lagoya
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2015

lagoya
Abonné·e de Mediapart

petite bavure policière à Marseille

chapô, les conditions d'une interpellation

lagoya
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etat d'urgence: petite bavure à Marseille.

La semaine dernière, un petit dealer a été présenté au Tribunal dans le cadre des "comparutions immédiates". Il avait été interpellé par une patrouille de police en train de vendre du shit au pied d'un des entrées de la cité " la Castellane ", surtout connue pour avoir il y a quelques décennies été le lieu ou a grandi Zineddine Zidane, ainsi que pour sa réputation d'être un des hauts lieux des trafics de stupéfiants. Et ce malgré plusieurs opérations policières de ratissage dont une au peigne fin. Pour paraphraser Paul Valéry, c'est un peu comme "l'amer, toujours recommencée" (sans les galets ;-) )

Or dans le box, le "prévenu" comme on dit dans le langage judiciaire, s'est présenté avec un visage tuméfié et en particulier un oeil au beurre noir. Son avocat a souligné le fait que son interpellation lui avait causé une fracture des os propres du nez, tel que décrit dans l'examen médical auquel il a été procédé au cours de la garde à vue.

Chose notable: dans le procès verbal, le policier rédacteur explique que l'interpellation du "mis en cause" a suscité des cris et rejets, et que pour s'assurer de la personne du dealer, observé comme opérant des transactions portant sur une substance prohibée, ils avaient dû lui porter des coups de poing au visage.

Mention tout à fait inhabituelle. La praticien de la chose judiciaire sait, par expérience, qu'une interpellation est parfois difficile et n'est parfois pas un jeu de marelle. Mais il arrive parfois que l'expression consacrée "utilisons la force strictement nécessaire" recouvre une rééalité plus prosaïque.

Ce qui est original dans ce procès verbal, c'est que le fait que la patrouille de police ait employé une méthode relevant de la boxe sauvage plutôt que du code de déontologie de la Police nationale et du Code de procédure pénale soit assumé dans une procédure.

Signe des temps? Enervement en lien avec l'état d'urgence en cours?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis