Sécurité Globale: le Sénat dit oui à la surveillance de masse

Hier, le Sénat a voté à son tour la #PPLSécuritéGlobale, en nous enfonçant encore un peu plus dans la Technopolice. Nos espoirs reposent maintenant sur le Conseil constitutionnel qui devra censurer largement les dispositions de ce texte ultra-sécuritaire.

Hier, le Sénat a voté à son tour la proposition de loi sur la « Sécurité globale », cinq mois après le vote en première lecture à l’Assemblée nationale. S’agissant d’une procédure accélérée, la prochaine étape sera directement en commission mixte paritaire, peut-être dès le début du mois d’avril. Au vu de la version du texte votée par le Sénat, il n’y a malheureusement rien à attendre de cette commission. Nos espoirs reposent maintenant sur le Conseil constitutionnel, qui devra censurer largement les dispositions de ce texte ultra-sécuritaire.

Il y a deux semaines, nous dénoncions le texte adopté par la commission des lois du Sénat sur la proposition de loi dite de « Sécurité globale ». Après trois jours de débat en hémicycle, le Sénat vient cette fois-ci d’adopter le texte dans son ensemble.

Il a donc dit oui à l’intensification de la vidéosurveillance fixe, à l’extension de la liste des personnes pouvant avoir accès à la surveillance de la voie publique, à la transmission en direct des images des caméras-piétons, aux drones, aux hélicoptères et à l’article 24.

Le Sénat ne s’est malheureusement pas arrêté là. Il a également, par plusieurs dispositions, aggravé le texte. Mais soyons rassuré·es : il s’agit désormais de la « proposition de loi pour un nouveau pacte de sécurité respectueux des libertés ». Ouf !

Surveillance vidéo des cellules de centres de rétention administrative (CRA) et de garde à vue

Le pire ajout du Sénat est peut-être celui-ci. S’accordant avec le gouvernement, les rapporteurs ont fait adopter une disposition permettant au ministre de l’intérieur de mettre des caméras dans les chambres d’isolement des centres de rétention administrative et des cellules de garde à vue.

Les propos du gouvernement sur cet ajout ont été proprement indignes. Alors que la France est régulièrement interpellée par différentes associations depuis des années, que le Contrôleur général des lieux de privations de libertés pointe régulièrement les conditions de détention indignes, que les condamnations par des juridictions françaises et internationales pleuvent, Gérald Darmanin a préféré opter pour une stratégie du mensonge en niant les graves atteintes aux droits des personnes incarcérées. Le tout pour défendre la mise en place de vidéosurveillance dans les cellules.

Derrière l’écran de fumée de la lutte contre les suicides et mutilations (alors même qu’on peine à imaginer en quoi une caméra de vidéosurveillance permettrait de lutter contre ces situations de détresses humaines), le ministre de l’intérieur, le Sénat et ses rapporteurs ont créé une surveillance permanente du peu d’intimité qui reste aux personnes retenues.

Interpellé sur l’incohérence à vouloir mettre des caméras dans des lieux insalubres, Gérald Darmanin a répondu par le déni, détournant le sujet en estimant qu’il faudrait plus de CRA et qu’« on a l’argent pour construire des CRA ». Cet argent magique n’est, visiblement, pas prévu pour améliorer le respect des conditions de détention. Mais, surtout, alors que le débat portait sur les conditions indignes d’incarcération, M. Darmanin transformait les propos de l’opposition en un soi-disant « procès scandaleux » sur de possibles actes de tortures en milieux de rétention, dans une tentative bien grossière de créer une « affaire dans l’affaire ».

Des caméras-piétons pour les gardes-champêtres

Autre ajout aggravant : l’autorisation d’une « expérimentation » pour permettre aux gardes-champêtres d’utiliser des caméras individuelles et de filmer les « incidents » se produisant ou susceptibles de se produire pendant leur intervention.

Après la police nationale et la police municipale, et après les services de sécurité des transports, c’est donc une nouvelle catégorie d’agents qui aura accès à la vidéosurveillance mouvante. Prétextant comme toujours d’une capacité soi-disant « pacificatrice » de ce dispositif — et faisant oublier que la caméra-piéton était à la base une idée de l’ancien ministre Bernard Cazeneuve pour compenser son refus de la proposition des « récépissés » de contrôle d’identité —, le gouvernement légitime encore une fois un nouveau dispositif de surveillance.

Drones : les mains libres pour le ministre de l’intérieur

Concernant les drones, l’interdiction de la reconnaissance faciale pour les images captées décidée en commission des lois demeure, mais c’est bien le seul point positif. Le Sénat a accepté de permettre également à la police municipale (et non plus seulement à la gendarmerie ou la police nationale) d’utiliser des drones pour surveiller la voie publique et constater certaines infractions. Si cette autorisation est donnée à titre expérimental, il ne faut pas se leurrer : en la matière, une expérimentation est toujours amenée à être intégrée dans le droit commun après quelques temps. Autorisation a par ailleurs été donnée à la police municipale d’utiliser des caméras embarquées sur leurs véhicules, cette fois-ci directement de manière définitive.

Le Sénat a par ailleurs laissé au ministère de l’intérieur le soin d’écrire, via un décret, ses propres lignes directrices quant à l’utilisation de ses drones, aussi bien sur la question de la formation en données personnelles que sur la proportionnalité des usages prévus. La garantie d’un avis préalable de la Cnil sur cette question n’est pas là pour nous rassurer, le ministère de l’intérieur ayant pour habitude de ne pas respecter les avis de cette dernière et la présidente de la CNIL s’étant montrée particulièrement peu lucide sur cet enjeu, lors des auditions au Sénat d’abord, puis dans l’avis de l’autorité sur le texte.

Le projet assumé d’une société sous surveillance biométrique

Enfin, le moratoire proposé par le groupe écologiste pour interdire pendant deux ans tout dispositif de vidéosurveillance biométrique a été rejeté.

Cela a néanmoins permis d’expliciter le projet de surveillance désiré par le gouvernement et la droite au Sénat. Devant le silence méprisant de l’hémicycle sur cette proposition de moratoire, une partie des sénateurs et sénatrices ont en effet demandé un scrutin public sur le vote, en précisant que rejeter ce moratoire revenait à autoriser la surveillance biométrique. Sur 344 votants, 244 ont donc voté pour la surveillance biométrique.

À cet égard, le récent décret autorisant le comptage de masques dans les transports apparaît ainsi de plus en plus comme un nouveau pied dans la porte menant à la Technopolice que nous dénonçons régulièrement.

L’idée qu’essaient de faire passer les rapporteurs au Sénat, sur un travail de « juriste sérieux » visant à encadrer les plus graves dispositions du texte, ne tient plus. Hier, non seulement aucune amélioration notable n’a été apportée au texte, mais plusieurs dispositions sont venues aggraver le danger pour nos libertés. Il reste encore l’étape de la Commission mixte paritaire, qui réunira les élu·es de l’Assemblée nationale et du Sénat mais de laquelle nous n’attendons absolument rien. Rendez-vous donc au Conseil constitutionnel pour tenter de faire barrage à ce nouveau coup de semonce sécuritaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.