Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2010

Oliver Stone est plein de bonnes intentions, mais viole la loi brésilienne

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart
© SOTBTrailer
© SOTBTrailer

L’arrivée lundi, du cinéaste américain Oliver Stone à São Paulo a provoqué un tumulte à l’aéroport international de Guarulhos : la star et son équipe avaient tout bonnement oublié qu’ils avaient besoin d’un visa pour pénétrer sur le territoire brésilien. Le voyage était plein de bonnes intentions : le metteur en scène de « Platoon » était là pour faire la promotion de son dernier documentaire « South of the Border » (« Au sud de la frontière »), qui traite de la gauche latino-américaine. Ce travail, présenté au festival de Venise l’année dernière en compagnie du président vénézuélien Hugo Chavez, est fondé sur les interviews des chefs d’Etat de la « vague rose » (ou rouge) latino-américaine. Hormis Chavez, Stone a longuement conversé avec Luiz Inácio Lula da Silva (Brésil) et Raul Castro (Cuba), Cristina Kirchner (Argentine) et Evo Morales (Bolivie) et Fernando Lugo (Paraguay)

Le Brésil est sans doute un des pays les plus ouverts du monde – des nationalités jugées ailleurs exotiques ont le droit d’entrer sans difficulté pour trois mois de séjour – mais il fonde sa politique de visa sur la réciprocité. En 2003, Washington a décidé d’imposer aux latino-américains non seulement un visa, y compris pour un simple transit dans un aéroport américain, même si la destination finale est l’Europe ou le Canada, mais aussi d’enregistrer les empreintes digitales à leur arrivée aux Etats-Unis. Hormis la pénibilité (personne ne garde un bon souvenir d’un entretien dans un consulat américain), le visa coûte cher : 100 dollars. Du coup, plusieurs voyageurs qui utilisaient l’aéroport de Miami comme simple correspondance ont changé de trajet, lui préférant Panama.

A l’époque, Brasilia avait grogné, mais sans riposter. Jusqu’à ce qu’un juge fédéral brésilien ordonne, au nom de la constitution, aux autorités de mettre en place un dispositif réciproque. Et, médusés, les ressortissants américains doivent, depuis le 1er janvier 2004, accepter de se laisser photographier et de déposer leurs empreintes digitales, après avoir demandé un visa dans un consulat brésilien. A l’époque, le gouvernement avait hésité à déposer un recours en justice, craignant l’impact sur le tourisme d’une telle décision, avant de réaliser, enquêtes d’opinion à l’appui, qu’elle était extrêmement populaire.

Aux Etats-Unis, les empreintes digitales et photos sont destinées à alimenter une base de données dans laquelle puiseront les consulats, afin d’identifier les personnes ayant un casier judiciaire ou appartenant à des groupes considérés comme « terroristes » par le gouvernement américain. Une décision «xénophobe», aux dires du juge brésilien. Il considère qu’elle «bafoue toute dignité humaine ».

Bon prince, le Brésil a finalement délivré, après des heures de pourparlers, un visa de huit jours à l’équipe d’Oliver Stone. Dans son documentaire, dont je recommande la vision –j’en joins un extrait-, le cinéaste démonte le manichéisme américain, montrant notamment comment les médias et les politiques américains diabolisent la gauche latino-américaine, et en premier lieu Chavez. Mais en débarquant sans visa, justement au sud de la frontière, il démontre que la désinvolture américaine à l’égard de cette région que Washington continue à considérer comme son arrière cour, est profondément culturelle, ni de droite, ni de gauche.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac