Colère

Poème rédigé au festival écoféministe La Sève, ayant eu lieu du 23 au 25 juillet 2021 au Moulin Bleu, dans le cadre d'un atelier d'écriture poétique que j'ai co-animé avec Aquae. Atelier intitulé 'Les métamorphoses de la colère'.

Colère

Même lorsque, libérée de toi, je me crois,
je te sais dans nombre de mes recoins.
Je sais que même si aujourd’hui paisible je suis,
il m’est impossible de ne pas retomber demain dans ton puits.

Peut-être que j’ai simplement trop peu dormie.
Engourdie je suis.
Paix trompeuse,
Paix passagère.

Oui, verdure, dans tes mouvements je me perds.
Oui, rivière, bercée par ton courant, je rêve. 

Chaleur humaine à tout va,
Aujourd’hui, réseaux, vous ne m’aurez pas.
Happée par vous, trop souvent je suis.
Et si férocement vous me confrontez à cette vie.
Et à tous ces mots finissant par -ie
Misogynie
Homophobie
Transphobie
Islamophobie
Et bien sûr, ici, j'en oublie. 

Vous rejoignez dans mon cœur, les mots en -iste qui se glissent,
se chamboulent, se bousculent, s’accumulent et me brûlent :
Capitaliste, 
Raciste, 
Machiste,
Validiste, 
Spéciste, 
Classiste,
Sexiste.

Une liste si longue, qu’à sa lecture, tout en moi se crispe.
Crispée, cette paix que je croyais m’accompagner, subitement m'a quittée.

Mais 
Lueur d’espoir dans le noir,
Regarde autour de toi,
Tant d’énergie mobilisée,
Pour voir ici un rêve se réaliser.
Que peuvent faire ses -ie et ces -istes,
Face à des âmes qui persistent ?

 N’oublis pas que dans ton cœur lourd,
Il y a également tellement d’amour. 

Ensemble nous laissons brûler,
Cette colère si longtemps brimée.
Et nous la faisons bouger, danser, crier, vibrer.

Colère, je te sais présente.
Oui, tu me hantes.
Mais plus jamais tu ne m’immobiliseras,
Aujourd’hui, je sais me nourrir de toi
La vie est tellement plus vaste que ça,
Crois-moi, face à nous toustes, tu ne fais pas le poids.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.