l'ABC
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2019

Les bactéries, nos amies pour la vie.

Il n'y a de bonne politique que du ventre.

l'ABC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n'y a de bonne politique que du ventre. Notre ventre, et non pas notre nombril, devrait être le centre de toute notre attention, de toutes nos préoccupations. C'est en voyant le mien s'arrondir au fil des années que je me suis demandé : est-ce là une fatalité? Toute mon enfance, j'ai vu autour de moi des hommes, la quarantaine passée, lâcher la bride à leur "brioche". Il y en avait certaines beaucoup plus grosses que les autres, portées fièrement comme si elles étaient la preuve d'un savoir bien de vivre, un savoir bien vivre à la française, dont on pouvait être fier. Bonne bouffe, bons vins, bons... C'est sans doute dans la nature des choses, me disais-je, enfant, à cet âge où l'on avait encore le ventre plat, à cet âge où il y a de fortes chances que vous soyez aujourd'hui déjà obèse. C'est dans notre nature d'hommes d'avoir un jour du bide, et de le chérir, de le laisser déborder et tomber par dessus la ceinture comme si c'était une bien belle chose.

Je me laissais aller à cette injonction : mange et ne t'en fais pas. C'était sans compter avec cette autre injonction : reste jeune, sois beau! Mais comment faire?? Je n'y arrive point!! La solution, pourtant, s'étale dans tous les journaux : le sport! Courir, faire des abdos, rien de plus simple. Cela suffit pour pouvoir continuer à bouffer de la merde... Enfin, c'est ce que je croyais, jusqu'au jour où il a bien fallu me rendre à l'évidence : pour moi, ça ne marche pas, absolument pas! chaque année un peu plus, je m'empâte. Chaque année un peu plus de bidoche.

Et puis un jour, je suis tombé sur une petite vidéo sur youtube. Puis une autre, puis une autre... Toutes disaient la même chose : le sport c'est bien, mais le sport, ça ne suffit pas. Ce qu'il faut changer, c'est ce que tu manges, me disait-on. Ah oui? Ah bon? Je continue à voguer de vidéo en vidéo, de site en site. J'écoute les explications des uns et des autres, je fais les recoupements de base, je complète mes informations ici ou là. Cela me paraît d'autant plus plausible que je me le suis toujours dit : nous sommes ce que nous mangeons. Après tout, nous sommes à peine plus qu'un tube. Si nous sommes, c'est parce que quelque chose entre par un bout, et quelque chose sort par l'autre.

J'avais déjà commencé à supprimer presque toutes les viandes, il fallait aller encore plus loin. Notre corps n'est pas fait pour digérer ce que la coutume nous faisait manger et que le grand capital nous forcent désormais à manger, après l'avoir complètement dénaturé. La coutume : le pain ; l'industrie agro-alimentaire : le pain blanc, levain remplacé par la levure et farine complète remplacée par la farine blanche et ses résidus de produits phyto. La coutume : le fromage au lait cru, longuement affiné ; l'industrie agro-alimentaire : des pseudo fromages au lait pasteurisé fabriqué selon des procédés qui uniformisent et dépossèdent les artisans d'un savoir-faire immémorial.

Nous avons été dépossédés. Nous avons abdiqué. Nous croyons avoir un "mode de vie" à défendre alors que nous somme en train de perdre définitivement un art de bien vivre, un art de vivre qui nous laissait maîtres et acteurs de ce que nous mangeons. Aujourd'hui, ce "mode de vie" que nous croyons menacé est un mode de vie qui a fait du supermarché le point de passage obligé de notre alimentation. Trois mètres linéaires de yaourts divers et variés : que de la merde. Sucre, colorants, agents de saveurs, conservateurs, et depuis quelques temps, nano-particules.... Mais pourquoi?? Pourquoi ajouter encore de ma merde à toute la merde qu'il y avait déjà? Des nano-particules!! Sont-elles donc indispensables à notre "mode de vie"? Sommes-nous plus libres et plus heureux parce que nous hésitons plus longuement devant la soixantaine de sorte de yaourt différents que nous offre note hyper? Non, nous ne le sommes pas, notre hyper ne nous veux pas du bien. Notre hyper nous empoisonne.

Nous devons reprendre la main. Manger moins et manger mieux. Acheter les produits de base et préparer nous-mêmes ce que nous allons manger. Manger beaucoup moins de produits laitiers, qui ne sont pas nos amis. Manger beaucoup moins de viande, ou même ne plus manger de viande du tout. Manger des légumes que nous cuisinons nous-mêmes. Réduire drastiquement les céréales. Si nos enfants mangent aujourd'hui des céréales et du lait le matin, ce n'est pas parce que c'est bon pour eux : c'est parce que la publicité vous a fait croire qu'il n'y avait pas d'alternative. Cessons ces céréales et ces sucres, laissons le lait et ces produits lactés. Cessons cette bouffe pasteurisée!

Ah Pasteur! Le dernier grand héros de la nation depuis Jeanne d'Arc. Le temps est venu de nous débarrasser des ces deux mythes. Non, les produits pasteurisés ne sont pas nos meilleurs alliés. Les bactéries ne sont pas nos ennemies. Nous ne pourrions pas vivre dans elles. Celles de la peau, celles de la bouche, celles de l'intestin... Nous en avons absolument besoin! Mais comment se protéger de celles qui nous veulent du mal? Et bien, surtout pas en les exterminant toutes. Mais en laissant prospérer et se multiplier celles qui nous veulent du bien.

Mais celles-ci ont été bannies de nos pots, de nos boites, de nos paquets, de nos sacs et de nos sachets. On ne les trouve pas dans  nos hyper. Petit à petit, elles ont été expulsées de notre pain, de nos conserves, de nos boissons, de nos fromages. Le dernier en date, la camembert. Comme si la production marginale de camembert au lait cru (5600 tonnes contre 60 000 tonnes pour celui au lait pasteurisé), c'était encore trop, comme si l'industrie, qui se gave déjà beaucoup, voulait se gaver encore davantage. Les gros ne sont jamais assez gros, les gros veulent être être plus gros. On n'a jamais assez de parts de marché, on veut tout le marché et le cul de la crémière.

Reprenons la main. Mangeons moins, mangeons mieux. De site en site, je suis tombé sur celui de Marie-Claire Frédéric, ni cru ni cuit. C'est une source d'information et de recettes, extraordinaire pour redevenir maîtres de ce que nous mangeons : il y a à boire et à manger, et à lire. Des idées simples et rapides pour, à nouveau manger, ce qui nous fait du bien. Courrez-y, les bactéries sont nos amies pour la vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut