A propos de l'article de M. Magnaudeix sur "Pentagon Papers"

L'article parle beaucoup de Trump, un peu de Katherine Graham et de Meryl Streep, mais pas du tout du film "Pentagon Papers", sinon de façon très anecdotique. Pour tout dire j'ai eu l'impression à sa lecture d'un théâtre de Guignol avec d'un côté le méchant Trump, et de l'autre les gentils journalistes qui travaillent à nous informer correctement et sauver ce qu'il reste de démocratie.

L'article parle beaucoup de Trump, un peu de Katherine Graham et de Meryl Streep, mais pas du tout du film, sinon de façon très anecdotique.

Pour tout dire j'ai eu l'impression à sa lecture d'assister au théâtre de guignol avec d'un côté le méchant Trump, et de l'autre les gentils journalistes qui travaillent à nous informer correctement et à sauver ce qu'il reste de démocratie. Pas étonnant que le film soit vu comme "un remontant pour la presse" - laquelle a bien besoin par les temps qui courent de redorer son image. Trump est le repoussoir idéal. Le critiquer est non seulement facile mais nécessaire et salutaire, et permet de se poser à moindres frais en défenseur des libertés, et surtout de la sacro-sainte liberté de la presse.

Par ailleurs il reste à voir si la presse US (ou d'ailleurs) et notamment le Washington Post informe ses lecteurs "librement" (librement par rapport à quoi, à qui ?) et de façon honnête et transparente. Ou du moins s'efforce de le faire, car nous admettrons que l'information parfaite n'existe pas.

Enfin en réalité c'est tout vu, quand on a lu Chomsky, par exemple, ou simplement quand on observe les "grands médias" dans notre pays.

On assiste donc avec Pentagon Papers à une opération d'enfumage, qui consiste à nous montrer comment la presse sait s'opposer (à l'occasion, occasions rares et d'autant montées en épingle) aux abus de pouvoir des politiques - mais sans nous dire à quel point elle est par ailleurs, au quotidien, au service de certains intérêts.

Je suis surpris que Médiapart, par la plume de M. Magnaudeix, tombe dans ce panneau.

Il y a dans le numéro de mars du Monde Diplo une page qui remet les choses un peu à leur place à propos du film, avec en prime une référence aux moustaches d'Edwy Plenel. J'en conseille la lecture.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.