Yaron le fils prodige

Yaron Herman est né le 12 juillet 1981 à Tel-Aviv.

Alors qu’il se destinait à devenir basketteur professionnel, c’est à la suite d’un accident, que Yaron se décida, à l’âge de 16 ans, à commencer le piano.

Il alla trouverOpher Brayer, qui fut son unique professeur.

..." Je suis allé le voir car je voulais apprendre le piano. Au départ c'était juste une envie d'apprendre à jouer du piano mais pas pour devenir pianiste ! Avec lui j'ai eu comme une révélation. J'ai découvert la force, la méthode, la profondeur et la magie de la musique et en particulier le jazz et l'improvisation."

 

L'artiste explique les aspects très particuliers de cet enseignement. "…Elle est basée dans son aspect technique sur l'utilisation de mathématiques…En dehors de tout aspect de la technique musicale. Notre travail était d'ordre philosophique et psychologique..." A 17 ans Yaron Herman gagne le prestigieux prix Rimon, dans la catégorie " Jeune talent ".Ce prix est organisé par la plus grande école de jazz en Israël. Il donnedes concerts dans les plus prestigieuses salles de concert en Israël A 19 ans,avide de découvertes, il part à Boston, pour fréquenter la Berklee College School of Music.Dans un système fondé sur la compétition, au détriment de l'épanouissement individuel, L’artiste n'y trouve pas la matière et l'inspiration. Deux mois plus tard, Il décide de rentrer à Tel-Aviv et fait une brève halte à Paris. Il rencontre, le soir même, quelques musiciens lors d'une Jam-session, et se retrouve immédiatement engagé. Dès lors,Il ne quittera plus la capitale. "Je pense que la France occupe une position centrale dans le monde culturel . La France a toujours défendu des valeurs humanistes et artistiques, et il y a en France un respect relativement élevé des artistes par rapport à d'autres pays. Les artistes reçoivent rarement le respect qu'ils méritent , même en France ce n'est pas toujours évident, mais comparé aux États-Unis par exemple, l'ouverture de la société française aux arts est très importante." Yaron Herman a développé une théorie musicale de l’improvisation appelée « Real Time Composition », qui lui a valu d’animer un cycle de conférences à la Sorbonne, invité par Laurent Cugny.

 

Yaron Herman est un musicien solaire, il arradie.

Son énergie semble inépuisable… Il n’arrête jamais de jouer…Il parcourt aujourd’hui le monde entier en tournée.

Artiste fougueux et passionné, son jeu est imprégné de cette ferveur.

Le voir jouer est un vrai spectacle, il se lève, il piétine, il balance, il ondule, son corps entier est impliqué et accompagne son jeu.

Ces inspirations sont diverses .Dans sa biographie officielle, il est cité Paul Bley, John Coltrane, Lennie Tristano, mais aussi Bach comme influences majeures de sa musique, sans oublier le folklore traditionnel de ses origines, et la musique pop de sa génération .

J’ai été l’écouter à chacun de ces concerts sur Paris, c’est un bonheur !

Et lorsqu’il partage la scène avec son acolyte Emile Parisien (saxos ténor et soprano), le plaisir est à son comble !

Emile Parisien ,est un autre « énergumène » virtuose de 25 ans, talent issu de l’atelier jazz du collège de Marciac tombé dans la marmite du jazz.

Avec toute la musicocréavitalité, que l’on reçoit lorsque ces deux là sont réunis, on est scotché, au fond du siège et l’on doit hurlerentre deux sets pour décompresser…

http://www.youtube.com/watch?v=HdoKNyn3X88

 

On ressort de ces concerts,réjouis, remontés à bloc, pour peu qu’on croise , le souriant et jovial musicien, on a l’impression d’avoir unnouveau copain.

Et quel copain !

 

Yaron Herman a remporté la Victoire du Jazz, Révélation instrumentale de l'année en Septembre dernier
Son concert à Belgrade le 26 Octobre été diffusé live simultanément dans 39 Pays sur la chaîne Mezzo.
Cette vidéo en est un extrait ….

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.