Règlement terroriste européen: nous saisissons la Défenseure des droits

Le 11 janvier dernier, la commission LIBE du Parlement européen (pour Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) a voté le règlement sur le retrait des contenus « à caractère terroriste ». C’est la dernière étape avant le vote en plénière au Parlement, peut-être dès le mois d’avril. Le vote en commission LIBE ne donne pourtant lieu qu’à un silence assourdissant.

Le 11 janvier dernier, la commission LIBE du Parlement européen (pour Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) a voté le règlement sur le retrait des contenus « à caractère terroriste ». C’est la dernière étape avant le vote en plénière au Parlement, peut-être dès le mois d’avril.

Un silence assourdissant

Ce texte prévoit que n’importe quelle autorité d’un Etat membre de l’Union européenne puisse imposer à n’importe quel hébergeur sur Internet de retirer en une heure un contenu que cette autorité aura considéré comme étant à « caractère terroriste ». Concrètement, en France, cela permettra à la police de faire censurer en une heure n’importe quel texte ou vidéo sans l’autorisation préalable d’un juge.

Outre les dangers de surveillance et de censure politique que nous soulignons depuis plusieurs années, cette obligation de retrait en une heure est exactement celle qui, au sein de la loi Avia, a été censurée par le Conseil constitutionnel en juin 2020 dans le cadre de sa décision sur la loi Avia.

Le vote en commission LIBE de lundi ne donne pourtant lieu qu’à un silence assourdissant. Côté presse, la dernière actualité est celle d’un communiqué de l’AFP intervenu à la suite du compromis trouvé entre le Parlement et le gouvernement européens sur le texte. On y voit le gouvernement français se féliciter de cet accord, sans aucune mention du débat extrêmement vif qu’avait suscité la réplique de ce texte dans la loi Avia ni, évidemment, de la décision du Conseil constitutionnel de juin 2020.

À part ce communiqué, bien pauvre et partiel… rien. La suppression du compte de Donald Trump était manifestement un sujet plus léger et agréable à discuter que la censure de milliers de militants européens qu’il faudra redouter dès que l’ensemble du Web sera soumis à l’arbitraire de toutes les polices européennes.

Côté gouvernement par contre, on se félicite de cette situation. Que ce soit Clément Beaune, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, qui parle sans gêne d’une « avancée majeure, portée par la France ». Ou Emmanuel Macron qui se félicite de l’aboutissement d’un processus qu’il a engagé en 2017. Impossible aussi de ne pas mentionner les parlementaires français du Parlement européen qui se sont vantés de cette adoption, telles que Nathalie Loiseau et Fabienne Keller. Comme si tout l’appareil gouvernemental n’avait plus honte à admettre instrumentaliser l’Union européenne pour contourner la Constitution française et violer frontalement nos libertés.

Une saisine pour préparer le vote final

Nous avons donc décidé de saisir la Défenseure des droits sur ce sujet. Elle est en effet compétente pour veiller « au respect des droits et libertés par les administrations de l’Etat ». Or, le gouvernement français, et particulièrement le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, a activement participé à faire avancer le processus d’adoption de dispositions déclarées en juin 2020 comme violant la Constitution.

Nous espérons également que, devant ce silence médiatique et ces abus anticonstitutionnels du gouvernement, toutes les organisations et journalistes qui étaient montés au créneau contre les dangers de la loi Avia feront de même sur ce dossier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.