VIVE LES LUMIERES ! A BAS L'OBSCURANTISME !

VIVE LES LUMIERES ! A BAS L'OBSCURANTISME !

Le fondateur de l’association Barakacity a déjà été inquiété par la justice pour des faits de harcèlement en ligne contre Zohra Bitan.

Ces dernières semaines, les jours se suivent et se ressemblent pour Idriss Sihamedi. Le fondateur de l’ONG musulmane Barakacity, déjà placé en garde à vue, la semaine dernière, pour harcèlement en ligne contre la journaliste de RMC Zohra Bitan, a de nouveau été placé en garde à vue, mercredi 21 octobre. Il est soupçonné des mêmes faits, cette fois à l’encontre de l’ex-journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Zhazoui, qui avait elle aussi porté plainte, rapporte notamment Ouest-France.

« Le climat est évidemment politique »

Idriss Sihamedi s’est présenté à la police judiciaire parisienne, mercredi matin, pour être entendu dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris, laquelle faisait suite à la plainte de l’écrivaine. La semaine dernière, le fondateur de Barakacity avait été placé en garde à vue pour des faits similaires contre Zohra Bitan, donc. La journaliste de RMC évoquait « 120 tweets diffamatoires » publiés sur Twitter par Idriss Sihamedi. Ce dernier y prenait les deux femmes à partie, leur reprochant leurs critiques, dans les médias, de l’islam. Concernant la plainte de Zohra Bitan, l’homme a été libéré sous contrôle judiciaire le 15 octobre, et est convoqué au tribunal correctionnel d’Evry le 4 décembre.

Par ailleurs, mercredi, le gouvernement a engagé, contre l’ONG Barakacity, une procédure de dissolution. Une actualité qui a fait réagir l’avocat du fondateur de l’association. « Le contexte de cette procédure, son timing millimétré et le délai de cinq jours imparti pour répondre aux observations sur la dissolution de BarakaCity n’est pas anodin », a indiqué Me Samym Bolaky. Et d’ajouter : « Le climat est évidemment politique et nous le dénonçons. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.