Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2010

Álvaro Uribe, Israël, et la mauvaise farce de l’ONU

De retour d’un mois de vacances, me voici de nouveau à pied d’œuvre, dans un Brésil qui commence à se plonger dans la campagne électorale – nous en parlerons beaucoup dans les prochaines semaines. La remise à flot a été rude, lorsque j’ai découvert, via internet, une nouvelle qui me semblait d’abord une blague de fort mauvais goût: Alvaro Uribe, le président colombien sortant, vient d’être nommé par le secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-moon vice-président de la commission chargée d’enquêter sur l'attaque meurtrière, le 31 mai dernier, de commandos israéliens contre la flottille transportant des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide destinées à Gaza.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

De retour d’un mois de vacances, me voici de nouveau à pied d’œuvre, dans un Brésil qui commence à se plonger dans la campagne électorale – nous en parlerons beaucoup dans les prochaines semaines. La remise à flot a été rude, lorsque j’ai découvert, via internet, une nouvelle qui me semblait d’abord une blague de fort mauvais goût: Alvaro Uribe, le président colombien sortant, vient d’être nommé par le secrétaire général de l’ONU Ban-Ki-moon vice-président de la commission chargée d’enquêter sur l'attaque meurtrière, le 31 mai dernier, de commandos israéliens contre la flottille transportant des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide destinées à Gaza. Álvaro Uribe, qui quitte officiellement la présidence le 7 août – il laisse place à Juan Manuel Santos – secondera ainsi le président de la commission, l’ex-premier ministre de Nouvelle-Zélande, Geoffrey Palmer. Et le secrétaire-général de l’ONU de se féliciter de la bonne volonté démontrée par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui vient d’accepter l’investigation de l’ONU sur l’épisode, après l’avoir longtemps rejetée. Ban a célébré un «accord inédit»… qui a tout de suite déclenché un mauvais rire dans toute l’Amérique latine, et notamment dans son pays.

Durant ses huit années de mandat, marquées par une bataille en grande partie gagnée contre la guérilla des Farc, Uribe, élu sur le slogan «je propose l’autorité» a été l’objet de nombreuses dénonciations de la part d’organisations des droits de l’homme, dans son pays comme à l’étranger. Elles relatent les exécutions sommaires, l’alliance douteuse avec des paramilitaires. En octobre 2008, un hebdomadaire a révélé des centaines d'exécutions extra-judiciaires attribuées à des soldats qui tuaient des civils avant de les présenter comme "morts au combat" pour obtenir des récompenses. Parallèlement, des centaines de syndicalistes ont été assassinés, allant jusqu’à troubler le Congrès américain qui a décidé d’en faire un prétexte pour ne pas accepter la mise en place de l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et la Colombie signé par George Bush et approuvé par Barack Obama. Au cours de la seule année 2009, des 101 syndicalistes assassinés dans le monde, 48 l’étaient en Colombie.

Que peut-on attendre d’un tel homme lorsqu’on agitera devant ses yeux la liste des dix morts tombés sous les balles de l’armée israélienne ? Qu’on ne peut pas faire d’omelettes sans casser d’œufs ? Et quand on lui rappellera que l'attaque s'est produite dans les eaux internationales, ce qui est, en plus d’immoral, totalement illégal ? Ah, mais nous oublions que nous avons affaire à l’homme qui a ordonné le bombardement, le 1er mars 2008, d’un camp de guérilleros de Farc… en Equateur. Sans bien sûr aviser son homologue à Quito de cette violation de territoire unanimement condamnée dans la région.

On ne peut que se désoler que Ban Ki-moon, qui n’a jamais démontré son indépendance à l’égard des Américains, continue à fonder son espoir de décrocher un deuxième mandat, sur l’obéissance absolue aux ordres de Washington. Il y parviendra peut-être, mais la crédibilité de l’ONU, déjà sérieusement écornée au Proche-Orient, devrait prendre un nouveau coup à la publication du rapport de la commission, qu’on attend déjà comme une farce.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Les partis politiques : détestés mais incontournables
Mal-aimés, les partis restent des rouages irremplaçables de la démocratie représentative. L’élection de 2022 illustre leur réduction à des plateformes logistiques et financières. C’est à gauche, où ils furent « l’arme des faibles », que l’impératif de réinvention apparaît le plus crucial.  
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart