L'Ump toujours autant moisie !

Copé , Hortefeux, et autres ribouldingues jamais avares de coups tordus, souhaitent mettre sur la table l'antienne de la révision du droit du sol, quand la vérité oblige à dire, que ce n'est vraiment pas la priorité des Français qui savent que c'est surtout la sauvegarde de leur emploi, de leur niveau de vie qui sont en risques de nos jours.
 
Quand on n'a pas d'idées, autres que les vieilles recettes bidons, qui n'ont jamais eu la plus petite chance de réussir, on s'empresse de flatter les bas instincts des plus cons d'entre-nous qui adoreraient une France rétrécie, par les principes les plus rétrogrades qui sont la vraie signature de ces Droites durcies, par la constance de leur inutilité consommée.

PS : Cela dit, un Français récent puisque d'origine étrangère, qui réussit à exercer à temps plein le rôle de Ministre du Budget, sans s'apercevoir que son ami Takiédine ne paie pas d'impôts quand bien même il possède, en plus de son agréable piscine, près de 40 millions d'Euros de patrimoine, logés sur le sol français, ne cesse d'interroger les Français qui n'ont pas fait un dépôt de cerveau, au Mont de Piété !
 
Vous avez dit <Décidément ces gens de peu mâtinés chiendents en diable, supportent la vérité vraie, autant que les putes redoutent les cystites !> ?


-------

Quel spectacle minable Doux Jésus !, qu'ils nous servent encore une fois ces politiques lèche-chèques toujours à la recherche du temps béni, où ils se gobergeaient de la douceur à être aux manettes de la France !

Pourquoi doit-on supporter encore et encore ces natures vicieuses mâtinées Justin Timberlake massacrant «The Dock of the Bay » , tandis que nous autres pauvres hères, aspirons en réalité à retrouver un jour, une douce mélodie inspirante comme celle d'Armstrong, la définitive « What a wonderful world !» ?

Pourquoi devons-nous subir ces natures assommantes, matin midi et soir ?
Avons-nous collectivement tués les idées nobles, qui revascularisaient les sentiments élevés de nos anciens de bonne composition ?
 
Sans doute, nous faudra-t-il poser la question un jour à la NSA, qui semble bien nous connaître par cœur !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.