L'Egypte à la recherche de sa souveraineté perdue.

Le mouvement Tamarod (Rebellion), qui est en grande partie à l'origine de la destitution du président Morsi avec le Fonds de Salut National créé fin 2012, s'est joint à d'autres organisations pour une campagne appelant à annuler l'aide des États-Unis et le traité de paix avec Israël, de Camp David, de 1979 (Daily News Egypt). Il est question d'un référendum.

Il s'agit là de couper toute interférence et moyen de pression des États-Unis dans le gouvernement interne du pays, et de permettre à l'Égypte de retrouver sa souveraineté complète notamment afin de pouvoir faire intervenir leur armée (qui en a été empêchée jusqu'en 2011, par les accords de 1979 et qui n'est toujours pas libre des ses mouvements) dans le nord du Sinaï. Cette région est sous la surveillance conjuguée d'Israël, de la police égyptienne (qui ne peut pas grand chose) et de la FMO (Force multinationale de défense - 1 656 soldats de onze pays différents), depuis 1979. La région concernée qui va de l'ouest de la bande de Gaza au nord jusqu'à Taba et Charm el-Cheikh au sud est en état de guerre permanent. Des atrocités et des trafics (d'armes à destination du Hamas, jusqu'au trafic d'organes) y sont commises par les tribus et les trafiquants qui sévissent depuis des années, particulièrement le long de la frontière avec la Palestine (http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Dans-le-Sinai-les-migrants-africains-prisonniers-des-passeurs-_NP_-2013-03-13-920640).

Une chronologie complète et détaillée des opérations militaires dans cette partie du Sinaï se trouve sur le ROP (Réseau de recherche sur les opérations de paix) de l'Université de Montréal. On y lit le 16 août 2013 : "Les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï sont en proie à des attaques quasi quotidiennes de militants depuis le renversement du président égyptien, Mohamed Morsi, le 3 juillet dernier". http://www.operationspaix.net/39-chronologie-complete-de-l-operation-fmo.html

Par ailleurs, des rumeurs reprises par internet et certains médias ( http://www.europe-israel.org/2013/07/un-accord-secret-entre-obama-et-les-freres-musulmans-pour-ceder-40-du-sinai-a-gaza/se sont développées depuis 2012 : le président de la République, Mohamad Morsi, avec la confrérie des FM aurait cherché à aider les  Palestiniens à s’implanter dans le Sinaï. Il était question de ventes informelles de terrains pour le compte d’Arabes et d’étrangers, conclues par l’intermédiaire des bédouins. 

Le premier ministre, fin 2012, a dû prendre un décret posant des restrictions, pour assainir la situation, sur l’appropriation immobilière dans le Sinaï. Ce qui semble bien laisser entendre qu'il se passait là quelque chose de trouble. Et ce qui a fait dire à l'époque au guide suprême de la confrérie, Mohamad Badie, que rien n’empêchait d’installer des camps pour les Palestiniens. 

Le 18 juillet 2013, après la destitution du président Morsi,  une opération militaire « de nettoyage » a commencé dans le nord du Sinaï. Les militaires et la police collaborent afin d'éliminer les "éléments criminels" qui font régner la terreur. Il est question de nombreux morts et blessés. Les forces égyptiennes sont équipées d'armes lourdes, de lance-roquettes et d'hélicoptères Apache, ainsi que de tanks placés à des points de contrôle. La police était en alerte maximum depuis plus d'un mois.


Parallèlement, et compte tenu des menaces des pays occidentaux de supprimer leurs aides à l'Égypte, l'Arabie Saoudite a annoncé que les pays arabes et islamiques vont prendre des dispositions pour aider l'Égypte si les nations occidentales mettaient leurs menaces à exécution à la suite des évènements.

"To those who have announced they are cutting their aid to Egypt, or threatening to do that, [we say that] Arab and Muslim nations are rich...and will not hesitate to help Egypt," Foreign Minister Prince Saud al-Faisal said in a statement carried by SPA state news agency.

Les pays du Golfe ont promis des milliards en aide et assistance.

Dans le quotidien Egypt Independent du 19 août, j'ai relevé deux commentaires intéressants dans ce contexte :

le premier d'un supporter d'Israël : "Ironic, really. The EU is doing the same thing to Egypt that they have done to Israel, and that the left in the US would have the US do to Israel. As a supporter of Israel I have no joy in seeing the injustice, on whomever it is committed, of EU and other politicians and media people simple-mindedly reacting against the Egyptian government, without looking at how the MB (FM) ruled Egypt with no regard for the rights of others, and the intolerance that is the MB creed. The mass media and Western governments lazily conflate democracy with liberty (the objective of democracy should be to achieve liberty and protection of fundamental rights for all, not simply the power to impose tyranny against the minority). It's as if the EU is blind to burning Coptic churches...."

Le second d'un consultant égyptien : "Couldn't the EU predict this would happen? All they will succeed in doing is pushing Egpyt away and into the arms of the Gulf States. Where will their influence be then?
The EU needs to re-double its efforts to get the various factions together and to get talks going. Cutting aid is such a stupid thing with obvious and negative possibilities."

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.