Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2010

Álvaro Uribe, Israël, et la mauvaise farce de l’ONU

De retour d’un mois de vacances, me voici de nouveau à pied d’œuvre, dans un Brésil qui commence à se plonger dans la campagne électorale – nous en parlerons beaucoup dans les prochaines semaines. La remise à flot a été rude, lorsque j’ai découvert, via internet, une nouvelle qui me semblait d’abord une blague de fort mauvais goût: Alvaro Uribe, le président colombien sortant, vient d’être nommé par le secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-moon vice-président de la commission chargée d’enquêter sur l'attaque meurtrière, le 31 mai dernier, de commandos israéliens contre la flottille transportant des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide destinées à Gaza.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

De retour d’un mois de vacances, me voici de nouveau à pied d’œuvre, dans un Brésil qui commence à se plonger dans la campagne électorale – nous en parlerons beaucoup dans les prochaines semaines. La remise à flot a été rude, lorsque j’ai découvert, via internet, une nouvelle qui me semblait d’abord une blague de fort mauvais goût: Alvaro Uribe, le président colombien sortant, vient d’être nommé par le secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-moon vice-président de la commission chargée d’enquêter sur l'attaque meurtrière, le 31 mai dernier, de commandos israéliens contre la flottille transportant des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide destinées à Gaza. Álvaro Uribe, qui quitte officiellement la présidence le 7 août – il laisse place à Juan Manuel Santos – secondera ainsi le président de la commission, l’ex-premier ministre de Nouvelle-Zélande, Geoffrey Palmer. Et le secrétaire-général de l’ONU de se féliciter de la bonne volonté démontrée par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui vient d’accepter l’investigation de l’ONU sur l’épisode, après l’avoir longtemps rejetée. Ban a célébré un «accord inédit»… qui a tout de suite déclenché un mauvais rire dans toute l’Amérique latine, et notamment dans son pays.

Durant ses huit années de mandat, marquées par une bataille en grande partie gagnée contre la guérilla des Farc, Uribe, élu sur le slogan «je propose l’autorité» a été l’objet de nombreuses dénonciations de la part d’organisations des droits de l’homme, dans son pays comme à l’étranger. Elles relatent les exécutions sommaires, l’alliance douteuse avec des paramilitaires. En octobre 2008, un hebdomadaire a révélé des centaines d'exécutions extra-judiciaires attribuées à des soldats qui tuaient des civils avant de les présenter comme "morts au combat" pour obtenir des récompenses. Parallèlement, des centaines de syndicalistes ont été assassinés, allant jusqu’à troubler le Congrès américain qui a décidé d’en faire un prétexte pour ne pas accepter la mise en place de l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et la Colombie signé par George Bush et approuvé par Barack Obama. Au cours de la seule année 2009, des 101 syndicalistes assassinés dans le monde, 48 l’étaient en Colombie.

Que peut-on attendre d’un tel homme lorsqu’on agitera devant ses yeux la liste des dix morts tombés sous les balles de l’armée israélienne ? Qu’on ne peut pas faire d’omelettes sans casser d’œufs ? Et quand on lui rappellera que l'attaque s'est produite dans les eaux internationales, ce qui est, en plus d’immoral, totalement illégal ? Ah, mais nous oublions que nous avons affaire à l’homme qui a ordonné le bombardement, le 1er mars 2008, d’un camp de guérilleros de Farc… en Equateur. Sans bien sûr aviser son homologue à Quito de cette violation de territoire unanimement condamnée dans la région.

On ne peut que se désoler que Ban Ki-moon, qui n’a jamais démontré son indépendance à l’égard des Américains, continue à fonder son espoir de décrocher un deuxième mandat, sur l’obéissance absolue aux ordres de Washington. Il y parviendra peut-être, mais la crédibilité de l’ONU, déjà sérieusement écornée au Proche-Orient, devrait prendre un nouveau coup à la publication du rapport de la commission, qu’on attend déjà comme une farce.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver les enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana