Séquestration policaire à Nîmes : Plainte Pénale

A Nîmes, la police arrête en pleine rue des militants syndicaux, sans mandat judicaire, et leur impose de la garde à vue, sans motif. Une plainte pénale a été déposée auprès du Procureur

 

Monsieur  Roland VEUILLET                                                           le  07   février 2019                                                                                           

45  rue  Pierre  Sémard

30 000  Nîmes

                                              à    Madame,  Monsieur  Le  Procureur,

                                                    Palais  de  Justice  de  Nîmes.

 

OBJET   :     Plainte  Pénale        

                                                      -       Contre  Madame  La  Commissaire  de  Police  X   (aucun matricule sur l’uniforme) .

                                                      -     Pour  arrestation  sur  la  voie publique,  sans  mandat  judicaire.              

                                                      -      Pour  séquestration  et  privation  de liberté  pendant  dix  heures. 

                                                      -   Pour  entrave  à l’exercice  du  Droit  Syndical.           

                                                       -   Pour  abus  d’autorité  dans  le  cadre  de   ses  fonctions. fonction     

                                                       -  Pour  détournement de  ses  missions  réglementaires à des  fins  fins politiques  partisans.

                          

 

Madame,  Monsieur  Le  Procureur.

 

Vous  trouverez  ci-dessous  l’exposé  précis  des  faits,  contre  lesquels  je  dépose  une  plainte  pénale   :

Vendredi  14  décembre  2018  à   08  heures  30,  je  me  trouvais devant  l’entrée  principale  du  lycée  Albert  Camus  de  Nîmes,  lorsque  Madame  X,  Commissaire  de  Police  est  venue à ma  rencontre  accompagnée  d’une  dizaine  d’agents.  Elle  s’est  adressée  à  moi  pour  me  dire  qu’elle  voulait  m’entendre,  et  c’est  ainsi  que  j’ai  été  embarqué  menu militari  dans  un  fourgon  de  police,  encadré  par  quatre fonctionnaires.   Le  véhicule  était  escorté   par  trois  motards,  et  de  trois  autres  voitures.  Ce  cortège  sirènes  hurlantes,  et  empruntant  la  voie  de  gauche,  a  rejoint  à  toute  vitesse  le  Commissariat.

Fouillé  au  corps  brutalement, j’ai  ensuite  été  reçu  par  une   OPJ  qui  m’a  signifié  le  motif  de  mon  arrestation  et  de  ma  mise  en  garde  à  vue.  Dans  ce  bureau,   j’ai  été  rejoint  par  un  ami  qui  se  trouvait  avec  moi  dans  la  rue,   quelques  instants  auparavant. C’est  ainsi  que  j’ai  appris  que  j’étais  poursuivi  pour  « incitation de mineurs au  désordre  public » :  Ce  motif  d’inculpation  est  qualifié  par  le  Code  pénal  comme un  crime,  et  relève  d’une  comparution  immédiate  devant  la  Cour  d’Assise.  En  effet,  les  conditions  dans  lesquelles  s’est  produite  cette  arrestation,  ne  peuvent  se  justifier  que  par  une   procédure  de  flagrant  délit.  Sinon,  le  Code  de  Procédure  Pénale  prévoit  d’autres  méthodes. 

J’ai  ensuite  été  placé  en  cellule  d’isolement,  puis  conduit  dans  un  local  où  une  technicienne  a  réalisé  de nombreuses  photos  anthropométriques,  et  prélevé  mes  empreintes.  J’ai  enfin  été  reçu  par  un  second  OPJ  pour  enregistrement  de  ma  déposition.  J’ai alors  demandé  quels  été  les  faits  actés  et  datés  qui    m’étaient  reprochés.  L’officier  a  refusé  de  répondre  à  cette  question  essentielle.

Vers vingt  heures,  alors  que  j’attendais  d’être convoqué  par  un  magistrat,  on  est  venu  me  chercher  pour  me  dire  que je  pouvais  partir.  J’ai  donc  quitté  l’Hôtel  de Police,  sans  convocation  au  tribunal, sans  contrôle  judiciaire,  sans  même avoir  signé  le  PV  de fin de Garde à Vue,  document  pourtant  réglementairement  obligatoire.

 

Madame,  Monsieur  Le  Procureur,  un  tel  événement  est  très  surprenant.  Il  est  surtout  non  conforme  aux  lois  de  notre  pays,  et  gravicime.

Je  crois  qu’on  ne  peut  pas  comprendre  ce  qui  s’est  produit  sans  les  explications  qui  vont  suivre :

Dès  le  mois  d’avril 2018,  un  mouvement  social touche  les  lycées  du  pays :  Les  organisations  syndicales  lycéennes  appellent  les  élèves à la mobilisation  contre  les  réformes  du  ministre  Jean Michel  Blanquer.  Les  mêmes  organisations  s’adressent  aux  organisations syndicales  enseignantes,  pour  demander  la  présence  d’adultes,  afin  d’éviter  tout  incident,  avec  les  forces  de l’ordre, et  avec  les  personnels  de direction  des  établissements  scolaires. Ce  mouvement  dure  encore  aujourd’hui,  et  la  présence  de  syndicalistes adultes  a  stoppé  de  nombreux  dérapages  policiers,  ou  lycéens.

C’est  dans  ce  cadre  là,  mandaté  par  mon  organisation  syndicale,  comme  beaucoup  d’autres  militants,  que  je  me  trouvais devant  le  lycée  Albert  Camus,  le  14  décembre. Suivant  les  consignes  syndicales,  j’étais  badgé  du  sigle  « SUD-éducation» – « Solidaires 30 ».  Il  n’y  avait  donc  aucune  ambiguïté  sur  le  sens  de ma  présence  à  cet  endroit.  Et  Madame  La  Commissaire  ne  pouvait  en  aucun  cas  l’ignorer, dans  la  mesure  où  c’est  elle  qui  supervise  toutes  les  opérations  depuis  le  début.  D’ailleurs,  elle  me  connait  très  bien  puisqu’elle  m’appelle  par  mon  nom  de  famille.  De  plus  elle  ne  pouvait  absolument  pas  évoquer  un  quelconque  incident  justifiant la  notion  de   « trouble à l’ordre public »,  car  au  moment  de  l’arrestation, il  était  8 heures  30,  et  tous  les  élèves  étaient  entrés  dans  le  lycée. Le  trottoir  était  vide,  je  discutais  avec  un  parent  d’élève,  rien  ne  s’était  produit  auparavant. Tout  était très calme.

Cette  arrestation, et  les  conditions  dans lesquelles  elle  s’est  opérée,  est  donc totalement  illégale.

Mais  cette  arrestation  est  surtout à mettre en  relation  avec les  faits  suivants  qui  démontrent  les  motivations  partisanes (politiques)  de  cette  décision  arbitraire. Depuis  quelques  jours  plusieurs  enseignants  s’étaient  plaints  de bousculades,  de  propos déplacés de  la part de certains  policiers,   ou  de  contrôles  d’identité  répétés sur la même  personne. En  ce  qui  me  concerne, j’ai  eu  droit à plusieurs reprises  à  des  invectives en  langage grossier,  et  des  voies  de faits.  Un  capitaine  m’a  par  exemple  menacé  ainsi   « Tu es  un  agitateur  professionnel, on  te  mettras  au  trou »,  propos  qu’il  a  réitéré  lorsque  j’étais  auditionné :  « Je  t’avais  dit  que  tu  finirais  ici ».   Madame  La  Commissaire  quant  à  elle,  s’est  permise  de  m’accuser  sur  la  voie  publique :  « de  faire  de la  manipulation ».

Comme  on  le  constate,  cette  arrestation  ne  correspond  à  aucun  acte  délictueux  ou  criminel.  Il  s’agit  surtout     d’ une  interprétation  très  orientée négativement  de  l’action  des  syndicats,  accompagnée  d’une  vision  très  péjorative  des  personnes  qui  militent  dans  ceux-ci.

Le  fait  d’arrêter quelqu’un,  pour  ses  opinions,  et  son  action  militante,  est  une  entrave  extrêmement  grave aux libertés  individuelles  et  collectives,  pourtant  garanties  par  notre  Constitution,  et  par  les  Conventions  Internationales  et  Européennes  des  Droits  de l’Homme.

Aussi,  je  vous   demande  d’engager  une  procédure  pénale  contre  cette  Commissaire, et  de lui  imposer  une  amende  pour  préjudice moral  et  physique,  à  mon  encontre..

 

                                                                                                                                        

  Je  vous  prie  d’agréer  Madame,  Monsieur  Le  Procureur,  l’expression  de mes  salutations  respectueuses.

                                                                                         (signature  Roland Veuillet)

 

                            

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.