hommage au musicien Jack Bruce, mort récemment

lLa nouvelle du décès de Bruce m'a fichu un coup. Je me souviens la première fois où j'ai écouté Cream sur "Disraeli Gears", je devais avoir vers les seize ans. Depuis, j'ai souvent réécouté ce disque, en particulier le superbe "we're going wrong" où Jack me magnétise par sa voix indescriptible avec des mots magiques pour qui connait un peu l'engliche (Peter Brown?)

La reformation éphémère du groupe mythique , pour deux ou trois concerts  a été immortalisée. J'étais sceptique (encore dans la fosse du même nom) avant d'écouter et voir le concert (sur DVD), eh bien j'ai été saisi car en comparaison de ce que Cream avait enregistré en live à la fin des sixties, j'ai trouvé que le groupe avait gagné en qualité en public. Peut être est-ce un effet de la maturité.

Je suis surtout guitariste, mais j'ai la même Aria Pro II sur laquelle ce bassiste a joué un temps. Un bijou grâce en particulier à un truc tout simple: le manche se prolonge sur tout le corps de l'instrument.

Peu d'artistes de ce type de musique ont dépassé le niveau de sa cheville. Je citerais: John Paul Jones de Led Zeppelin, Jaco Pastorius dans un genre différent, Egalement le virtuose si creatif des Red Hot Chili Peppers dont le nom ne me revient pas à l'instant (je ne suis pas une encyclopédie vivante du rock)

Je ne savais pas qu'il était atteint depuis pas mal d'anées d'un cancer du foie. J'imaginais quelque chose comme un AVC en lien avec le tempérament disons assez rentre-dedans du bonhomme. je pense au poète René Char "un grizzly avec un rossignol dans la gorge", expression de Paul Veyne à propos du poète.

Je reste, même aprés réécoute, un peu moins convaincu par West, Bruce and Laing. Un peu trop brouillon à mon goût et pourtant...

On peu voir sur You Tube "old grey whitle test", et je vous souhaite de partager ce plaisir.

Restent les deux compères Clapton et Baker. De Clapton tout a été dit et entendu. J'adore en moyenne un de ses enregistrement sur trois. Je l'ai vu à Marseille au moment où il avait sorti "pilgrim", médiocre album à mon goùt, eh bien j'ai plané pendant tout le concert.

Quant à Baker, j'aurais cru que ce serait lui qui partirait le premier, peut être à cause de la tête de déterré qu'il a sur sa photo de son récent album "why". Magnifique enregistrement. Ceux qui connaissent un peu la batterie peuvent toujours mesurer la subtilité des caresses qu'il inflige à ses peaux ( de zebi, ais-je la tentation d'écrire malicieusement.) Il n'a tout au long de sa carrière (nous y rentrerons quand nos aînés n'y seront plus, na) cessé d'évoluer et de rechercher de nouvelles voies, tandis que Clapton est devenu un notable tassez gentleman à l'anglaise, quoique souvent habillé sur scène de façon décontractée, ayant progressé et régressé, avec de temps à autre de fulgurantes improvisations et des chorus bien léchés (n'oublions pas qu'il a été l'un de maîtres de musique de George Harrisson) Un gand musicien, auquel de mauvaises langues reprochent injustement d'avoir figé le blues. Il a surmonté des dépendances à l'alcool et l'héroine qui auraient pu lui être fatales.

Pour revenir à Bruce, écoutons le magnifique enregistrement de Bruce, Baker et Gary Moore. Les deux premiers sont égaux à eux mêmes, Gary Moore est d'une originalité indicible.

Paix à ton âme, God bless your soul, Jack . Pour les agnostiques comme moi: tu es un immortel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.