l'ABC
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2017

Ma description du Tractatus logico-philosophicus de Ludwig Wittgenstein (Préambule)

3.221 - Je ne puis que nommer les objets. Des signes en sont les représentants. Je ne puis qu'en parler, non les énoncer. Une proposition peut seulement dire comment est une chose, non ce qu'elle est.

l'ABC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne suis pas philosophe mais je suis en vacances.

J'aime aussi me lancer des défis inutiles, voire absurdes : Cet été, tu vas lire le Tractatus logico-philosophicus de Ludwig Wittgenstein, me suis-je dis, il y a quelques jours. Au début, je voulais passer l'été avec Aristote et j'ai lu Les Politiques. Il m'a semblé que ce livre valait bien un examen, qu'il m'en avait appris davantage sur le monde que tout ce que nous disent en continue nos chaînes d'information, et que j'aurais pu passer l'été à reprendre l'un après l'autres les chapitres qui m'avaient le plus intéressé. Mais non. J'ai trouvé Aristote bien trop éclairant, finalement.

Moi qui n'ai jamais étudié la philosophie, j'aime me trouver devant un traité comme devant un forêt obscure. J'aime que mes habitudes de lecture soient mises à mal, chamboulées. Ce petit livre de Wittgenstein m'a semblé tout à fait approprié. Ce n'est certes pas la première fois que je l'ouvre, mais c'est la première fois que j'arrive véritablement à le lire. Je me suis avancé suffisamment pour me dire que cette fois, c'est la bonne. J'en viendrai, d'une manière ou d'une autre, à bout. Et ces notes seront un peu comme des notes de voyages. Mais des notes aussi parce que maintenant, mes lectures laissent des traces de moins en moins profondes. Je ne peux plus lire puis, quelques années plus tard, être surpris par le surgissement d'un souvenir. Il faut que je garde de tout des traces tangibles.

Cette lecture sera donc aussi un exercice de lecture, et ces notes rendront compte aussi de la nature de cet exercice. Nous lisons. Nous savons lire mais nous ne savons pas ce qu'est lire. Pour être au plus près de mon expérience, je ne veux pas chercher ailleurs des explications du texte. Plus tard peut-être, aller lire tel ou tel spécialiste de Wittgenstein. Confronter ma compréhension à celle des autres. On verra.

Dernière remarque préliminaire : je me rends bien compte du privilège qui est le mien : pouvoir passer quelques semaines de vacances à se la couler douce, à bouquiner. On me dira que mes congés sont le fruit de mon travail. C'est vrai en partie, mais je crois que mon bonheur privé se paye aussi, en partie, du malheur de beaucoup d'autres. C'est une chose sur laquelle il faudra revenir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana