elle est la compétence initiale de dire son dernier mot. Le peuple souverain décide une fois pour toutes, il ne saurait être ni limité, ni opprimé, ni sous contrôle. Vouloir pour le souverain, c’est déjà le nier ! Conditionner sa volonté, c’est déjà le trahir, décider à sa place, c’est anéantir tout sens de la démocratie. La souveraineté du peuple égyptien ne saurait se transformer en représentation souveraine d’un peuple sous contrôle !

Je n’ai pas souvent constaté dans la presse française une analyse politique qui tient compte de la volonté de ce peuple magistralement exprimée 3 fois, le 30 juin, les 3 et 26 juillet. D’où ces commentateurs ont-ils donc tiré leur conclusion ? On ne leur demande pourtant rien d’autre que de dire la vérité. La vérité de ce qui se passe en Egypte est affreusement simple et humble, mais on lui préfère le mythe parce qu’il s’accorde aux passions, on lui préfère le faux car le vrai irrite.

http://hebdo.ahram.org.eg/News/3468.aspx

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.