11 Novembre, guerres mondiales, enjeux, impérialisme, colonialisme...

Le 11 Novembre entend commémorer l'armistice de la Première guerre mondiale signé le 11 novembre 1918. Mais quelles ont été les suites de cette paix formelle, qui comportait en réalité une accablante défaite pour l'Allemagne ? Force est de constater que le nazisme s'est très rapidement développé et qu'une nouvelle guerre en a finalement résulté. Et quels étaient en réalité les intérêts en jeu ?

Que commémore-t-on, exactement, avec la journée du 11 Novembre ? Quel est le bilan réel de l'armistice du 11 novembre 1918 mettant fin à la Première guerre mondiale mais comportant en réalité une très lourde défaite pour l'Allemagne avec des implications draconiennes pour sa population ? Peut-on valablement ignorer l'évolution de l'Allemagne après l'armistice, conduisant finalement à une nouvelle guerre mondiale ? Dès 1920, le nazisme avait commencé à se développer.

Quant aux mobiles et origines de la Première guerre mondiale, quels étaient les intérêts des milieux dominants promoteurs de cet affrontement qui s'est terminé avec une dizaine de millions de morts et deux dizaines de millions de blessés ?

Force est de constater que dès le lendemain de la défaite de Napoléon III, la "grande expansion coloniale" a été lancée en France comme en Allemagne. Dès les années 1870, Léon Gambetta et d'autres politiciens défendaient ouvertement le colonialisme comme un moyen de préparer la "revanche". En même temps, l'empire colonial allemand a vue le jour suite à la naissance de l'Empire allemand en 1871.

De même, le discours de Jules Ferry du 28 juillet 1885, http://scientia.blog.lemonde.fr/2009/12/12/le-discours-de-jules-ferry-du-28-juillet-1885-i/ , auquel nous avions consacré plusieurs articles dans deux blogs du Courrier International récemment supprimés par les responsables de ce média, présente ouvertement l'expansion coloniale comme un moyen de préparer la nouvelle guerre (sous-entendu, avec l'Allemagne) qui a fini par éclater trois décennies plus tard.

De toute évidence, deux secteurs du grand capital de l'époque représentés notamment par les milieux dominants de la France et de l'Allemagne s'affrontaient aux échelles européenne et planétaire dans la période 1871-1914 et dans la guerre de 1914-18. L'armistice a certainement comporté une très lourde défaite pour les milieux capitalistes représentés par l'Allemagne. Au moment de sa signature, Raymond Poincaré était président de la République, et Georges Clemenceau présidait le Conseil des Ministres.

En face, Jean Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914 juste avant l'éclatement de la Première guerre mondiale à laquelle il avait exprimé une claire opposition.

Le Première guerre mondiale a notamment comporté des pertes de vies humaines sans précédent, un très grand nombre de blessés, des destructions matérielles également sans précédent... Une telle entreprise d'autodestruction a entre autres ruiné le continent et permis aux Etats-Unis de devenir la première puissance planétaire.

Quant à la Deuxième guerre mondiale, quel "planificateur" du capitalisme et de l'impérialisme avait prévu que le régime nazi, initialement encouragé en vue d'une guerre contre l'Union Soviétique, allait finalement se retourner contre les puissances de l'Europe occidentale ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.