laetim
AESH
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2020

laetim
AESH
Abonné·e de Mediapart

Aesh, les grands oubliés !

L’indifférence totale dans laquelle avancent les aeshs dans cette crise sanitaire. Les oubliés, jamais cités et jamais entendus.

laetim
AESH
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis AESH

En résumé  ça veut dire que je m’occupe d' élèves en difficulté dans des écoles. Je vous l’explique parce que ça serait tout à fait normal que vous ne connaissiez pas ce métier ( à croire que ce n'en est peut être pas un ? )  personne ne parle de nous, PERSONNE! Dommage, c’est un métier passionnant, que j’aime vraiment vraiment beaucoup et qui mérite d’avoir une place à part entière dans notre société. 

La semaine avant le confinement, on avait aucune info concernant la marche à suivre pour nous, pendant le confinement aucune nouvelle non plus et là on parle d’une reprise de l’école et on ne nous dit toujours rien, on avance encore une fois dans le flou, pas une seule fois on est cités dans les discours de nos dirigeants ! Pas une seule fois! On peut donc parler de la rentrée des élèves handicapés dans des grands discours à la telé en omettant de  citer ceux qui rendent ça possible au quotidien : 

TOUT VA BIEN !!

Ce manque de considération est fou! Et c’est la même chose pour les ATSEMS et AEDS, les petites mains de ce gros système qui est l’éducation nationale. Avec nos conditions de travail et notre salaire précaire, on va peut être ( je dis bien peut être parce que finalement on ne sait pas, on a pas d’infos ) reprendre le 11 mai. 

Petite piqure de rappel, notre travail consiste à aider les élèves sans déranger le cours. Donc :

on est assis à côté d’eux  /  on leur chuchote les consignes / on les aide à écrire / on échange donc notre matériel /  on les aide dans les gestes quotidiens /  on pousse leurs fauteuils / on gère des crises / on rassure avec des gestes réconfortants /  on les aide à manger, à écrire, à lire, à comprendre les autres  et je passe les dizaines de missions supplémentaires que nous accomplissons ( oui parce qu’en plus nous sommes au top de la polyvalence !)

Bref, notre travail n’a AUCUN sens sans contact rapproché.

Et donc, sans aucune reconnaissance, dans le mépris le plus total de notre profession, on voudrait nous mettre en danger, nous, nos proches,notre famille et nos élèves le 11, tout ça pour qu'on fasse mal notre travail ? quelles solutions allez-vous nous apporter ? Qu’attendrez-vous de nous concrètement ? 

Les premières lignes, les petites fourmis de l’éducation nationale, nous sommes invisibles aux yeux du gouvernement, serons le nous toujours après être partis «  en guerre »  parce que VOUS avez décidé que l’économie valait plus que les vies humaines?

Essayons de considérer les gens et APRÈS demandons leur de faire des efforts, l’inverse serait incorrect non ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Brésil : Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Sports
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost