Interdit de vote à la primaire, une fois, deux fois ?

On pouvait être inscrit à la primaire écologiste dès le mois d'août, mais au jour J classé dans les indésirables sans explication ni motif aucun. Donc privé de vote au 1er tour ; et pour le second ? On attend…

Un appel téléphonique, six courriels du jeudi 16 au dimanche 19 septembre : rien n’y a fait, pas moyen de participer à la primaire écolo à laquelle je m’étais inscrit dès le mois d’août. Pas moyen de lutter contre l’algorithme qui m’a classé dans les indésirables, comme tentent de le justifier les organisateurs dans leur unique réponse du 17 :

« Dans la plupart des cas ces suspensions sont liées à un nombre abusif d'inscriptions avec la même carte bleue. Le moyen de paiement devait être individuel, il y a eu une tolérance mais au-delà d'un certain nombre d'inscriptions avec la même carte bleue il y a suspension. Il y a également d'autres pare-feux qui s'activent comme le refus des alias (une inscription devant être personnelle et unique) ou le nombre d'inscriptions avec la même IP par exemple. Par respect pour les personnes qui s'inscrivent nous n'avons pas accès aux données personnelles, seul le prestataire y a accès. Toutefois, si vous n'étiez concerné par aucun de ces cas de figure, merci de nous le faire savoir. Il est toujours possible qu'une erreur survienne. »

C’est effectivement une erreur, je ne suis concerné par aucun de ces cas de figure ; je n’aurai évidemment aucune explication puisqu'il n'y en a aucune, et ça ne changera rien à mon sort…

Pendant ces quatre jours de correspondance à sens presque unique, j’ai eu le temps de préciser mon point de vue et quelques questions, qui restent toujours sans réponse deux jours après la clôture du scrutin :

  • « C’est donc le prestataire tout seul qui “fait la police” de la primaire ? Pas de contrôle à son égard ?
  • Faut-il croire que le sous-traitant ne traite pas grand-chose, et que les organisateurs de la primaire s’en lavent les mains ? Si on en reste là, ça laisse rêveur sur la capacité des écologistes à maîtriser les outils et les complexités du numérique dans la perspective du pouvoir.
  • Message à Sandra Regol : Si, comme vous le dites dans Marianne, les cas comme le mien ne représentent que quelques dizaines de personnes, pour quelle raison rien n’est-il fait depuis deux jours pour les réintégrer dans cette primaire ?
  • Message à l’équipe de la Primaire : vous m’avez écrit voilà deux jours que vous restiez à ma disposition pour échanger, ça vous dérangerait beaucoup de tenir au moins cette promesse-là ? »

Dernier message de ma part dimanche 19 au soir : « Sous réserve de toute démarche ultérieure, je vous demande par la présente d’effectuer les démarches nécessaires pour que je puisse participer au second tour de la primaire. »

Pas de réponse…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.