Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2010

Au Brésil, les professionnelles du sexe s'invitent dans la campagne électorale

Petit short au ras des fesses, t-shirt moulant, danse suggestive et promesses de plaisir pour tous c'est ainsi que Maria Isabel Gomes Barroso, mieux connue sous le nom d'Adriely Fatal, écume les rues de Fortaleza, la capitale de l'Etat du Ceará, en rappelant la profession qui l'a rendue célèbre: actrice porno. Adriely n'a pas peur qu'on la reconnaisse dans la rue, c'est même son objectif, elle est candidate à l'élection aux législatives du Ceará dans le nordeste brésilien.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Petit short au ras des fesses, t-shirt moulant, danse suggestive et promesses de plaisir pour tous c'est ainsi que Maria Isabel Gomes Barroso, mieux connue sous le nom d'Adriely Fatal, écume les rues de Fortaleza, la capitale de l'Etat du Ceará, en rappelant la profession qui l'a rendue célèbre: actrice porno. Adriely n'a pas peur qu'on la reconnaisse dans la rue, c'est même son objectif, elle est candidate à l'élection aux législatives du Ceará dans le nordeste brésilien. Le 3 octobre, 135 millions de Brésiliens sont appelés à choisir le successeur de Luiz Inacio Lula da Silva, qui, en dépit de sa popularité, ne peut briguer de troisième mandat, la constitution l'interdisant. Les électeurs doivent aussi, ce même jour, voter pour le gouverneur de leur Etat (le Brésil est une fédération), le député national (qui représentera à Brasilia leur circonscription) ainsi que le député de l'Etat, chacun disposant d'une chambre législative. C'est à ce dernier scrutin qu'Adriely se présente. Son slogan: "Votre vote est fatal".

Dans le Ceará, dont la capitale, Fortaleza, est connue dans le monde entier comme une des meilleures destinations de tourisme sexuel, Adriely n'est pas la seule à se présenter au nom de l'exaltation du sexe. Comme elle, Deborah Soft (slogan : "Votez avec plaisir!"), stripper reconnue, et Katia Heffner, autre actrice porno et propriétaire d'un hôtel «hédoniste», briguent un mandat. Si les trois gagnent, le parlement du Ceará gagnera un inédit «groupe du sexe».

Pour séduire les électeurs, les trois jeunes femmes ont aussi, comme les trois principaux candidats à la présidence (Dilma Roussef, la dauphine de Lula, en tête des sondages, José Serra, le représentant de la droite, et l'écologiste Marina Silva), des mentors qui dirigent leur campagne. Dans le cas d'Adriely, il s'agit de son propre mari, Romeu Aurélio Ferreira, mieux connu sous le nom de Jonas. Fier des performances de sa femme sur le petit écran, il confesse s'être inspiré de la Cicciolina italienne pour monter sa campagne. Les trois candidates assurent que si elles sont élues, elles ne priveront pas pour autant les spectateurs de leur talent, ce sera une activité effectuée en parallèle.

En attendant, pourtant, elles ont été obligées de lever le pied : Adriely Fatal a dû repousser le lancement de son dernier film, Elle s'envoie en l'air avec son voisin, pour éviter d'avoir des problèmes avec le Tribunal régional électoral, qui pourrait l'accuser de campagne abusive. Tom Heffner, le mari de Katia (il a adopté ce nom de famille en hommage à Hugh Hefner, le créateur de la revue Playboy), qui est également promoteur de sa campagne, trouve la profusion de ces candidatures du sexe totalement justifiée: pour lui, dans le porno, comme en politique, il s'agit de la même chose : «baiser, et se faire baiser».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux