L'Ascension : une fête chrétienne, mais aussi sociale

La fête de l'Ascension n'est pas seulement une fête chrétienne au sens religieux. La tâche confiée aux Apôtres d'après les Écritures, avec la montée de Jésus au ciel, est une mission vigoureusement révolutionnaire à l'échelle du monde entier. La société de l'Empire romain a été profondément transformée par les premiers chrétiens, et le christianisme est devenu religion d'État.

Le concordat conclu en 1801 par Napoléon Bonaparte et le Pape Pie VII préserve quatre fêtes d'origine chrétienne : Noël, l'Ascension, l'Assomption et la Toussaint. S'agissant du jeudi de l'Ascension (10 mai pour l'année 2018), sa signification historique et sociale dépasse en réalité la sphère religieuse et renvoie à la naissance de la révolution chrétienne sous l'Empire romain.

En montant au ciel quarante jours après Pâques, Jésus annonce à ses disciples la venue de l'Esprit Saint suite à laquelle ils deviendront ses « témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ». C'est cette mission de propager la foi du Christ « jusqu’aux extrémités de la terre », qui donne naissance à la révolution chrétienne mettant en cause l'ordre établi dans le cadre de l'Empire.

Les premiers chrétiens ont été un modèle et une référence permanente pour le mouvement ouvrier du XIXe siècle.

Les Actes des Apôtres

Sur le site de l'Association Episcopale Liturgique pour les pays Francophones, on peut lire ce texte du Livre des Actes des Apôtres https://www.aelf.org/bible/Ac/1 :

01 CHER THEOPHILE, dans mon premier livre, j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le moment où il commença,

02 jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis.

03 C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.

04 Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche :

05 alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »

06 Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »

07 Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.

08 Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

09 Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.

10 Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs,

11 qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

(...)

(fin de l'extrait)

Friedrich Engels et les premiers chrétiens

 De son côté, Friedrich Engles écrit dans ses Contributions à l'Histoire du Christianisme primitif https://www.marxists.org/francais/marx/94-chris.htm :

 (...)

L'histoire du Christianisme primitif offre des points de contact remarquables avec le mouvement ouvrier moderne. Comme celui-ci le christianisme était à l'origine le mouvement des opprimés, il apparaissait tout d'abord comme religion des esclaves et des affranchis, des pauvres et des hommes privés de droits, des peuples subjugués ou dispersés par Rome. Tous les deux, le christianisme de même que le socialisme ouvrier, prêchent une délivrance prochaine de la servitude et de la misère; le christianisme transporte cette délivrance dans l'au-delà, dans une vie après la mort, dans le ciel ; le socialisme la place dans ce monde, dans une transformation de la société. Tous les deux sont poursuivis, et traqués, leurs adhérents sont proscrits et soumis à des lois d'exception, les uns comme ennemis du genre humain, les autres comme ennemis du gouvernement, de la religion, de la famille, de l'ordre social. Et malgré toutes les persécutions, et rnême directement servies par elles, l'un et l'autre se frayent victorieusement, irrésistiblement leur chemin.

Trois siècles après sa naissance, le christianisme est reconnu comme la religion d'État de l'empire mondial de Rome : en moins de 60 ans, le socialisme a conquis une position telle que son triomphe définitif est absolument assuré.

(...)

(fin de l'extrait)

Le texte mis en ligne (traduction française de Laura Lafargue) est précédé de la note :

Ce texte d'Engels trace un parallèle entre la situation des premiers chrétiens et celle des premiers communistes de la première internationale, au dix-neuvième siècle. Ce texte a paru dans le journal LE DEVENIR SOCIAL organe théorique de la IIe internationale en langue française.

(fin de citation)

CONCLUSION

Par son contenu, la fête de l'Ascension n'est pas seulement une fête religieuse. Elle évoque également la naissance d'un mouvement social et révolutionnaire qui a profondément transformé le monde de son époque sous l'Empire romain où le christianisme finira par devenir religion officielle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.