La Quadrature Du Net
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 janv. 2023

La Quadrature Du Net
Abonné·e de Mediapart

Surveillance sonore : Orléans baratine la justice

Il y a plus d’un an, La Quadrature du Net a déposé un recours contre un contrat passé par la ville d’Orléans qui autorise l’expérimentation de capteurs sonores dans l’espace public. L’été dernier, la commune défendait sa surveillance privée en adoptant la stratégie du baratin : raconter le plus de bêtises possibles pour embrouiller le tribunal administratif.

La Quadrature Du Net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a plus d’un an, La Quadrature du Net a déposé un recours contre un contrat passé par la ville d’Orléans qui autorise l’expérimentation de capteurs sonores dans l’espace public. L’été dernier, la commune défendait sa surveillance privée en adoptant la stratégie du baratin : raconter le plus de bêtises possibles pour embrouiller le tribunal administratif. Nous venons de lui répliquer.

Comme cela a déjà été fait à Saint-Étienne, Marseille, Paris ou Moirans, l’objectif est de faire tomber ce nouveau projet de Technopolice. Il s’agit d’un énième dispositif néfaste issu d’une start-up, ici Sensivic, qui utilise comme tremplin marketing l’avidité de certain·es élu·es pour la surveillance totale des populations.

En octobre 2021, nous avions appris que la ville d’Orléans avait signé une convention avec l’entreprise Sensivic pour expérimenter des « capteurs sonores » sur sa population. Dans la droite lignée de ce qui avait été tenté à Saint-Étienne, le projet consiste à déployer des « détecteurs de sons anormaux » (une douce expression pour « mouchards ») sur des caméras de surveillance.

L’idée, selon les termes de la convention, est « d’analyser en permanence le son ambiant pour pouvoir détecter des anomalies » et ainsi orienter les caméras ou les agents de police vers la source des bruits considérés comme « anormaux » par le micro. En somme, lier à la surveillance automatique visuelle, déjà déployée en masse dans nos villes, une surveillance sonore. En attendant la surveillance des odeurs, comme cela avait été évoqué en 2020 dans un livre blanc du ministre de l’Intérieur ?

La surveillance sonore ne passera pas

Des caméras, des micros, l’ensemble boosté par une supposée « intelligence artificielle » pour effacer toute trace d’anormalité dans nos villes… Non seulement ce projet est un énième fantasme sécuritaire né d’une start-up prête à tout pour rentabiliser son stand à Milipol (le salon parisien de la sécurité), mais il est aussi purement illégal. C’est ce que nous essayons de faire constater au tribunal administratif d’Orléans depuis désormais plus d’un an.

Pour cela, nous nous appuyons sur un précédent très similaire : la CNIL a en effet déjà considéré comme illégal un projet de surveillance sonore déployé quelques années plus tôt à Saint-Étienne. C’est notamment sur la base de cette analyse de la CNIL que nous avons attaqué l’expérimentation d’Orléans, déposant non seulement un recours devant le tribunal administratif mais aussi une plainte devant la CNIL pour la forcer à prendre position.

Si la procédure devant la CNIL n’a pas encore aboutie, la mairie d’Orléans a, en revanche, communiqué à l’été dernier sa défense devant le juge administratif. Nous venons d’y répondre.

Ne dites pas « microphone » mais « détecteur de vibration de l’air »…

La stratégie d’Orléans est simple : pour ne pas avoir à appliquer les règles protectrices du droit des données personnelles qu’elle sait ne pas respecter, la commune tente de faire passer l’idée que son dispositif de surveillance ne traiterait pas de données personnelles. Et par un tour de magie, de faire disparaître toutes les critiques sur les dangers de cette surveillance.

Le débat ressemble beaucoup à ce que l’on observe depuis que ces dispositifs de surveillance sont documentés dans le cadre de notre campagne Technopolice : des collectivités (mais derrière, en fait, des entreprises qui dictent leurs arguments de défense à la collectivité attaquée) qui refusent de se voir appliquer le droit des données personnelles, ou toute règle protectrice des droits fondamentaux.

Orléans fait figure d’exemple type. Ainsi, la ville refuse de voir le produit de la société Sensivic qualifié de micros et préfère parler de « détecteur de vibration de l’air ». Cela ne s’invente pas. La commune pense ainsi perdre le juge et la CNIL en inventant sa novlangue et préférer des mots creux qui feraient oublier qu’il s’agit d’une surveillance permanente et totale de l’espace public.

La palme de l’absurdité revient de justesse à l’affirmation de la commune selon laquelle « Il convient de préciser que le traitement numérique s’opère par un code “firmware” c’est-à-dire embarqué dans le processeur électronique, et non pas de code “informatique” utilisé dans des ordinateurs classiques. Il s’agit, donc, d’électronique numérique. » La concurrence dans la course à l’aberration juridico-technique était pourtant rude.

Pire ! Le discours de la ville d’Orléans devant la justice entre en contradiction non seulement avec les termes mêmes de la convention passée (la convention que nous attaquons parle de « capteur sonore ») mais aussi avec la communication officielle de Sensivic, qui explique aux communes sur son site que « vos caméras peuvent maintenant avoir des oreilles affûtées ».

Toute l’analyse juridique de la ville d’Orléans repose en réalité sur deux documents inutiles. Le premier est issu d’un laboratoire « indépendant » et déclare, par un grossier argument d’autorité, que les produits de l’entreprise seraient « conformes au RGPD ». Mais comment croire en l’objectivité d’un laboratoire payé par une entreprise pour lui donner un document venant certifier un produit vis-à-vis des acheteurs potentiels ? Surtout lorsque son avis va frontalement à l’encontre du droit en la matière et des avis précédents de la CNIL ?

Le second est un courrier de la CNIL qui dit l’exact opposé de ce que veut démontrer Sensivic. La CNIL y rappelle justement sa position déjà exprimée sur Saint-Étienne qu’ : un tel capteur sonore, couplé à une caméra de vidéosurveillance, est susceptible de porter une atteinte disproportionnée à la vie privée et à la liberté d’expression.

Bref, encore une start-up qui pense avoir trouvé un business fructueux en accentuant la surveillance de la population, au mépris de toute considération politique ou juridique – et qui reçoit pour cela le soutien aussi bien des collectivités publiques que des administrations.

Surveiller les gens, cela rapporte de l’argent

Entre temps, et sans être le moins du monde inquiétée par les autorités (qui l’ont plutôt encouragée), Sensivic, l’entreprise qui travaille avec Orléans sur cette surveillance, a tranquillement prospéré, continuant d’amasser les projets et les financements sur son business de surveillance sonore.

Présentant fièrement ses produits de surveillance au salon Viva Technology, la start-up a bénéficié d’une levée de fonds de plus de 1,6 millions d’euros en 2022 auprès d’un ensemble d’investisseurs, dont la BPI (la Banque Publique d’Investissement), fidèle investisseuse des pires projets de la Technopolice (dont le logiciel de surveillance TestWe, sanctionné il y a quelques semaines par la juridiction administrative).

Sur son site, la startup annonce d’ailleurs 1 542 détecteurs installés en France, Belgique et Suisse, et une équipe de 12 salarié·es, tous·tes dédié·es au déploiement d’une surveillance sonore de nos rues et villes, couplée à la vidéosurveillance déjà existante. 

Tout cela gravite dans un petit monde d’entreprises de surveillance, d’associations de lobbys et de financeurs bien habitués entre eux. Sensivic échange sur Youtube avec une autre start-up à tendance sécuritariste, Two-I (qui vend des solutions d’analyse d’image) en discutant analyse d’émotion, surveillance continue de l’espace et partenariat financier. Les deux sont d’ailleurs membres des mêmes associations de professionnels de la surveillance, dont l’AN2V (pour Association Nationale de Vidéoprotection), et sont toutes les deux soutenues par le « Comité Stratégique Filière Sécurité », sorte de lobby des industries de la sécurité officiellement soutenu et encouragé par l’État. 

Nous espérons bien gagner ce nouveau contentieux, devant la juridiction administrative et devant la CNIL, pour mettre un nouveau coup d’arrêt à l’extension de la Technopolice. Après la victoire contre le logiciel de surveillance des étudiant·es TestWe, cela serait une nouvelle encourageante dans la lutte qui s’annonce contre les Jeux Olympiques 2024

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte