PPL Sécurité globale: la CNIL au secours de l’État policier

La CNIL vient de rendre son avis sur les drones et caméras de la PPL Sécurité globale. L’époque où la CNIL prétendait se faire l’écho des inquiétudes populaires est bien morte et oubliée. Dans un triste spectacle d’équilibriste déserteur, elle parvient à contourner toutes les questions juridiques qui auraient pu remettre en question le projet sécuritaire du gouvernement.

La CNIL vient de rendre son avis sur les drones et caméras de la PPL Sécurité globale. L’époque où la CNIL prétendait se faire l’écho des inquiétudes populaires est bien morte et oubliée. Dans un triste spectacle d’équilibriste déserteur, elle parvient à contourner toutes les questions juridiques qui auraient pu remettre en question le projet sécuritaire du gouvernement.

Derrière l’apparente critique de la proposition de loi, la CNIL s’emploie en réalité à valider l’objectif sécuritaire du texte. Aucune disposition n’est remise en cause dans son essence même et l’avis de la CNIL, de même que l’audition de sa présidente ce matin devant la commission des lois du Sénat, n’a qu’un seul objectif : donner le mode d’emploi au législateur pour faire passer son texte.

La CNIL prend ainsi soin de ne surtout rien dire sur la « nécessité absolue » ou le contrôle préalable du déploiement des drones et des caméras-piétons. Et pour cause : ces garanties, exigées tant par la Constitution que le droit européen, sont incompatibles avec le projet du gouvernement et suffiraient à l’invalider.

De même, elle est parfaitement silencieuse sur le fait qu’en pratique les personnes surveillées par drones ou caméras mobiles ne pourront pas en être véritablement informées, comme l’exigent la Constitution et le droit européen. Alors que l’avis de la CNIL relève que l’usage de drone est intrinsèquement dangereux de part leur miniaturisation et leurs capacités techniques, il n’en tire aucune conséquence sur l’information du public. Silence total aussi sur la reconnaissance faciale associée aux caméras-piétons, débat que la CNIL écarte en affirmant qu’elle serait interdite car non explicitement prévue par le texte alors qu’il a tant animé le débat public et que cette possibilité est offerte par d’autres pans de l’arsenal répressif de l’État.

Contorsion absolue : la CNIL propose que les drones soient d’abord expérimentés avant d’être autorisés définitivement dans la loi. Comme si les drones n’avaient pas déjà été largement déployés pendant des années et n’avaient pas déjà eu l’occasion de démontrer encore et encore leur incompatibilité intrinsèque à la Constitution et au droit européen. Même le Conseil d’État a déjà commencé à dénoncer l’inutilité des drones dans le travail de la police, mais la CNIL refuse absolument de contrarier Gérald Darmanin et lui offre un nouveau délai d’expérimentation que rien ne justifie en pratique ni en droit.

L’avis de la CNIL nous offre également une scène de béatitude totale devant les possibilités de floutage, faisant passer cette rustine inefficace comme la clé du respect de la vie privée. Or, un dispositif de floutage des images prises par drones, en plus d’être désactivable à souhait par la police et techniquement très aléatoire, ne fera que donner un faux sentiment de protection alors que ces dispositifs renforcent le pouvoir de la Technopolice qui pourra filmer tout, tout le temps, et sans contrôle, au mépris de l’ensemble des règles de droit françaises et européennes.

Car les 12 pages de son avis sont largement dépourvues de droit, tant sur le fond (la CNIL ne vise aucune norme précise mais son seul sentiment) que sur la forme (un contrôle rigoureux de la proportionnalité de chaque disposition l’aurait empêchée d’esquiver les très graves manquements qu’elle passe sous silence).

Plus que jamais, la CNIL tord le droit et sa propre mission pour venir au secours d’un État policier qu’elle était supposée limiter. Ayant démissionné de son rôle historique, elle est réduite à conseiller l’État sur la meilleure façon de renforcer ses capacités de surveillance tandis que, dans le même temps et paradoxalement, c’est le Conseil d’État lui-même qui apparaît comme dernier contre-pouvoir du gouvernement dans cette affaire.

Non, contrairement à ce qu’elle affirme dans son avis, la CNIL n’a jamais « mis en lumière […] sur les questions particulières en matière de vie privée soulevées par l’usage des drones, des caméras embarquées sur des véhicules ou des personnes et des dispositifs dits de « vidéo intelligente » ou de « vidéo assistée » ». C’est même le contraire : après cinq annés d’utilisation des drones par la police en toute illégalité, il nous aura fallu tirer la sonnette d’alarme, déposer des recours contentieux à plusieurs reprises pour que ces sujets avancent. Face à cette démobilisation de la CNIL qui ne date pas d’aujourd’hui, nous avons d’autant plus besoin de votre aide pour continuer le travail que devrait faire l’autorité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.