la place du couderc
En langue et pays d'oc, le couderc (orthographe variable) est un lieu communal ouvert au pâturage, aux battements d'ailes, aux grincements et aux échanges, aux infos du coin ou d'ailleurs…
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2020

“Je ne laisserai personne dire…”

Fait des premiers mots d’un livre, l’incipit annonce le point de vue de son auteur, le style imprimé à l’œuvre. Pas plus que le reste de l’ouvrage, il n’est immunisé contre le plagiat. Dialogue imaginaire entre Nizan et le pouvoir.

la place du couderc
En langue et pays d'oc, le couderc (orthographe variable) est un lieu communal ouvert au pâturage, aux battements d'ailes, aux grincements et aux échanges, aux infos du coin ou d'ailleurs…
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c'est le plus bel âge de la vie. » Le célèbre incipit de Paul Nizan dans Aden Arabie semble plaire à l’actuel duo du pouvoir français, qui le réemploie sans scrupules depuis trois ans : pâles figures de style recopié, ravalements de façade médiatique pour noyer les questions, tenter de clouer les becs et clore tout débat.

À l’inverse, l’auteur en faisait le départ lumineux d’un voyage exploratoire, d’une flamboyante ouverture, défi téméraire aux enjeux du monde… Que répondrait-il à ces éléments de langage contreplaqués ? 

En italiques à droite, extraits choisis au fil du livre de Nizan qui répond plutôt bien, 90 ans à l’avance, aux assertions d’Emmanuel Macron et, tout récemment, d’Edouard Philippe.

“Je ne laisserai personne défendre la culture française en prétendant la rabougrir.” (E. Macron, 18/03/2017)

« Je suis arrivé. Il n’y a pas de quoi être fier. »

« Je vous dis que tous les hommes s’ennuient. »

“Je ne laisserai personne dire que des choix budgétaires se font aux dépens de votre sécurité.” (E. M., 20/07/2017)

« La sagesse des nations approuve tant de détours,
de contrats, de pesées, d’esclavages profitables.
Mais qu’en pense la Sagesse qui n’appartient pas aux nations ? »

Variante : “Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit.” (E. M., 07/03/2019)

« Ces desseins, vous les nommez ici guerre, commerce et transit :
croyez-vous que ces mots excuseront tout jusqu’à la fin des temps ? »

“Je ne laisserai personne dire qu'il y a eu du retard sur la prise de décision s'agissant du confinement.” (E. Philippe, 28/03/2020)

« L’action met en avant de bien autres complices
que toutes vos algèbres, des pouvoirs, des besoins, des possessions.
Tout doit viser à la conciliation de ces complices naturels dont vous essayez
d’étouffer les voix avec beaucoup de ruses et de savantes précautions,
sous toutes les tentures de la bonne logique et de la sainte morale des affaires. »

Dans les mêmes pages, l’écrivain lance : « Faut-il prendre pour l’action ses reflets ? » À entendre comme une critique aussi brève que lucide de la communication en politique, toujours d’actualité. Pas mal vieilli, Nizan.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart